Tous les articles par Michael Bourgatte

Jeudi 9 mars 2017, dans le cadre de la séance #18 de Shortcuts, Vincent Thabourey est venu nous parler de son livre récemment paru chez Espaces & Signes : Marseille. Mise en scènes.

Vincent Thabourey est coordinateur du réseau de salles Cinémas du Sud critique à la revue Positif. Il est également co-auteur du Cinéma à l’heure du numérique. Pratiques et publics (paru chez MKF Editions en 2012).

Ville solaire et méditerranéenne, faite de villages et de cités, bordée de calanques sauvages et d’importants pôles industriels, Marseille est la capitale régionale la plus filmée de France. Marcel Pagnol, Jean Renoir, Jacques Demy, Jean-Pierre Melville, William Friedkin et, bien sûr, Robert Guédiguian y ont posé leur caméra pour nous en révéler une image à chaque fois différente. En parcourant les lieux de tournage de scènes cultes ou emblématiques, Vincent Thabourey nous fait redécouvrir plus de 70 films dans un « ciné-guide » enrichi de nombreuses cartes et de plusieurs index.


Les origines de la pétanque dans Honoré de Marseille (Regamey, 1956), avec Fernandel.

Interagir avec son écran. Retour sur l’expérience Télétactica

Cela fait longtemps que j’essaie de partager, en vain, la mémoire d’une expérience télévisuelle avec mon entourage. Une expérience d’interaction directe avec l’écran nécessitant le dépôt de formes géométriques et électrostatiques sur celui-ci pour combler des espaces laissés vides, et ainsi aider les héros de la série dans leurs aventures.

Au mieux, mes interactants restent dubitatifs face au récit de cette pratique. Au pire, leurs regards circonspects en disent long sur l’impression que je leur laisse : probablement aurais-je fantasmé ou reconstruit ce souvenir ?[1]

Pourtant, Télétactica a bien existé. C’est une série d’animation française diffusée à partir de la rentrée 1982 dans le cadre de l’émission pour enfants Récré A2[2]. Elle comprend 130 épisodes de 5 minutes, diffusés par tranche de 15 minutes, chaque histoire étant composée de 3 épisodes[3]. Voici un exemple de triptyque Télétactica :

La série relate les aventures de personnages qui voyagent dans l’espace et le temps à la recherche des mémoires contenant l’histoire de la civilisation terrienne[4]. Au cours de leurs aventures, les héros collectent des informations utiles à la progression du récit qui sont autant d’occasions de partager des connaissances historiques concrètes[5].

Les jeunes téléspectateurs (les « télétacticiens ») doivent, quant à eux, aider les personnages dans leur quête. Ainsi, à certains moments de l’histoire, ils sont appelés à coller sur l’écran de télévision des formes géométriques en vinyle (les « télétacs ») pour créer visuellement des ponts, des cachettes, des véhicules, etc.

Le principe, tout à fait innovant, tire son originalité des caractéristiques techniques de la télévision d’alors, puisque les écrans à tube cathodique génèrent de l’électricité statique permettant le contact du vinyle avec eux.

Ainsi, au fur et à mesure de l’aventure, les télétacticiens reçoivent des informations devant leur permettre, suffisamment en avance, de découper des formes et de les appliquer sur l’écran dès lors qu’un patron en pointillés apparaît à l’image :

Dans l’archive INA qui suit, Dorothée, l’animatrice du programme Récré A2, explique comment jouer à Télétactica :

Concrètement, le fait de remplir ou non l’espace qui est réservé à l’accueil de la pièce de vinyle n’impacte pas l’action qui continue de se poursuivre à l’écran. Mais le vide ainsi laissé a pour effet de rendre l’action partiellement incompréhensible, impactant l’imaginaire de l’enfant qui, par ailleurs, ne répond pas au pacte de collaboration posé initialement.

Ces feuilles de couleurs en vinyle étaient vendues sous la forme de pochettes que l’on pouvait trouver chez les marchands de journaux. Les formes n’étaient pas prédécoupées, pour permettre aux futurs télétacticiens de leur donner une taille adaptée à la taille de l’écran de leur télévision.

