De la modernité esthétique du cinéma et du kitsch. Le cas du suédage

Le suédage est une pratique cinématographique apparue en 2008 autour des travaux de Michel Gondry, bien qu’elle puise ses racines dans des « façons de faire » (Michel de Certeau, L’invention du quotidien) plus anciennes. Sans entrer dans le détail, nous dirons simplement qu’il s’agit d’une activité visant à réaliser des films reprenant la trame ou les idées d’un film préexistant et de le re-tourner “avec les moyens du bord”. Le suédage est, en somme, à la fois un acte performatif et son résultat esthétique (Austin John L., Quand dire, c’est faire). Il est, autrement dit, un « être culturel » (eanneret Yves, Penser la trivialité. La Vie triviale des êtres culturels) doté d’une esthétique résultant d’un processus de production. En somme, nous dirons que le film suédé est un produit social appartenant au monde des objets.

Cette double perspective à travers laquelle nous approchons le suédage, à la fois comme processus résultant d’une activité socio-esthétique et comme objet en circulation, nous invite ici à interroger une catégorie qui est tout à la fois un genre et une notion : celle de kitsch telle qu’elle a été théorisée par Hermann Broch, Abraham Moles et quelques autres. L’objet kitsch est socialement connoté en ce sens qu’il renvoie à des produits manufacturés et circulants. Il a quelque chose à voir avec la société industrielle, du moins, si l’on se réfère à l’acception désormais la plus couramment admise : celle de son (in-)esthétique, sa malfaçon qui introduit toutefois du rire et de l’amusement. Il est en de même pour les films suédés qui appartiennent au champ des productions cinématographiques amateurs.

Dès lors, un rapprochement semble possible entre la catégorie esthétique du kitsch et le phénomène du suédage. Afin de préciser ce rapprochement, il faut s’intéresser au rôle central de la circulation des idées dans la construction de l’identité des objets ; de montrer que le produit du social est à la fois distorsion de l’existant et redressement esthétique de cette distorsion ; de rapprocher kitsch et suédage pour montrer que l’un et l’autre associent une intentionnalité esthétique (à condition de neutraliser cette notion) à l’utilisation de la technique. Plus largement, il importe de prolonger et de réactualiser les réflexions conduites par les tenants de la tradition critique de l’Ecole de Francfort en portant notre attention sur cet objet spécifique qu’est le suédage en tant qu’il est issu de la modernité.

En forme de réponse à cette question, nous voyons que les caractéristiques les plus saillantes de l’objet kitsch se retrouvent dans le film suédé. Il s’agit d’abord d’un objet qui fait référence à un objet premier et qui, comme lui, circule en tirant largement partie des possibilités offertes par la modernité technique. C’est ensuite un objet doté d’une certaine fragilité et d’une intentionnalité ludique qui entraîne de l’amusement et du rire. Pour autant, il est le résultat d’un processus de réalisation qui atteste aussi des compétences du producteur : savoir-faire techniques mais aussi capacités d’observation du social.

Enfin, avec le film suédé comme avec l’objet kitsch il y a un discours porté sur la société de consommation, sur l’industrialisation et sur les évolutions technologiques, un peu comme pour les avant-gardes en art, à la différence près que l’avant-garde à plutôt tendance à s’opposer à la modernité quand l’objet kitsch a plutôt tendance à en tirer parti. Le résultat est celui d’un objet qui est le fruit du travail d’un individu ou d’une société essayant à la fois d’exploiter les possibilités techniques que le social lui offre tout en adoptant une posture critique vis-à-vis de lui-même et de la société. C’est cette attitude critique qui nous invite à dire que le film suédé est un objet kitsch.

Toutefois, peut-on pleinement statuer sur cette conclusion en ce sens que l’analyse est elle aussi le résultat d’un discours porté par un témoin du social, du moins, si l’on s’en tient à l’idée jausienne telle qu’elle a été prolongée par Stanley Fish : tout n’est qu’histoire de regard et de contexte (Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives). En effet, peut-on clairement distinguer l’imitation de la création ? Peut-on également être assuré de l’intentionnalité d’un producteur à la simple analyse du produit qu’il expose dans le social ? Peut-on, enfin, affirmer que la relation à la modernité ne puisse être que totale subordination ou pleine opposition ? En ce sens, nous dévoilons notre argumentaire avec prudence sans jamais douter de sa pertinence en temps qu’il demeure réfutable (Popper Karl, Conjectures et réfutations).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.