La vidéo en ligne, usages et pratiques pédagogiques

« Dans le cadre d’une éducation globale aux images, il devient possible de sortir les élèves de leur position de spectateur et de leur permettre d’acquérir des compétences autrefois réservées aux professionnels ». Laurent Tessier, Vice-recteur de l’Institut Catholique de Paris et Directeur du Centre Edouard Branly, répond aux questions du Café Pédagogique. Il évoque la vidéo en ligne à l’occasion de la Journée d’études organisée le 30 juin 2014 au Centre Edouard Branly.

Quel est l’impact du numérique sur les formes d’acquisition des connaissances, sur les formes d’apprentissages, sur la transmission, sur la pédagogie et le contenu des enseignements ?

Il est encore difficile de mesurer globalement l’impact des nouvelles technologies sur la pédagogie et les contenus d’enseignement, car dans la plupart des établissements, on est encore dans une phase d’expérimentation. Deux points me semblent cependant s’appliquer à tous les niveaux (primaire, secondaire, supérieur, professionnel…). D’une part, le numérique change les attentes et le rapport au savoir des apprenants ; d’autre part, les institutions éducatives doivent être capables de penser des pédagogies adaptées à ces nouvelles attentes. À l’exception de quelques « geeks », les enseignants ne peuvent initier seuls ces changements : ils doivent être accompagnés et formés. Or cette dimension de la formation au numérique reste assez pauvre, malgré les effets d’annonce entendus ici ou là.

Les pratiques et les usages de la vidéo sont liés à la montée en puissance des plateformes d’enseignement à distance … Expliquez nous ce que sont les Mooc, et comment ça fonctionne ?

Les Massive Open Online Courses (Moocs), initialement lancés par des consortiums américains, sont des dispositifs techniques qui permettent à un très grand nombre d’étudiants d’accéder, le plus souvent gratuitement, à des cours de haut niveau délivrés par les institutions les plus prestigieuses (Harvard, MIT, etc.). Je ne suis pas sûr qu’ils constituent en eux même des dispositifs pédagogiques révolutionnaires : celles et ceux qui sont passés par des systèmes de formation à distance dans les dix dernières années y retrouveront les outils classiques de la formation à distance : vidéos, webmédia, forums, QCM, etc. Cependant, les Moocs ont sans aucun doute le mérite d’avoir relancé de manière très forte la dynamique de la formation à distance dans l’enseignement supérieur, et ce, au niveau mondial.

En quoi est-ce différent de la bonne vieille radio télévision scolaire de 1950 ?

Vous avez tout à fait raison, il faut toujours réinscrire les innovations techniques dans un continuum historique, pour ne pas se laisser éblouir par d’apparentes nouveautés qui n’en sont pas toujours… Malgré cela, il y a quand même une nouveauté importante dans les MOOC et dans la dernière génération de plate-forme d’enseignement en ligne, c’est la dimension collaborative qu’elles rendent possible et favorisent. Ce qui est nouveau dans le MOOC, ça n’est pas, en soi, la vidéo de l’enseignant que regardent les étudiants : c’est le fait que les étudiants peuvent commenter cette vidéo, échanger entre eux leurs interrogations, partager les réponses qu’ils ont trouvé dans un livre ou sur un site web…

On observe une utilisation renouvelée de l’image en pédagogie. Quelles sont les caractéristiques principales de cette régénération ?

Je prends un exemple concret. L’un des chercheurs du Centre Edouard Branly, Michael Bourgatte, a travaillé cette année avec des élèves de différents niveaux dans le cadre d’ateliers d’éducation à l’image. Pour cela, il a utilisé un logiciel de montage vidéo qui permettait aux élèves de manipuler par eux-mêmes des extraits de films. Les outils numériques permettent aujourd’hui de mettre en place ce type de dispositif beaucoup plus facilement. Dans le cadre d’une éducation globale aux images, il devient possible de sortir les élèves de leur position de spectateur et de leur permettre d’acquérir des compétences autrefois réservées aux professionnels.

En quoi la vidéo en ligne utilisée par un enseignant permet-elle d’entrer différemment dans la matière du cours ?

C’est justement à cette question que nous allons travailler lors de la journée d’études du 30 juin : à partir d’exemples concrets, présentés par des enseignants, des chercheurs et des techniciens, nous allons voir quels usages pédagogiques pertinents peuvent être faits de ces vidéos : stimulation de l’intelligence collective d’un groupe d’apprenants, modalités d’apprentissage communautaire, techniques d’annotations et de commentaires collectifs des vidéos… Il s’agira de voir comment les enseignants et les apprenants peuvent se saisir d’outils vidéo : soit comme porte d’entrée dans un savoir réputé complexe ou rébarbatif, ou au contraire comme stimulation vers un approfondissement ou un élargissement des perspectives… Mais sans doute pas en « remplacement » du texte. Dans la plupart des usages de la vidéo que nous observons, la question pédagogique centrale est peut-être celle de l’articulation de la vidéo et du texte.

