Archives par mot-clé : colloque

Le Mediasprint comme alternative aux actes de conférences

[1] Communiquer de manière originale sur les résultats d’un événement scientifique

Premièrement, on dira qu’un colloque classique réunit le plus souvent un groupe de conférenciers restreint et une audience large. Ainsi, quand les organisateurs souhaitent publier des actes, ils demandent aux quelques conférenciers présents de leur remettre un texte rédigé qui sera intégré à un ouvrage collectif, puis publié généralement plusieurs mois après la fin de la manifestation. Avec la recrudescence des événements dans lesquels toutes les personnes présentes prennent part aux activités (principe du camp : barcamp, thatcamp, edcamp…), un autre modèle de restitution s’impose.

La deuxième chose à relever est que les participants à un colloque ont préparé l’essentiel des contenus à l’avance. Ce sont donc ces contenus, plus ou moins retravaillés, qui font ensuite l’objet d’une publication. Dans ce nouveau type d’événements, l’essentiel des contenus émerge de manière spontanée durant les échanges. Il y a donc un défi important à relever dans la collecte elle-même des traces, puis leur éditorialisation en vue d’une publication à venir.

Le troisième et dernier élément qui retient l’attention concerne l’usage des technologies numériques lors de la manifestation. Dans ce type d’événements ouverts, il y a souvent presque autant de choses qui se passent en ligne, par le biais de la visioconférence (retransmission via Zoom ou Teams, Youtube Live, Twitch…) ou sur les réseaux sociaux (particulièrement sur Twitter qui est très prisé de la communauté scientifique pour s’exprimer, mais encore sur Instagram avec la publication de photos…). Il faut donc être aussi capable de capter les échanges qui ont lieu en ligne si on veut couvrir l’événement dans toute sa richesse et dans toute sa complexité.

Comment rendre compte de la dynamique de ce type d’événements aux multiples facettes ? Pour répondre à cette question, l’inspiration est à trouver dans la pratique du Booksprint qui consiste à réunir plusieurs personnes, généralement des chercheur.e.s, autour de matériaux (textes bruts à mettre en forme, à éditer ou à traduire) et à faire en sorte que ces personnes réalisent un ouvrage – numérique ou papier – dans un temps limité (quelques jours, voire quelques heures). Décliné à partir de ce modèle, la solution du Mediasprint retient l’attention : mais de quoi s’agit-il ?

La solution du Mediasprint

Ici, l’idée n’est pas de partir de textes ou de documents préexistants. Il est bien question de rendre compte de manière collaborative de contenus de conférences et/ou d’ateliers, tout en intégrant les ressources multimédias qui peuvent être produites pendant leur déroulement (tweets, photos et vidéos notamment). Pour employer un vocabulaire propre au monde du numérique, on pourrait dire qu’il s’agit de « hacker » le concept d’actes de colloque. Ce nouveau procédé, nous avons proposé de l’appeler « Mediasprint »[2]. C’est une pratique qui consiste à collecter et à éditorialiser en temps réel des éléments multiformes dont du texte, mais aussi des images et de la vidéo.

L’élément central de l’expérience est la prise de note collaborative. Pour cela, il faut faire un choix. Dans une perspective éthique, on peut se tourner vers un service libre et Open Source comme Framapad – proposé par la suite de logiciels Framasoft – qui offre la possibilité d’écrire de manière collaborative et qui est couramment employé dans les champs de la recherche et de l’enseignement. On peut également utiliser un service propriétaire comme Google Docs qui est très performant, facile de prise en main et connu de tou.te.s. Vient ensuite la collecte de données sur Twitter et Instagram qui nous semble inévitable, car de nombreux échanges transitent sur ces canaux. Une dernière chose peut être faite : garder la trace du streaming vidéo – si on en a réalisé un – ou capter des vidéos originales dans lesquelles certain.e.s participant.e.s à l’événement s’expriment sur son déroulement.

Ces choix techniques faits, un temps au début de la manifestation doit être pris pour expliquer le projet de Mediasprint aux participant.e.s et leur dire ce qu’on attend d’eux. Durant la manifestation, elles/ils sont ensuite invité.e.s à utiliser les pads collaboratifs créés au préalable, plutôt que de prendre des notes personnelles sur leur ordinateur ou dans un cahier. Elles/ils sont également invité.e.s à prendre des photos sur Instagram ou à tweeter autour de l’événement.