Certains, dit-on, auraient utilisé des morceaux de sac-poubelle ou des protège-cahiers à la place des feuilles de vinyle vendues dans le commerce (soit pour des questions financières, soit parce qu’elles étaient tout simplement introuvables)[6].

À l’époque, on dit aussi que l’émission aurait été critiquée par certains, car elle obligeait les enfants à avoir le nez collé à l’écran[7].


[1] Ce texte n’est pas complétement un texte original. C’est un travail de remédiation autour d’un objet de culture enfoui. Que mes lecteurs pardonnent certaines similitudes qu’il pourrait y avoir entre ce texte et des éléments épars présents sur Internet.

[2] La réalisation utilisait la technique dite du Transflex, un système qui permet d’incruster des personnages sur des dessins. Elle était couplée à l’utilisation de marionnettes et de maquettes animées en image par image.

[3] http://lescopainsd-abord.over-blog.com/article-teletactica-la-premiere-emission-interactive-intergalactique-par-nath-didile-115298174.html

[4] http://www.planete-jeunesse.com/fiche.php?fiche=122

[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9tactica

[6] http://lescopainsd-abord.over-blog.com/article-teletactica-la-premiere-emission-interactive-intergalactique-par-nath-didile-115298174.html

[7] Ibid.

Short Cuts #17 a eu lieu le 1er décembre 2016 à l’Institut Catholique de Paris. La séance a porté sur le MOOC « La loi des hommes et la loi de Dieu » produit par l’ICP et réalisé par Sébastien Balanger. La séance a été animée par Sébastien Balanger et Michaël Bourgatte de l’Institut Catholique de Paris.

Ce cours en ligne porte sur le droit de l’église et il est proposé sur France Université Numérique . Il traite de la justice religieuse, de son application et de ses implications dans la société civile : qu’est-ce que le droit canonique ?, quelles relations entretiennent la société civile et la société ecclésiale ?, comment la justice ecclésiastique est-elle organisée ?, comment ce droit peut-il garantir et protéger les libertés fondamentales ?

Autant de questions qui nécessitent d’être débattues. Par ailleurs, au cours de cette séance, nous avons pu mesurer l’importance du travail de co-écriture audiovisuelle avec les intervenants, de réalisation, de montage et de direction de tournage pour assurer la qualité d’un MOOC.

Disseminating Research Results in a DH Center: Mediasprint as “Unconference Proceedings”

Paper presented during the International Conference « Digital Humanities Centres: Experiences and Perspectives », Warsaw, December 8-9, 2016 | Communication prononcée lors du colloque international « Digital Humanities Centres: Experiences and Perspectives », Varsovie, 8-9 décembre 2016.

Why did we question the dissemination of research results in our DH Lab?

We created ICP DH center “L’Atelier du Numérique” (the Digital workshop) 3 years ago, focusing on 3 goals:

  • Bringing together faculty members engaged in DH research,
  • Training fellow researchers to design innovative courses or digital resources,
  • Developing digital softwares, applications or services & implementing innovations in our university.

In 2013, as part of the activities of our DH Lab, we organized our first conference, which led us to the publication of proceedings. During this event, in a DH perspective, we wanted to mix scientific papers and panels, allowing exchanges between researchers, innovators and professionals of the digital world.

Following this event, we published proceedings. But the process – like it is always the case in academic world – was long and tedious: it took more than a year. Moreover, these conference proceedings only took account for the scientific papers, losing the richness of the event itself and what made its « DH specificity ».

cover_issue_4_fr_caFollowing this experience – even if the scientific results were interesting – we listed the items that didn’t satisfy us, and on which we wanted to work:

  • During a DH event, there are not only scientific papers, there are also workshops, hackathons… activities that do not find their place in regular conference proceedings.
  • Articles published in conference proceedings do not reflect the dynamics and the creativity of the exchanges that occur during the event;
  • Proceedings get published a time too long after the event. For example, the online references inserted in the conference proceedings are not always assured: very often, when the paper is published, the links are no longer available).

Conference proceedings may be a good way of dissemination, that meets the expectations and the needs of conventional humanities laboratories. But in the case of a DH Lab, it seemed to us that there was something new to create.