Quels sont les projets du Centre Edouard Branly ?

Nous avons fait le choix de ne pas nous cantonner aux grands discours sur la révolution numérique et de nous concentrer sur l’observation et l’accompagnement des expérimentations qui nous semblent les plus prometteuses. C’est ce que nous allons faire le 30 juin lors de notre journée d’étude consacrée aux usages pédagogiques innovants de la vidéo. Le Centre est en plein développement autour des liens entre éducation et numérique. Nous travaillons avec des enseignants et des chefs d’établissements qui font évoluer leurs pratiques et leurs projets pédagogiques. Par ailleurs, nous travaillons aussi, par exemple, sur la circulation des savoirs sur web avec une équipe de recherche internationale, ou sur les usages pédagogiques du numérique avec le Musée du Louvre ou encore la BnF. Toutes les institutions de transmission sont aujourd’hui questionnées par le numérique… Notre vocation est d’accompagner les processus d’innovations et de créativité qu’ils suscitent.

Propos recueillis par Gilbert Longhi. Nous recopions l’article in extenso.

Michael Bourgatte à propos de l’arrivée de Netflix en France

Netflix: remue-ménage dans l’audiovisuel français ? publié le 15 septembre 2014 dans Médiapart.

La société américaine Netflix, spécialiste de la location de films et de séries par abonnement (modèle dit de la sVOD) entre ce lundi 15 septembre sur le marché français. L’arrivée de ce nouvel acteur constitue une opportunité pour accéder à des contenus audiovisuels nombreux et dans des conditions appréciables pour les usagers : des tarifs bas, pas de contrat, une interface conviviale ou encore des recommandations qui sont faites en fonction des goûts de l’usager. Pour autant, il importe de remarquer que parmi les principaux fournisseurs d’accès à Internet , Bouygues Télécom, Free, Numéricable, Orange ou SFR, seul le premier a établi un accord avec Netflix pour accueillir l’offre du géant américain sur sa box. La question que l’on posera donc d’emblée est la suivante : qui va regarder Netflix, puisque 75% des foyers français accèdent à la télévision via une box ? La réponse est sans appel : personne ou presque, sinon quelques curieux, ceux qui regardent des contenus audiovisuels sur leurs ordinateurs ou encore, ceux qui ont les moyens d’accéder à l’internet sur leur écran de télévision (ce qui nécessite d’être équipé d’un téléviseur permettant de surfer sur Internet ou d’avoir les moyens de faire interagir son ordinateur avec son écran de télé via une borne AppleTV, une clé Google Chromecast, etc.).

Il n’empêche que les acteurs du marché français de la sVOD sont inquiets. Et ils ont raison de l’être, car le catalogue Netflix est potentiellement très important : il se compte en dizaines de milliers de titres. Si la société a choisi, pour l’instant, de n’en proposer qu’une infime partie, il y a fort à parier que l’offre va être exponentielle. Les projections qui ont été annoncées rapportent que Netflix vise 3 millions d’abonnés sous 3 ans, soit environ 10% du marché français. Pour cela, il s’avère nécessaire de trouver des accords avec les FAI, ce qui devrait arriver tôt ou tard. Pour l’heure, le géant américain de la sVOD a gagné un premier pari : il a popularisé la logique de l’abonnement sVOD et il a imposé son nom sans aucune campagne publicitaire. Point de départ de cette stratégie : montrer que l’on est plein de bonne volonté et que l’on cherche à s’installer sur le marché français, tout en refusant de se plier à ses règles de fonctionnement (quotas de diffusion de films français et européens, participation obligatoire à la production de films et de séries). L’ancienne ministre de la culture et de la communication, Aurélie Filippetti, a donc été obligée – à raison – de monter au créneau et les médias de relayer l’information, parlant ainsi de la sVOD et de Netflix.