Toutes ces données doivent enfin être collectées, éditorialisées, puis mises en page en direct pendant la manifestation par une ou plusieurs personnes qui monitorent l’événement[3]. À la fin, les actes peuvent être rendus disponibles dans une première version « bêta » entièrement numérique, notamment à destination des participants. Un temps d’ajustement et de corrections peut être envisagé (corrections textuelles ou typographiques, amélioration de la mise en page, recadrage des photos…) avant de parvenir à une édition définitive, en particulier si on souhaite publier le contenu du Mediasprint sous un format papier.

Produire un objet éditorial hybride

Le résultat est un objet éditorial hybride contenant à la fois des textes, des tweets, des photos et des flashcodes qui renvoient notamment vers des vidéos. La bibliographie peut, quant à elle, ne pas être intégrée au livre et être mise en accès ouvert sur Zotero (via une URL de référence ou un flashcode), l’objectif étant de continuer à l’enrichir dans le temps long de la recherche sur le sujet.

La rupture la plus importante avec des actes classiques réside sans doute dans la forme et le statut des textes produits, durant le Mediasprint, qui sont des comptes-rendus de conférences et/ou de sessions (ateliers, débats…). Ces textes ne sont pas le fruit exclusif d’un.e auteur.e. Ils sont le résultat de prises de notes collaboratives réalisées par le public et les participants sur des pads d’écriture en ligne. Une pratique qui pose donc la question de l’attribution des textes eux-mêmes et de leur statut. Écrits collectivement à partir d’outils en ligne, il n’est pas possible de désigner un.e auteur.e au sens classique du terme.

Ainsi, en lisant les pages d’une publication résultant d’un Mediasprint, il faut garder à l’esprit que ce ne sont pas les propos d’auteur.e.s bien identifié.e.s qu’on a sous les yeux, mais le compte-rendu de ce qu’en ont compris celles et ceux qui assistaient à la conférence ou à l’atelier ; le compte-rendu ce qui les a le plus intéressé.e.s aussi. Il peut s’agir de plusieurs dizaines de personnes. Certain.e.s apparaissent par leur nom si elles/ils ont participé à l’animation d’une session par exemple ; d’autres ne peuvent être identifié.e.s que par leur pseudo utilisé sur les réseaux sociaux. D’autres enfin ont tout simplement disparu dans l’anonymat de leur prise de notes sur les pads.

Deux questions – auxquels il n’existe pas de réponse aujourd’hui – se posent finalement : comment fait-on pour insérer la publication dans son curriculum vitae dès lors qu’on a participé à l’événement ? Mais aussi : comment fait-on des citations si on utilise la publication dans le cadre de l’écriture d’un article ou pour la préparation d’une communication ? Reste que la solution du Mediasprint est dotée d’un véritable potentiel d’innovation, car elle propose une forme de partage et de dissémination scientifique en rupture ; le Mediasprint est également un excellent moyen de réduire les temps de publication des actes de conférences ; il permet enfin de capter la richesse et l’aspect protéiforme d’un événement.

[1] Le concept de « Mediasprint » a été imaginé par Michaël Bourgatte, Mikaël Ferloni et Laurent Tessier. Ce texte a été écrit collaborativement dans une première version publiée dans Les Cahiers de la SFSIC : http://cahiers.sfsic.org/sfsic/index.php?id=341#tocfrom1n5. Le texte présenté ici est une version réduite et actualisée.

[2] http://cahiers.sfsic.org/sfsic/index.php?id=341#tocfrom1n5

[3] Cela nécessite de prévoir un espace de « régie » durant l’événement.

Colloque international | Edcamp « Les Humanités Numériques pour l’éducation »

Les Humanités Numériques se fixent notamment pour objectif de favoriser le développement d’une culture et d’une pratique technologique en Sciences Humaines et Sociales. En tant que champ de recherche émergent, les Humanités Numériques s’intéressent aux technologies du point de vue des usages ou dans une perspective historique. Elles posent également la question de la conception de ces technologies et du rapport critique qu’il convient d’entretenir avec elles.

La dimension éducative des Humanités Numériques s’exprime de diverses manières : transmission de compétences dans et hors des institutions éducatives, formation des formateurs et des enseignants, démocratisation et accès ouvert à la culture. En ce sens, la perspective des Humanités Numériques peut se montrer pertinente pour penser les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education (TICE) et leurs usages : à l’école, à l’université ou dans d’autres contextes éducatifs.