The Experience of the Edcamp

This is the reason why, at the beginning of 2016, when we decided to organize a new event, we thought it was a good opportunity to experiment a new way of disseminating the results of our activities. Especially since we wanted to organize a hybrid event, which was both a scientific symposium and an Edcamp.

Before going any further, what is an Edcamp? An Edcamp is a free participant-driven learning experience for educators. The model was created in 2010 in Philadelphia. It follows the same logic as the ThatCamp (and all the “camps” created along the Silicon Valley BarCamp model). Sessions can be determined the day of the event and anyone who attends it can be a presenter, lead a workshop or engage himself or herself in any activity.

atelier4_8

Publishing an accurate record of this type of event raises a number of questions:

First, in a traditional conference, you typically see 10 people speaking, and 90 listening. So,in a way, editing the proceedings is pretty easy: you just have to ask the 10 speakers to write a text and publish it. While in the Edcamp, if 100 people attend the event, in theory, these 100 people should participate to the editing of the proceedings.

Second difference between a traditional conference and the Edcamp: in a conference, the speakers prepared their papers before the event. With the Edcamp, there is much more content that emerges spontaneously during the exchanges.

Third point: with the Edcamp – and it is the case of most DH events – there are now almost as many things happening on social networks as in the conference rooms. Accounting for this specific type of event implies to capture these online exchanges.

The Idea of the Mediasprint

In order to move forward and to make this happen, we decided to include a publisher in the process. We did it with Mikael Ferloni, of MkF Editions, a French publisher who experiments new ways of digital and hybrid publishing.

Mikaël Ferloni | MKF Editions

While brainstorming with him, we focused on a process born in the field of the DH: the booksprint. What is a booksprint? A booksprint is a way of creating a book very quickly – for example a tutorial or a translation – by bringing a team of specialists together in a room for a short period of time. The result is a book published online or published using the process of the print-on-demand. Most of the time, the book is distributed freely.

Thus, the idea was initially to lead a bookprint during the Edcamp. But with a huge difference: we did not want a book made from preexisting texts. Our idea was to edit conference proceedings in real time, in a collaborative manner. We decided to call this dissemination process a Mediasprint, because it was not only composed of textual material, but also of images and videos.

The core of this experience was collaborative note-taking. So, we had to choose a tool allowing this collaborative work. Of course, we could choose Google Docs, which is undoubtedly the most famous, powerful and easy to grip service dedicated to collaborative writing. But it seemed to us, that in a DH perspective, this was not the best thing to do. In our perspective, in this situation, a DH Lab should always:

  • either develop its own tools,
  • or use free and open source technologies developed by and for the academic communities.

And it is only when none of these options is available that a DH Lab should choose proprietary tools. This is the reason why we chose Framapad (from framasoft.org, a French plateform offering Free and Open softwares dedicated to research and teaching.

Sometimes, the use of proprietary technologies is, of course, necessary. And according with that, practicing DH also implies to adapt to common digital uses. For example, Twitter or Instagram data collection is hard to avoid – although the use of these commercial services in a DH Lab should always be questioned.

The Experience of the Mediasprint

During the opening of our Edcamp, which took place in Paris the 1st & the 2nd of September, we explained our plans to the participants. First, we encouraged them to use the collaborative pads to take notes, instead of taking ones on their personal device:

  • We were pleased to see that they effectively used the pads,
  • We were also pleased that they did tweets, took pictures on Instagram and so on.

atelier4_1

Mikaël, our publisher, monitored all these data live, collecting texts, tweets and images, and began editorializing them during the event. At the end of the Edcamp, a first digital version of the proceedings was available and shared with the participants. From this date, they had a week to make corrections on the pads, before the final digital and paper edition.