Seconde étape : Netflix décide finalement de s’installer ailleurs. Au Luxembourg, de façon transitoire, puis aux Pays-Bas, de manière définitive. La société montre ainsi sa bonne volonté en quittant le Luxembourg, assimilé à un paradis fiscal. Cette bonne volonté se couple à une annonce qui a un retentissement d’envergure sur le territoire français : Netflix va lancer la production d’une série qui s’intitulera (provisoirement ?)Marseille et qui sera entièrement tournée dans la cité phocéenne. Une annonce qui montre que la société n’est pas dans une seule logique de diffusion de contenus, mais aussi dans une logique de création. En outre, Netflix montre que si les règles du marché français ne lui convienne pas, cela ne l’empêche pas d’y investir de l’argent, ce qui aura inconstablement des effets positifs sur l’économie. D’abord au sein du tissu des professionnels locaux (acteurs, sociétés de casting, etc.) ; ensuite, pour le tourisme. Sur fond de jeux de pouvoir politique, le projet fait penser à House of Cards, la série-phare déjà produite par Netflix. Sans en savoir plus, on imagine déjà clairement une série qui rappelerait les heures glorieuses de la French Connection, tirant parti des imaginaires cinématographiques que la ville recèle : affaires politiques, trafics d’armes et de drogues, meurtres, règlement de comptes, etc. Marseille s’imposerait alors comme une ville de cinéma, elle qui est déjà le théâtre du feuilleton à succès Plus belle la vie ; elle qui habrite les studios flambants neufs de la friche La Belle de Mai. Avec Netflix, fini l’image ringarde d’une France béret-baguette. Fini également l’image d’un cinéma d’auteur qui parle plus qu’il n’agit. On est en plein dans The Wire. À condition, bien entendu, que la production sorte de nos frontières.

Pour cela, il faut compter sur la force de frappe de Netflix qui est, aujourd’hui, l’acteur le plus important dans le secteur de la sVOD. Le service compte quelques 35 millions de foyers connectés en Amérique du Nord et plus de 50 millions à travers le monde. Chaque soir, le serveur consomme près du tiers du flux Internet nord-américain. Associé au service de vidéos Youtube, les deux grands de l’audiovisuel consomment la moitié de cette même bande passante. Ce qui n’est pas sans faire bondir le reste des acteurs de l’internet qui souhaiterait voir Netflix contribuer à l’amélioration des réseaux ou à la mise en place d’infrastructures adéquates. Si la plateforme occupe autant d’espace sur la toile, c’est qu’il y a une demande. Pour autant, il ne s’agit pas de faire de l’ombre aux services proposés par les autres acteurs de l’internet (services d’achat, sites d’informations ou réseaux sociaux) et aux besoins des usagers qui ne sont pas connectés à la plateforme vidéo. Outre la taille de son catalogue, le succès écrasant de Netflix repose sur un moteur de recommandation de films et de séries particulièrement efficace. Toutefois, pour bénéficier de ces précieuses recommandations, Netflix a besoin de savoir ce que les utilisateurs aiment. Ainsi, le site accumule des données les concernant : des éléments d’identité qu’ils ont communiqués lors de leur inscription sur le site, des informations qu’ils ont apporté en complétant leur profil ou en participant à des jeux-concours. Netflix collecte aussi des traces de navigation (horaires d’utilisation du service, types de programmes consultes) ou des éléments que les utilisateurs ont publié sur Facebook, le célèbre réseau social agissant, la plupart du temps, comme une clé d’entrée sur Netflix. 

Les pouvoirs publics français concentrent aujourd’hui leur attention sur la manière dont il faut légiférer – à raison – sur l’utilisation de ces données. Mais en cherchant continuellement à sécuriser la vie privée des utilisateurs, on oublie que ces derniers sont moins dans un processus de dévoilement de leur intimité que dans une stratégie de définition de leur identité (numérique). Il y a des goûts inavouables, des pans entiers d’une vie qui ne pénètrent pas le numérique. Aujourd’hui, les utilisateurs savent qu’un clic ou un commentaire a une incidence sur leur activité. Ils ne font donc pas n’importe quoi, prouvant qu’il existe bien des modes efficaces d’autorégulation et d’entraide au sein de la société. Aux Etats-Unis, Netflix a récemment observé le reflux des connexions Facebook permettant de publiciser l’activité de ses utilisateurs. Ces derniers se connectent de plus en plus via leurs adresses mail, ce qui est synonyme d’une recherche de privatisation des accès. Il a donc été décidé d’arrêter la publicisation ouverte de l’activité qui avait manifestement un impact négatif. Quant au fonctionnement du service de recommandation, il est toujours plus tourné vers les utilisateurs, passant d’un principe automatisé unilatéral (si tu aimes ça, alors Netflix pense que tu devrais aimer ça) à un modèle multidirectionnel, prenant en compte les goûts des amis, ceux avec lesquels on partage tant de choses, comme ceux avec lesquels on ne partage rien, ou presque. Ajouté à cela que les utilisateurs butinent, braconnent et bricolent dans le grand bac à sable Netflix. Ils cherchent un film et ils en trouvent un autre. Ils ont une envie puis soudainement celle-ci change. Autant de phénomènes qui ne disent rien de leurs intentions et leurs objectifs.