Pourtant, les liens entre les recherches en Humanités Numériques et sur les TICE sont encore peu formalisés. Le colloque | edcamp Les Humanités Numériques pour l’éducation propose donc d’explorer les différentes formes que pourraient prendre ces liens. Qu’il s’agisse de penser les pédagogies “présentielles” ou “distancielles”, les questions d’accompagnement ou d’adaptation pédagogiques, on tentera de cerner les apports possibles des Humanités Numériques pour l’éducation. Par effet de miroir, il s’agira aussi d’interroger les manières dont les Humanités Numériques peuvent à leur tour devenir une discipline enseignée (qu’il s’agisse de la création de formations supérieures, déjà largement répandues dans le monde anglo-saxon, ou pourquoi pas de l’introduction des Humanités Numériques au lycée).

Le colloque | edcamp Les Humanités Numériques pour l’éducation se donne pour objectif de stimuler les échanges entre chercheurs issus de disciplines et de champs de recherche divers qui se confrontent à ces objets et ces questions. L’objectif de cette manifestation est aussi d’échanger autour d’expériences éducatives qui engagent l’usage des nouvelles technologies, soit de manière théorique, soit par la pratique en favorisant les interactions entre chercheurs, enseignants et éducateurs. Pour cela, cette manifestation scientifique hybride s’appuiera à la fois sur les outils classiques du colloque scientifique (conférences, sessions thématiques) et sur les méthodes innovantes de partage de connaissances propres à un edcamp.

Qu’est-ce qu’un Edcamp ?

Un Edcamp est un évènement ouvert à toute personne engagée dans les champs de l’éducation formelle (supérieur, secondaire ou primaire) et non formelle (associations éducatives, actions de médiation) : enseignants, chercheurs, étudiants, formateurs, éducateurs, médiateurs. Son animation est pensée et assurée collectivement et de manière horizontale par les professionnels de l’éducation qui y participent (voir edcamp.org). Il s’inscrit en cela dans la même logique que celle des Thatcamps issus du champ des Humanités Numériques (voir thatcamp.org).

Dans cette perspective, l’edcamp organisé à l’occasion des Humanités Numériques pour l’éducation sera composé d’ateliers éducatifs et d’un kindergarten. Les ateliers éducatifs sont thématiques et ils reposent sur une dynamique de travail de groupe. Ils réunissent des professionnels de l’éducation issus d’horizons divers. Le kindergarten est un espace ouvert et ludique, dans lequel les participants peuvent découvrir et interagir librement autour de technologies ou de projets pédagogiques innovants.

Visuel Edcamp Paris

Types de propositions attendues pour le 20 mai 2016

  • Présentation d’une recherche dans le cadre des sessions thématiques. Vous disposez de 30min (dont 20min de présentation maximum et 10min de discussion). Pour proposer votre communication, vous devez adresser un résumé de 1.000 signes maximum, espaces compris, et 5 mots-clés.
  • Animation d’un atelier éducatif d’une durée de 1h30min. L’objectif est de mettre en activité les participants par le partage d’expériences autour d’une thématique donnée ou encore par l’expérimentation commune d’une technologie. Dans la logique du edcamp, les ateliers sont proposés par des participants à l’ouverture de la manifestation et les inscriptions se font sur place, juste avant leur ouverture. Si vous avez une idée d’atelier et que vous souhaitez avoir un avis ou un conseil, vous pouvez l’adresser au comité.
  • Participation au kindergarten. Pour postuler vous devez adresser la présentation d’une technologie ou d’un projet éducatif innovant, en 1.000 signes maximum, espaces compris, et 5 mots-clés. Les participants au kindergarten bénéficient d’un espace réservé et s’engagent à être présents pendant les deux journées du colloque, lors de plages dédiées.

Les communications et les ateliers s’appuieront sur des terrains en cours, des études de cas et des développements technologiques. Ils pourront notamment prendre pour objet :

  • les formes pédagogiques utilisant les technologies du numérique (ordinateurs, tablettes, smartphones, logiciels, applications, TBI, objets connectés)
  • l’histoire de l’usage des technologies dans l’enseignement et l’éducation populaire
  • les différentes formes d’enseignement à distance et de blended learning (MOOCs, SPOCs, LMS)
  • la création de services ou d’applications pédagogiques et leur ergonomie (perspective des software studies)
  • les projets éducatifs et technologiques mettant en jeu la question du genre ou de l’interculturalité
  • les pédagogies reposant sur le DIY
  • le design d’espace et les espaces pour le design (aménagement de salles de classes, learning centers).

Conseil scientifique

George-Louis Baron (Paris-Descartes), Julia Bonaccorsi (Université Lumière Lyon 2), Michaël Bourgatte (ICP), Claire Clivaz (Institut Suisse de Bioinformatique), Frédéric Gimello-Mesplomb (Université d’Avignon), Daniel Jacobi (Université d’Avignon), Marie-Claude Lapointe (Université du Québec-Trois Rivières), Olivier Le Deuff (Université Bordeaux-Montaigne), François Moog (ICP), Augustin Mutuale (ICP), Laurent Tessier (ICP), Dominique Vinck (Université de Lausanne).