The result is a hybrid editorial object including texts, tweets, photos, flashcodes, which refer to videos & a bibliography, that is not included in the book himself, but edited and accessible on Zotero also via a flashcode (with the idea to enrich it & to give it a longer life).

edcamp

Perspectives and questions

In the end, we are very aware that this hybrid book is an imperfect artifact. Nevertheless, we believe that it answers, at least partly, to our questions. Among the questions that still arise, we can mention both of these:

  • How to assign discourses written in a collaborative and partly anonymous way? For example, if one looks at the text resulting from the opening conference given by the professor Milad Doueihi, one will not read the discourse of the speaker. The text is the result of what the participants understood and what interested them. In the process of taking notes, they could miss things or even misinterpret part of the speech. In order to counterbalance this, we inserted a flashcode in the book linking to the video of the original speech. And in a way, what is most exciting, is comparing the speech of Milad Doueihi with its reception by the participants.
  • A second question concerns the scientific uses of the book: how does one quote it? Among the participants named in the book, people are mentioned in different ways: there are those whose name appears. There are those who only appear by their Twitter ID. And there are those who contributed anonymously on the pads. More prosaically, where to classify the book in your research resume if you participated to the editing as an anonymous participant? How to present it? A question raised by a participant who addressed us by mail just last week.

These scientific, institutional and editorial questions seem to us typical of those that must be solved today in a DH Lab. So we hope that this Mediaprint experiment will give you ideas and may be taken up and improved by other DH teams.

Laurent Tessier & Michaël Bourgatte

Pouvoir, autorité, leadership et manipulation dans les organisations : ‘Le direcktor’ de Lars Von Trier

Short Cuts #16 a eu lieu jeudi 13 octobre de 18h à 20h à l’ICP (19, rue d’Assas Paris 6e). La séance est animée par Sabine Sépari, Maître de Conférence HDR en Sciences de gestion à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan. Durant cette séance, elle nous parlera de son expérience d’animation d’un cours de Master sur le pouvoir, l’autorité, le leadership et la manipulation dans les organisations à travers le film Le Direcktør de  Lars Von Trier (2006).

Ce film permet de poser beaucoup de questions sur le pourquoi et le comment du pouvoir au travers d’un dispositif de miroir patron/acteur. L’occasion de discuter de thèmes à la fois liés au cinéma, au pouvoir dans nos sociétés et à la pédagogie.

Synopsis : un directeur d’entreprise, n’osant pas affronter ses salariés, alors qu’il a pris la décision de vendre son entreprise et ses employés, paie un acteur de théâtre pour endosser son rôle. L’acteur évolue au cours de son interprétation et s’implique face aux menaces de licenciement pour les salariés, pour la pérennité de l’entreprise.

  • Qui a le pouvoir ? Qu’est ce qui est réel ? Représenté ? Manipulé ? Qui décide ? Quel est le poids de l’environnement interne et externe ? Quelles sont les relations et les clans qui se nouent et se dénouent ?
  • Le procédé filmographique choisi par le réalisateur est également source de débat sur le monde de l’entreprise (décor, prise de vue…), ses biais, ses manipulations, sa froideur, sa technicité….
  • Pourquoi passer par un support cinéma ? Pour faire réfléchir, amener des concepts, animer des débats, transmettre des connaissances, confronter le réel et le virtuel, en dehors de tout cadre préétabli, de toutes références théoriques managériales a priori.
  • Quel meilleur vecteur qu’un vrai film de cinéma pour encastrer le management dans la vie réelle et dans la vie « représentée » ?

Climat : lecture-performance de son poème par Laurent Grisel

Short Cuts #15 a eu lieu à Telecom Paristech le mercredi 1er juin 2016. Pour cette séance nous avons eu le plaisir d’accueillir la lecture-performance, par son auteur, Laurent Grisel, d’un poème intitulé Climats.

Climats relève plusieurs défis : rendre sensible un phénomène dispersé et très variable aujourd’hui, le changement climatique, jamais expérimenté par l’humanité et pour une grande part de l’ordre de la conjecture et des modélisations ; combiner des registres de langue réputés incompatibles entre eux (scientifique, politique, narratif, imaginaire, sensible) ; créer un poème épique dont les héros et les protagonistes sont innombrables.

Climats a donné lieu à de nombreuses lectures-performances. Il fait partie de la sélection 2016-2017 du Prix des Découvreurs qui implique chaque année entre 1500 et 2500 lycéens.