En outre, ce dont on peut être absolument certain, c’est que le moteur de recommandation Netflix a deux effets culturels très positifs. Le premier est qu’il met en relation des films et des séries participant ainsi à leur média(tisa)tion. À la fin d’un visionnement, si l’uager du service indique qu’il a aimé le film ou la série qu’il vient de regarder, Netflix lui propose alors de découvrir d’autres films ou d’autres séries du même réalisateur ; d’autres films ou d’autres séries dans lesquels les acteurs ont joué. Les rapprochements peuvent également se faire en fonction d’un genre, d’une nationalité, d’une thématique. Ce moteur de recommandation remplit également une mission de valorisation du patrimoine audiovisuel. Le catalogue étant important, les recommandations peuvent se faire en direction de films de niche ou de films anciens. Si le phénomène est souvent perçu de manière négative par les analystes qui pointent du doigt les effets négatifs de la longue traîne, il est tout à fait possible de regarder la situation d’une autre manière. Une offre importante constitue autant d’occasions supplémentaires de (re)découvrir des films et des séries, et d’accroître sa culture audiovisuelle. Sans être dupe sur la composition d’un catalogue largement alimenté par des films américains produits dans les années 1980-1990, il n’empêche qu’il s’agit de tout un pan du patrimoine cinématographique à ne pas négliger. Un patrimoine que les jeunes (mais aussi les moins jeunes) générations prennent toujours un malin plaisir à (re)découvrir.

L’arrivé de Netflix sur le marché français risque de participer à l’accroissement du nombre d’abonnements sVOD, jouant plutôt un rôle de catalyseur et moins un rôle de concurrent pour les acteurs en place, même s’il en est un. Le leader CanalPlay et ses 500 000 abonnés semble à l’abri, au moins pour un temps, car il bénéficie de l’appui des pouvoirs publics. Cependant, des questions se posent quant au devenir des autres services de sVOD proposés par FilmoTV, Jook, Numéricable… Et Wuaki, le japonais du groupe Rakuten (PriceMinister) qui n’est sûrement pas entré sur le marché français cet été pour faire de la figuration. Autre effet positif de l’arrivée de Netflix : un possible recul des pratiques illégales de téléchargement ou de consultation de films en streaming (qui sont monnaie courante pour un tiers des internautes français aujourd’hui). Pour autant, comment lutter face à l’impressionnant « Proof-of-Concept » PopCorn Time qui offre aux internautes la possibilité de voir un nombre impressionnant de films et de séries gratuitement, sous-titré(e)s et en HD, tout en jouant au chat et à la souris avec la législation ? La réponse réside dans une offre légale reposant sur un abonnement à faible coût ; une offre de quantité et de qualité qui s’accompagne de recommandations et d’exclusivités. Plus encore, la réponse réside dans l’attachement à un label qui produit de la valeur dans une société où l’on manque parfois de repères. En somme, tout ce dont est capable Netflix.

L’arrivée de ce géant américain de l’audiovisuel sur le territoire français nous montre combien l’économie de marché est loin d’avoir achevée sa mue. Netflix s’impose aussi bien dans la mise à disposition de contenus que dans leur production ; il fait leur promotion et valorise le patrimoine cinématographique et télévisuel ; il donne même des moyens aux utilisateurs de dessiner les contours de leur propre identité culturelle. Si le phénomène n’est pas nouveau, il ne s’est jamais imposé à une telle échelle en France (pour prendre quelques exemples : TF1 ou Canal+ ont un cœur d’activité autour de la programmation et de la production de contenus ; Allociné ou Vodkaster sont davantage dans une stratégie de mise à disposition d’informations). Inutile, cependant, de crier au loup : il est dans la bergerie. Netflix vient de dessiner les contours d’un nouveau modèle de l’audiovisuel français en un temps record. Une politique d’action publique s’impose donc, sans pour autant fermer les yeux sur une réalité économique dont les effets positifs et négatifs restent à évaluer.

Michaël Bourgatte, maître de Conférences à l’ICP – Centre Edouard Branly pour les Humanités Numériques. 

Et pour aller plus loin, retrouvez Michaël Bourgatte dans l’émission La Grande Table, sur France Culture, le 12 septembre 2014.

 

Laurent Tessier invité sur France Culture pour parler des Humanités Numériques

Les technologies numériques modifient et interrogent les conditions de production et de transmission des savoirs. 

Comment l’école peut-elle prendre acte de ces transformations ? A quel niveau scolaire ? Cela doit-il se faire à travers chaque discipline ou par le biais d’un enseignement spécifique ? Les humanités numériques qui mêlent l’informatique aux sciences humaines ou au sciences sociales , aux lettres, à la création artistique, ont-elles, en tant que telles, leur place dans les programmes scolaires ? Faut-il créer un « Bac Humanités Numériques » comme le suggère le Conseil National du Numérique ?