Comité d’organisation

Vincent Auzas (IHTP-CNRS), Aurélien Berra (Paris X-Nanterre), Rémy Besson (Université de Montréal), Adrien Bourg (ICP), Michaël Bourgatte (ICP), Baptise Campion (IHECS-Université Louvain la Neuve), Frédéric Clavert (Université de Lausanne), Mikaël Ferloni (MKF), Alexie Geers (Université de Reims), Martin Grandjean (Université de Lausanne), Johann Holland (Campus Condorcet), François-Xavier Hubert (ICP), Marie-Laure Jurado (ICP), David Meschino (ISFEC IDF), Sébastien Poublanc (Université Toulouse-Jean Jaures), Vincent Puig (IRI), Emilien Ruiz (Université de Lille III), Laurent Tessier (ICP).

Repères bibliographiques

AMADIEU Franck, TRICOT André (2014). Apprendre avec le numérique. Paris : Retz.

BROSSAUD Claire, REBER Bernard (2007). Humanités Numériques. 2 volumes. Paris : Hermès Lavoisier.

BARON Georges-Louis, BRUILLARD Eric (1996). L’informatique et ses usagers dans l’éducation. Paris : PUF.

CERISIER Jean-François (2012). “La culture numérique dans le champ de l’éducation, quelques références bibliographiques”. Distances et médiations des savoirs, n° 1, en ligne : http://dms.revues.org/163

CLIVAZ Claire, MEIZOZ Jérôme, VALLOTTON François, VERHEYDEN Joseph (2012). Lire demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale / Reading Tomorrow. From Ancient Manuscripts to the Digital Era. Lausanne : PPUR.

CLIVAZ Claire, VINCK Dominique (2014). Les Cahiers du Numérique 10-3. Les humanités délivrées. Paris : Hermès-Lavoisier.

CRITIQUE n° 819-820 (2015). Des chiffres et des lettres : les humanités numériques.

DEVAUCHELLE Bruno (2012). Comment le numérique transforme les lieux de savoirs. Paris : FYP Éditions.

DOUEIHI Milad (2008). La grande conversion numérique. Paris : Le Seuil.

GOLD Matthew (éd.) (2012), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press.

JACOBI Daniel, BOURGATTE Michaël (dir.) (2014). Eduquer-Former n° 46. Innovations pédagogiques et usages de la vidéo. Paris : ISP Faculté d’Education.

KAMBOUCHNER Denis, MEIRIEU Philippe, STIEGLER Bernard (2012). L’école, le numérique et la société qui vient. Paris : Fayard.

LEBRUN Marcel (2007). Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre : quelle place pour les TICE dans l’éducation ? Bruxelles : De Boeck.

LE DEUFF Olivier (dir.) (2014). Le temps des humanités digitales. Paris : FYP.

LHOMMEAU Clément (2014). Mooc. L’apprentissage à l’épreuve du numérique. Paris : Editions FYP.

MOUNIER Pierre (dir.). Read/Write Book 2 : Une introduction aux humanités numériques. Nouvelle édition [en ligne]. Marseille : Open Edition Press.

SCHREIBMAN Susan, SIEMENS Ray, UNSWORTH John (2008). A Companion to Digital Humanities. Wiley-Blackwell.

SIEMENS Ray  & SCHREIBMAN Susan (2008), A Companion to Digital Literary Studies, Oxford, Blackwell.

SOULIER Eddy (dir.) (2014). Les Cahiers du Numérique 10-4. Quels agencements pour les humanités numériques ? Paris : Hermès-Lavoisier.

STIEGLER Bernard (dir.) (2014). Digital Studies : Organologie des savoirs et technologies de la connaissance. Paris : FYP.

THATCamp Paris (2012). Non-actes de la non-conférence des humanités numériques. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Informations pratiques :

Dates du colloque : jeudi 1er et vendredi 2 septembre 2016

Lieu : Institut Catholique de Paris, 19, rue d’Assas, 75006 Paris, France

Date limite pour les propositions de contributions : 20 mai 2016 à envoyer à Michael Bourgatte (m.bourgatte@icp.fr) et Laurent Tessier (l.tessier@icp.fr)

Organisé avec le soutien d’Humanistica, d’EdCamp.org, de la Fondation Saint-Matthieu et de l’ISP-Faculté d’Éducation.