À propos du suédage comme modalité de mise en circulation du cinéma

Le texte qui suit est un extrait de l’article “Le suédage comme modalité de mise en circulation du cinéma” In Gelly C. & Roche D. Approaches to Film & Reception Theories / Cinéma & théories de la réception. PUBP, 2012.

Ne cherchez pas dans les dictionnaires : le verbe « suéder » n’existe pas ; pas plus que ses formes adjectivée et substantivée. C’est un mot employé dans un film de Michel Gondry intitulé Be Kind Rewind (Soyez sympas, rembobinez, 2008). Il sert à désigner une façon atypique et délibérément ludique de tourner des remakes de films […].

  Le suédage est révélateur d’un état de la société au moment où il apparaît. Ce procédé est à la fois simple et complexe. En partant de la mémoire d’un film, il s’agit d’en réaliser un nouveau qui se situera à mi-chemin entre le remake, le pastiche et la production originale, les points de disjonction étant à peu près aussi nombreux que les points de jonction avec l’œuvre originale. Ce qui est intéressant avec ce procédé, c’est qu’il a été inventé par un réalisateur consacré par les institutions du cinéma, mais qu’il a connu une carrière plus importante chez les amateurs. En effet, il a rapidement fait des émules et a conduit à l’apparition de centaines de films de ce genre sur internet […].

En disant quelque chose de et sur un film premier, un film suédé s’impose comme un exercice de citation et brouille les pistes entre activité de réception et activité de production. Car le suédage est à la fois un indicateur de réception des objets filmiques et un indicateur de productions de nouveaux objets. C’est également un dispositif médiatique à part entière et une forme en circulation qui traverse des dispositifs médiatiques déjà constitués. En somme, le suédage s’institue comme un objet communicationnel qu’on ne saurait simplement identifier comme dispositif, comme forme, comme pratique ou encore comme configuration médiatique puisqu’il est tout cela à la fois.

L’analyse du suédage comme dispositif de substitution puis comme ajout d’un nouvel objet au monde permet de voir comment cette pratique prend forme. Le suédage est d’abord une déclaration d’amour faite au cinéma : le cinéma commercial, le cinéma d’auteur, les films de genre, les séries Z, et même les petites formes que l’on peut trouver sur internet. On constate ensuite que le suédage assoit fortement la relation entretenue par l’activité de réception avec l’activité de production. En effet, voir un film ne se limite pas à observer une action qui se déploie sur un écran : c’est capter ce que l’on reconnaît en être l’essence et ensuite être en mesure d’en parler, de la commenter et d’en transmettre quelque chose.

Le suédage se présente autrement comme une pratique créative, notamment grâce à l’humour qu’il déploie. Toutefois, il importe de mettre en débat la notion de créativité qui reste sous-jacente à la compréhension de cette pratique. Car avec  le suédage, on est avant tout en présence d’un geste interprétatif et performatif qui s’institue comme moyen de faire circuler des formes culturelles. Le suédage s’impose donc comme une configuration médiatique, comme un moment de compréhension et comme un geste de mise en circulation. Et c’est ce qui en fait sa spécificité.

Pour prolonger cette réflexion, voici le lien vers le trailer du film Be Kind Rewind  suédé par Michel Gondry lui-même :

watch?v=-B0dJQ35rDs

… Et le lien vers un suédage réalisé par des amateurs sur internet (ici, une version suédé d’Amélie Poulain par TwingoCerise) :

x51tvu_amelie-poulain-suede-longue_creation

Points de repères bibliographiques :

Allard, Laurence (2007). « Blogs, Podcast, Tags, Mashups, Cartographies, Locative Medias : le tournant expressiviste du web » IN Médiamorphoses 21. Paris : INA Armand Colin : 57-62.

Austin, John L. (2002 [1962]). Quand dire, c’est faire. Paris : Le Seuil : 202.

Compagnon, Antoine (1979). La Seconde main ou le travail de la citation. Paris : Le Seuil : 407.

Fish, Stanley (2007 [1980]). Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives. Paris : Les Prairies ordinaires : 144.

Gunthert, André (2009). « L’Image partagée. Comment Internet a changé l’économie des images » IN Études Photographiques 24 : 182-209. Consulté sur internet à l’adresse (dernière consultation le 30 janvier 2011) : http://etudesphotographiques.revues.org/index2832.html

Jeanneret, Yves (2008). Penser la trivialité. La Vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermès : 267.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.