équipe-de-lémission-au-complet

Réécoutez le podcast de l’émission Rue des écoles (France Culture) sur le thème des Humanités Numériques à l’école, avec :

  • Laurent Tessier, Chercheur au Centre Edouard Branly pour les Humanités numériques,
  • Sophie Pène, Professeur en sciences de l’Information  à l’Université Paris-Descartes, responsable du Master FOSTER au CRI,
  • Divina Frau-Meigs, sociologue des médias, et Directrice du CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information de l’Académie de Paris).

Animation d’un atelier au ThatCamp Paris 2015 sur les outils d’annotation vidéo

Les THATCamp (The Humanities and Technology Camp) sont des « non-conférences », c’est-à-dire des rencontres informelles et non hiérarchisées, se voulant à l’opposé du modèle canonique du colloque universitaire. Ils mettent l’accent sur les discussions informelles, sur la collaboration et non l’individualisme, sur une approche pragmatique plutôt que  théorique. Ils sont nés à Washington, à l’université George Mason, et sont devenus un véritable réseau d’événements regroupant localement les chercheurs en Humanités Numériques.

Le prochain ThatCamp organisé en France se tiendra à Paris, du 9 au 11 juin, à l’INHA. Dans le cadre de cet événement, Michaël Bourgatte et Laurent Tessier proposeront un atelier, en lien avec leurs travaux, intitulé « les outils d’annotation vidéo pour la recherche et la formation ». Pourquoi ce thème ? Parce que l’un des fondements du travail d’un chercheur, mais aussi de tout processus d’apprentissage réside dans la prise de note et l’annotation de texte. Une pratique qui est, pour ainsi dire, aussi vieille que l’écriture elle-même. Mais si les possibilités d’annoter des textes et de partager le fruit de ses annotations sont démultipliées par les technologies numériques, annoter un film ou une vidéo a toujours été, et reste, une opération complexe.
cine.tools_.02

Or l’un des enjeux fondamentaux des Humanités Numériques réside précisément dans le traitement et le partage de corpus d’images, et notamment d’images animées : film de cinéma, vidéo pédagogique, captation d’entretien, etc. Et pour cela, les outils restent largement à construire. On peut bien sûr s’appuyer sur des technologies venant d’autres contextes professionnels (les outils de montage, de type Premiere ou Final Cut Pro, offrent des solutions d’annotations), mais ces outils ne sont pas directement adaptés à un usage de recherche ou de formation, que ce soit en termes de philosophie, de complexité technique ou de coût. En France, l’IRI, le LIRIS, l’INA puis le Centre Edouard Branly ont porté des projets d’expérimentation autour d’outils d’annotation vidéo, plus spécifiquement destinés à la recherche et à la formation (Lignes de TempsAdveneMediascope et Cinetools).

Le projet Cinetools – pensé au sein d’un consortium d’acteurs – et ses développements actuels conduits de façon autonome au sein du Centre Edouard Branly (dont nous proposerons un beta-testing lors de l’atelier.) retiendront plus particulièrement notre attention. Ces services d’annotation vidéo reposent sur l’assemblage de briques technologiques Open Source et d’une philosophie importée de la sphère de l’annotation de corpus de textes numérisés, ici adaptée à la vidéo. Un parti-pris fort du projet consiste à « désacraliser » le film, en prenant au sérieux l’accélération des discours vidéographiques sur le web : communication vidéo (Hangout, Skype) ; échanges sur les réseaux sociaux à base d’extraits de films (Youtube, Vine). Sur le modèle des pratiques d’annotations textuelles massivement répandues depuis la création du livre de poche, nous voulons promouvoir un accès plus libre et plus ouvert à la pratique d’annotation des images animées. Une pratique permise par des technologies numériques qui favorisent un accès toujours plus important et facilité au patrimoine cinématographique et vidéo.

4473939932_a7f6b9baa9_b

La conception de ces outils constitue, en soi, un exemple passionnant de travail collaboratif entre chercheurs en SHS et ingénieurs informaticiens. Le défi est, en effet, de réaliser des outils qui permettent, de façon simple et ergonomique, de pratiquer des manipulations d’images (découper, extraire, marquer) en y associant du texte : commentaires ou mots-clés. Il importe également de prendre en compte la pérennité des technologies utilisées, afin que ces outils constituent un véritable gain pour les chercheurs, les enseignants et les étudiants. À cette fin,

  • il est indispensable de composer avec l’offre du « marché » numérique, et notamment les solutions et briques Open Source ;
  • il faut prendre en compte les spécificités des systèmes d’exploitation (Windows, OsX, Ios, Linux, etc.) et des navigateurs (IE, Firefox, Chrome, Safari, etc.) qui ont leurs propres méthodes de décodage des vidéos. Il faut, en outre, anticiper leurs évolutions technologiques ;
  • Il importe, enfin, de concevoir une interface dite Adaptative – ou Responsive – qui fonctionne avec tous les types de technologies (ordinateurs, tablettes, smartphones) et de formats d’écrans.

