Bal(l)ade au Mashup Film Festival organisé par le Forum des Images.

Le temps de 2 journées et d’une soirée, du 22 au 24 juin 2012, le Forum des Images s’est transformé en temple du film bricolé, du film amateur, du film numérique.

L’élément principal qui retient l’attention est la mutation de ce lieu de la quotidienneté dédié au cinéma en lieu de l’événement. Dès l’entrée dans le Forum, on perçoit aussitôt que quelque chose, ici, a changé. Que nous pénétrons dans un autre univers. Divers espaces de passage sont investis le temps de la manifestation, venant rompre avec nos petites habitudes. Les non-lieux du Forum se sont subitement transformés en lieux d’activité.

Sur la gauche, le Mashup Cooker nous attend pour faire mijoter images, textes et autres sons. On retrousse ses manches, on enfile le tablier et on choisit ses ingrédients : des images qu’on sélectionne en fonction de ses envies. On les dépose sur la cuisinière, et, comme par enchantement, elles s’animent à l’écran. Une pincée de musique ? Pas de problème, on prend une carte sonore et on la dépose à côté.

Géraldine et Charlotte, qui traînent leurs guêtres en cuisine, ont pris une image de limace et une autre de méduse auxquelles elles ont associé une petite musique pop. À l’écran, au dessus des casseroles, on admire le résultat qui s’avère être, pour le coup, tendancieusement psychédélique.

Sur la droite, la Web Radio de Silicon Maniac. Ici, on peut prendre ses aises et écouter les intervenants, en tendant l’oreille ou en se connectant. Jean-Yves lance les journées en nous donnant le programme. D’autres intervenants sont ensuite attendus au micro pour nous dire un mot du Mashup Film Festival.

Comme la manifestation est entièrement gratuite, je prends mon ticket et je monte à l’étage non sans avoir salué les vigiles sympas qui surveillent l’escalier. Ici, il y a l’atelier Machinima où l’on apprend à faire des films avec des images de jeux vidéo. Ça s’anime, on échange. Chacun selon ses goûts ; chacun selon ses humeurs. Derrière, il y a l’équipe d’Install Party qui est là pour libérer ton ordinateur et le rééquiper entièrement de logiciels libres.

Le lieu de transit le plus bouleversant, en ce sens qu’il s’agit bien d’un non-lieu de l’ordinaire du Forum, c’est le couloir qui nous mène à la salle 500. Ici, un écran nous donne à voir une sélection de mashups et, sur les murs, des cartels nous présentent les films projetés (Zzzebra Enjoy The Silence, Hitler participe à un dîner presque parfait…).

Chacun d’eux est accompagné d’un QR Code nous permettant de regarder, instantanément, le film qui nous intéresse. Je dégaine donc mon smartphone et viens en flasher un . Je le regarde sur mon petit écran. Et puis, comme j’ai vu un peu partout qu’il y avait une page Facebook et un fil Twitter consacrés au festival, j’en profite pour pianoter quelques mots à mes amis et followers connectés. J’avoue avoir secrètement le désir de les rendre un peu jaloux et de les motiver à venir me rejoindre.

Plus cosy, mais aussi plus studieuse, la salle des collections est investie par le festival Cinecast, partenaire du Mashup Film Festival. Un festival dans un autre, en sorte, qui nous propose une sélection de 15 films consultables et annotables en direct. Les écrans me permettent également d’accéder au site Internet de la manifestation. Je peux y consulter quelques-unes des propositions du festival et, là encore, donner mon point de vue.

Que faire d’autre ? Entrer dans les salles du Forum pour suivre une conférence : celle de Vincent Puig sur les enjeux des pratiques collaboratives et de la contribution ; celle de Jérôme Lefdup qui nous entraîne dans son univers de bricoleur cinéphile ; ou celle consacrée à une réflexion sur le droit d’auteur… Puisqu’une des grandes questions que pose le mashup, mais aussi la circulation des contenus audiovisuels en ligne, est bien celle de la légalité.

Changer d’air c’est aussi changer de salle, et ne pas hésiter à pratiquer le zapping. Le festival nous y invite, de toute manière, tant l’offre est foisonnante. C’est aussi ça devenir “mashup festivalier” : assembler des bribes de propositions et se fabriquer son propre événement. Celui-là même que personne d’autre ne concevra comme vous, même si tout le monde, sur le papier, dispose d’une même offre, des mêmes possibilités, des mêmes outils.

Je file donc regarder une sélection de courts-métrages sur le thème des « imaginaires de cinéma ». J’ai bien fait, car je tombe sur Manual de Christophe Girardet et Mathias Müller (2002) : 10 minutes consacrées à l’extraction et l’assemblage d’extraits de films dans lesquelles on voit des personnes activer des machines ou des magnétophones d’un autre âge, comme pour nous rappeler que le fantasme technologique ne date pas d’aujourd’hui. Un bout du film PressPausePlay de David Dworsky et Victor Kölher (2011), ensuite, visionné sur un écran de la filmothèque, et qui me porte à réfléchir sur les usages des nouvelles technologies. Sex Galaxy de Mike Davis (2008), enfin, un délire à la fois futuriste et rétrograde à se tordre de rire.

Au Mashup Film Festival, on vient donc voir des mashups dans tous les sens. On vient aussi en faire, même si l’on ne sait parfois pas très bien qu’est-ce qu’on est en train de voir et qu’est-ce qu’on est en train de faire. Mais ça, c’est la magie du mashup : se perdre et se retrouver continuellement. Comprendre et s’interroger. Se ravir de (re)voir des moments de films qu’on aime, mais aussi en découvrir d’autres qui nous donneront, à coup sûr, envie de retourner à l’original. Car le mashup, oui, j’ai oublié de vous dire : c’est un objet audio-visuel qui repose sur l’agencement d’autres objets lui préexistant. Je ne saurais comment vous en parler autrement…

… Regardez donc le film gagnant du concours de mashups Part [im]ages : À la recherche de Thierry Proust


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.