Laurent Grisel est engagé personnellement et professionnellement depuis longtemps dans les enjeux environnementaux. Il a été responsable de ces questions dans une grande organisation nationale de consommateurs ; à ce titre il a été le premier président du Comité français des écolabels. Il a été également le premier président de la Commission d’agrément des éco-organismes (écoemballages, etc.). Il a été directeur général de la société Écobilan et fait partie des rédacteurs des normes de la série ISO 14040. Aujourd’hui, il milite activement pour un mix énergétique décarboné et des changements profonds dans les systèmes de production et d’échange, dans les modes de vie, qui soient compatibles avec la vie sur cette planète.

Le webdocumentaire chez MKF Editions

Short Cuts #14 a eu lieu à l’ICP le 10 mars 2016. Mikaël Ferloni – éditeur et porteur de projets éditoriaux numériques innovants – nous a présenté deux webdocumentaires dont il a été le producteur, et, de surcroît, le co-auteur pour le second d’entre eux.

Le webdoc Africa Express (2012) est un Tour d’Afrique en train des énergies durables qui nous emmène du Maroc à l’Égypte en passant par l’Ouganda. Ce projet s’est inscrit dans le cadre de l’Année Internationale de l’Énergie Durable pour Tous et venait interroger les difficultés rencontrées sur ce continent.

One Myanmar, les voix du changement (2015) est un webdocumentaire réalisé dans le cadre des Élections Générales de novembre 2015 en Birmanie. Après un demi-siècle de dictature militaire, le pays est en train de connaître une transition politique sans précédent depuis l’Indépendance. Ce film donne la parole à des birmans et interroge leur identité.

Quand les artistes vidéastes s’emparent du cinéma

Shortcuts #13, préparé et animé par Florence Lesavre et Sylvie Balland, a eu lieu à Telecom Paristech le 9 décembre 2015.

diapositive01
Cycle des contenus parcourus lors de la séance

Présentation de la séance

Cette séance nous a fait partager plus d’une vingtaine de travaux d’artistes vidéo qui incluent des traces, des résurgences, des citations du septième art sur d’autres écrans, avec ou en-dehors de la fiction. À partir des œuvres, notamment, de Dominique Gonzalez-Foerster, Christian Marclay, Pierre Bismuth, Pierre Huyghe, Pascale Ferran et d’autres, nous avons pu aborder les questions suivantes :

  • Comment tous les quotidiens, reflétés par le cinéma, nous donnent-ils à voir des bribes de réalités, des histoires à lire ou à inventer ?
  • Comment ouvrent-ils des liens dans notre relation au temps, à l’espace, aux images… bref, au monde ?
  • Et si nous considérions « les films de cinéma » comme un « fond commun » de notre « imaginaire collectif » ?

Fraternité

La douzième séance ShortCuts s’est tenue le jeudi 8 octobre 2015 dans l’amphithéâtre René Rémond de l’Institut Catholique de Paris. Cette séance a été l’occasion de voir le film Fraternité de Sébastien Balanger, en présence du réalisateur.

Synopsis : Dans le Nord de la France, une communauté de moines vit dans la plus stricte austérité. Depuis des siècles, leur objectif est resté le même : chercher Dieu dans le silence, et tenter de vivre sur Terre une véritable fraternité.

Fraternité from Sébastien Balanger on Vimeo. Durée : 54 minutes. Date de sortie : 2003. Production : Sombrero and Co.

Les discussions après la projection ont porté notamment sur la grande liberté de parole des moines, tant sur le plan théologique que sur leur vie en communauté, et sur les conditions du tournage.

Cinema, Self, Help, Social Practices

La onzième séance ShortCuts est programmée le jeudi 4 juin 2015 à TélécomParistech.

Animé en langue anglaise par Charles Egert (professeur à Télécom, Ecole de Management), cette séance a porté sur le thème « Cinema, Self, Help, Social Practices ».

Because self-help culture relies on common sense, the film narrative can include it as a social practice yet not quite acknowledge it. By using the idea of social practices in excerpts from films such as « Executive Suite », The Assassination of Richard Nixon and Nurse Betty, among others, we looked at how self-help culture over history is embodied in turn in positive or negative narratives of success, self-actualization or journey.