Dans le cadre de cet atelier, nous proposerons donc aux participants de découvrir ces technologies, de les tester, d’évaluer leur pertinence et d’imaginer des solutions pour soutenir des projets de recherche nécessitant la manipulation de la vidéo.

Retour sur SXSW-EDU 2015 : Gender, Maker, Data & Video

Difficile de rendre compte de la richesse de SXSWedu : plus de 2500 professionnels de l’éducation, exposants, conférenciers venant du monde entier (mais en majorité des Etats-Unis) pour partager leurs expériences, présenter des technologies ou des projets pédagogiques innovants… Le mélange entre enseignants, personnels des institutions publiques, chercheurs, Startups ou grandes compagnies, comme par exemple Lego (chef de file du Playground, l’espace dédié aux innovations pédagogiques dans lequel nous avions été sélectionnés), donne quelque chose d’assez unique.
 
 
Si l’on veut malgré tout donner une idée des grandes tendances du festival, on pourrait notamment citer la problématique « Gender », et en particulier l’éducation des filles aux technologies, qui était présente dans beaucoup de projets. Par exemple, l’apprentissage du code pour les filles proposé par Vidcode ou l’initiation au design orienté vers les filles qui est soutenu par BlinkBlink :
 
 
 
Egalement en lien avec ce dernier exemple, l’approche Maker (DIY, Hacker) était  elle aussi très présente : beaucoup de projets présentés proposaient d’initier les élèves à la conception et à la production d’objets (notamment, mais pas uniquement, via impression 3D), souvent avec une approche collaborative. On pensera, entre entre, au GeekBus – San Antonio Mobile Classroom – qui se déplace dans les écoles afin de développer et de promouvoir ce type d’activités. On retiendra également les propos de la responsable du Project H Design, Emily Pilloton :
 
 
La question de la « Privacy » et du partage des données était également abordée dans de nombreuses tables rondes et conférences. Les chercheurs et entrepreneurs Américains sont sans doute moins sensibles que les Français sur cette thématique, qu’ils abordent frontalement, en essayant de trouver des solutions qui permettent d’utiliser le Big Data pour améliorer la réussite des élèves (on pensera, par exemple, à l’utilisation pédagogique des beacons pour déclencher des activités sur les smartphones des élèves, à l’approche d’un lieu). La question des dérapages possibles est souvent évoquée, mais jamais pour remettre en cause ce type de démarche sur le fond.
 
 
Enfin, la question des usages de l’image et de la vidéo reste, bien entendu, très présente, dans le cadre des approches Blended Learning / Flipped Classroom ou des réflexions conduites autour des Moocs. Le projet Cine.tools porté par le Centre Edouard Branly en rendait compte, parmi d’autres. Diverses allocutions, dont celle de clôture par Salman Khan, le fondateur de la Khan Academy, montraient à quelle point cette question continue d’être centrale et de susciter projets et réflexions.

Cine.tools at SXSWedu

From March 9th to 12th, Centre Edouard Branly will display Cine.Tools at SXSWedu « Playground ». Playground Displays showcase effective learning approaches with an emphasis on innovation through discovery-based learning. This creative and high-energy space provides a platform for organizations to engage with attendees through these stationary displays that remain active for the duration of the Playground at SXSWedu 2015.

sxswedu

The Edouard Branly Center (named after the famous data-transmission pioneer) is a French R&D team working on digital innovation in the educational field. It is composed of researchers in Digital Humanities of the Catholic University of Paris and ISEP engineers (a French graduate engineering school in Electronics, Software & Computer). Our team focuses on innovative ways of teaching and learning using technologies. We work with teachers and students while providing apps and services which aim to improve their experience significantly. The CineTools project that we will showcasing at SXSWedu applies our vision to art integration and virtual learning:

CineTools is an open toolbox that enables teachers to use movies in the classroom or via a mooc/spoc program. Teacher(s) and students can select movies from a large database (thanks to a partnership with universcine.com, the biggest French VoD provider dedicated to independent cinema). They can select scenes, cut & paste them, even create mashups while adding comments and annotations, and share their experimentations with their classmates and the CineTools community.

Find out more about the Playground displays here.

Cine.tools: Play and Learn with Movies

Cine.tools is an open toolbox and a learning management system focused on using movies in the classroom. It is developed by the Centre Edouard Branly for Digital Humanities (Catholic University of Paris), along with IRI (Centre Pompidou), Universcine (VOD) and Télécom Paristech, and is partly resulting from previous researches achieved during the Cinecast Project. Its philosophy is based on Blended Learning applied to Film Studies. With Cine.tools, the teacher chooses a film in a database and add on the movie her/his work instructions. Learners discover and analyze the movie at home at the time of their choice. They annotate the movie to answer the teachers’ questions or to ask questions to the class. Back to the classroom, teachers and learners can exchange views and debate with the help of the annotations (instructions and answers which have been left on the movie). They also can add new annotations, in order to improve their collective understanding of the movie.

cine.tools_.02

Created by a French team, Cine.tools promotes French movie culture (the famous « politique des auteurs »), offering exclusive broadcast of French movies in original version with English subtitles.  But, breaking the French educational rule of a sanctified movie that one can only watch in a movie theatre, we promote new ways of exploring film culture with computers. Mostly, using technologies, we want to give learners new ways of expressing their views and feelings. To strengthen this stand, we encourage the annotative work directly on the movie content (and not on the side of it).

cine.tools_.03

Cine.tools is embedded in a custom version of the Open Source E-Learning service Moodle. Thus, the users can be identified as teacher or learner. The movie player and annotation technology is based on Open Source Javascript Libraries. It is built on the top of (1) Video.js Open Source HTLM5 Video Player extended by (2) the Annotator Open Knowledge Foundation Project compliant with (3) the Open Annotation Data Format.

Innovations pédagogiques et usages de la vidéo

Ce numéro 46 de la revue Eduquer|Former sur « Les usages pédagogiques de la vidéo » se fait l’écho d’une journée d’études organisée par le Centre Édouard Branly pour les humanités numériques de l’ICP et de l’ISEP qui s’est tenue en juin 2014. La question à l’origine de cette rencontre est celle de l’impact de la vidéo dans les formes d’acquisition des connaissances, sur les modes d’apprentissages, sur la transmission, sur la pédagogie et le contenu des enseignements eux-mêmes. Une problématique qui est, ici, relayée, en reprenant une partie des contenus délivrés lors de la journée ; une autre partie est inédite. Par le choix des méthodes convoquées, ce numéro se fait ensuite l’écho d’une tradition de recherche en ethnographie de la pédagogie au sein de l’Institut Supérieur de Pédagogique – Faculté d’Education de l’ICP. Il se distingue, enfin, par sa mixité disciplinaire, notamment avec les Sciences de l’Information et de la Communication qui apportent un regard spécifique sur la pédagogie en lien avec des aspects techniques et la notion de médiation. De ce fait, les questions qui organisent ce numéro sont les suivantes : comment les technologies numériques et, plus généralement, les médias informatisés influencent-ils la transmission des savoirs ? Ont-ils un impact sur les formes d’apprentissage, sur les modes de transmission, sur la pédagogie, sur le contenu des enseignements eux-mêmes ? Et quelle est la place de la vidéo dans ses bouleversements ? Quels sont les usages qui en sont fait ? L’enseignement académique est-il submergé, comme c’est souvent le cas, par un ensemble de pratiques qui se déroulent en dehors d’elle, hors de ses murs ? Autant de questions qui attendent des réponses quand on voit qu’Internet est devenu un moyen privilégié d’éducation non formelle. S’instruire sur le web, selon une modalité d’autoapprentissage, est devenu monnaie courante. Les passions communes, comme la cuisine, le bricolage, la musique ou la photographie favorisent les médiations réciproques, rendues possibles grâce aux milliers de vidéos produites par les UGC (Users Generated Contents). Sans oublier, bien sûr, les apprentissages implicites qui se construisent à l’insu même des utilisateurs, comme effet de l’utilisation prolongée et quotidienne de cet incessant zapping vidéographique.

L’intégralité du numéro est accessible ici.

Explorer les cultures visuelles sur le web

Cartographier et donner sens aux cultures visuelles numériques constitue un enjeu majeur pour les chercheurs se situant dans le champ des humanités numériques et pour les sociologues de la culture. Quelle que soit leur discipline, les chercheurs qui investissent ces nouveaux objets visuels sont d’abord confrontés à la question de la délimitation des frontières de ces corpus. Afin de contribuer à cet effort épistémologique et méthodologique, nous proposons ici d’expérimenter un renversement de l’usage de l’image numérique, en la considérant en tant que “trace d’usage” rendant possible l’exploration d’espaces en ligne et la constitution de corpus originaux. À cette fin, nous proposons plus spécifiquement d’utiliser des outils dits de “recherche inversée d’image”, dont nous discutons les apports et les limites dans la constitution d’un tel type de corpus.

Making sense of digital visual culture

Mapping and making sense of digital visual culture is a major challenge for digital humanities researchers and sociologists of culture as well. Researchers who explore new visual objects on the web are first confronted with the question of delimitating their corpus. In order to contribute to this epistemological and methodological effort, we propose to consider the digital picture as an “evidence” enabling the exploration of online spaces and the creation of original corpus. To this end, we propose to use some so called “reverse image search” tools, and we discuss the contributions and limitations of these tools in the making of such corpus.

par Eric Dagiral, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Cerlis

Laurent Tessier, ICP – Centre Edouard Branly, Paris

Pour lire l’article : DagiralTessier_ExplorerLesCulturesVisuellesSurLeWeb

TheUselessWeb : curateur de l’inutilité du web

Take me to a Useless Website est une page web unique doté d’un onglet « please » qui permet de circuler vers des sites créatifs et/ou inutiles. En cliquant sur cet onglet, on entre systématiquement sur un site ne comprenant, lui aussi, qu’une seule page. La promesse qui est faite est celle de l’inutilité présumée du site à venir, inutilité qui participe du moment récréatif que l’on cherche à s’offrir dès lors qu’on se lance dans l’aventure.

Le plus généralement, le site ainsi ouvert comprend un texte, une texture, une animation sommaire ou une vidéo. Ouvert dans une nouvelle fenêtre, ce site peut facilement et rapidement être fermé pour revenir sur la page d’accueil, afin de continuer à explorer la toile… Puisqu’à chaque fois qu’on clique sur « please » on sera redirigé vers une nouvelle page encore inconnue.

Quelques exemples de sites rencontrés ici ou là, au hasard d’une exploration de ce moteur d’exploration aléatoire :

1- www.sanger.dk vous réjouit de la vue d’un chien qui tente d’entrer en contact avec vous, notamment en léchant une vitre, un peu comme si celui-ci était de l’autre côté de votre écran.

www.sanger.dk : le petit chien de l’autre côté du miroir

2- cat-bounce.com vous laisse admiratif devant une pluie de chats qui chutent depuis les hauteurs de votre écran pour venir rebondir sur sa partie inférieure. Avec votre souris, vous pouvez faire tournoyer les félidés et les faire ré-entrer dans la danse proposées à l’écran. Et si vous veniez à manquer d’animation, vous pouvez cliquer sur « Make It Rain » pour obtenir davantage de chats.

cat-bounce.com : la pluie de chats

3- Avec sometimesredsometimesblue.com, vous pouvez, d’un simple clique faire passer votre écran du rouge au bleu et du bleu au rouge.

4- Ninjaflex.com vous donne à voir un ninja pixelisé en train de faire des katas et un muscle bandé prêt pour le bras de fer. D’un simple survol de la souris sur le ninja, le petit personnage est remplacé par le mot « ninja » et se voit accompagné d’une voix prononçant le mot. Même survol sur le bras et le mot « flex » apparaît, accompagné, là encore, d’une voix.

ninjaflex.com : « ninja »… « flex »  

5- www.toggletoggle.com est un site présentant un interrupteur. Il est possible de l’actionner et ainsi d’éteindre ou d’allumer la lumière. Un compteur enregistre le nombre d’actions effectuées par l’ensemble des internautes. Et un mot d’humour du créateur suggère aux usagers du site de faire une donation pour l’aider à payer sa facture d’électricité.

éteindre et allumer la lumière

6- wwwdrunkronswanson.com est une vidéo mise en boucle donnant à voir un certain Ron Swanson, de toute évidence saoul, en train de danser (ou d’essayer de danser) dans un bar, sur fond de musique rap. Un compteur enregistre le temps passé sur le site, de toute évidence pour nous inciter à battre des records (inutiles). »

Ron Swanson danse

7- Dernier exemple : www.wwwdotcom.com (on notera le jeu sur l’url) vous invite (pour ne pas dire : vous ordonne) de quitter internet et Take me to a Useless Website.

finie la rigolade

Ce qui retient l’attention avec ce « site », c’est qu’en dehors de nous amener à la découverte de recoins secrets d’internet, il les rassemble. Cet acte de catalogage ou de compilation, qui induit de facto un geste de mise en relation de différents sites entre eux, s’apparente clairement à un exercice de curating du web. Take me to a Useless Website s’impose alors comme le chef d’orchestre de l’inutile teinté de créativité, dans le numérique. Si chacune de ces propositions, prises indépendamment les unes des autres, n’ont qu’un intérêt relatif et sont porteuses d’un discours qui leur est propre, l’expérience qui est proposée  ici en accroît l’attractivité puisque le « site » les met en relation, leur permet de se répondre, d’entrer en discussion, d’être valorisées.