Pédagogies coopératives et convivialité à distance


Conférence donnée à l’occasion de la semaine de la classe inversée, organisée en janvier 2021 par CLISE et le Rectorat académique de Paris.

Dans le monde scolaire et universitaire, beaucoup d’enseignantes et d’enseignants restent fermement opposés à l’enseignement à distance ou hybride, qu’ils ont dû ou doivent mettre en place aujourd’hui sans l’avoir choisi. Ils perçoivent ces formes d’enseignement au mieux comme une version dégradée du « vrai » enseignement (en présentiel), au pire comme des dispositifs nuisibles et déshumanisants. La généralisation des échanges à distance (à l’école et dans toutes nos relations sociales) nous oriente-t-elle vraiment, comme on l’entend beaucoup, vers une société du repli sur soi, toujours plus individualiste, froide et déshumanisée ? Je n’en suis pas certain. Pour une première raison, c’est que je ne pense pas qu’il faille mythifier l’enseignement en coprésence. Le fait que l’institution scolaire soit accueillante ou non, qu’elle permette ou nous l’épanouissement des apprenants, ne dépend pas tellement du fait que les enseignements soient dispensés en présence ou à distance. La convivialité d’un enseignement, qu’il soit distanciel, hybride ou présentiel dépend avant tout de la qualité de la scénarisation d’un dispositif et notamment du fait que ce dispositif favorise ou non la coopération entre les apprenants. Car qu’est-ce qu’on vise quand on se retrouve, de manière choisie ou subie, à faire des cours à distance ou hybride ? On vise la même chose qu’en présence : la réussite des élèves et la convivialité.

Ce terme, convivialité, est bien sûr le titre d’un ouvrage d’Ivan Illich (1973), qui est avant tout une critique structuraliste de l’école, que l’on peut mettre en regard des critiques radicales des institutions scolaires et universitaires que mènent Bourdieu ou Foucault à la même époque. Ces critiques qui dénoncent le caractère aliénant et déshumanisant de ces institutions, est-il besoin de le rappeler, portent sur l’école et l’université en présentiel. Mais le livre La convivialité présente aussi l’envers positif de cette critique : il se demande comment construire et faire vivre des institutions (pas uniquement scolaires) qui échappent à ces critiques. Ces institutions non-aliénantes, Illich les nomme donc « conviviales ». Pour synthétiser ce que devrait être une école, une université, une institution conviviale, Illich pose que cette institution doit permettre trois choses :

– la survie
– l’équité
– l’autonomie créatrice

L’exégèse de ce triptyque pourrait évidemment nous emmener très loin et dans de nombreuses directions que je ne vais pas tenter d’épuiser ici. Parmi toutes les pistes possibles si l’on veut appliquer cette conception de la convivialité à l’enseignement hybride ou à distance tel que nous le vivons aujourd’hui, je vais juste me concentrer sur une alternative entre deux manière de susciter cette convivialité : pour qu’un enseignement soit convivial, celui-ci doit-il aller vers plus de synchronicité ou vers plus de coopération ?

Durant la période du « premier confinement » (printemps 2020), la question de l’enseignement hybride ou à distance à tout d’un coup pris des proportions inédites dans le monde éducatif. Certains enseignants ont alors essayé de se rapprocher d’une situation de classe présentielle grâce à des outils de visioconférence. Ce qui partait d’une très bonne intention. En effet, en particulier pour les élèves les plus jeunes, on sait que ce qui manquait dans la période de confinement, ce n’était pas seulement les apports de contenus scolaires, mais aussi et peut-être avant tout les interactions, avec le professeur et les autres élèves : la convivialité donc. Depuis les plus petites classes jusqu’à l’enseignement supérieur, l’usage de la visioconférence s’est ainsi fortement développé, avec aujourd’hui des injonctions fortes à mettre en place des dispositifs hybrides synchrones, au lycée et en premier cycle universitaire. Pourtant, pendant les décennies précédentes, on sait que l’essentiel de la formation à distance reposait plutôt sur des dispositifs « asynchrones ».

Pourquoi alors cette focalisation actuelle sur les outils numériques synchrones ? Parce que dans l’urgence, plutôt que d’imaginer une scénarisation adéquate, nous cherchons souvent le moyen de reproduire à peu près ce qu’aurait été cet échange en présentiel : en espérant que la séance Zoom permette, grossièrement, le même type de convivialité que l’on voit spontanément exister lors d’un cours en présentiel. Malheureusement, cela se produit rarement, et l’enseignant se retrouve souvent seul face à un mur noir de caméras coupées et d’apprenants plus passifs et isolés que jamais. Pourtant je crois qu’on n’est pas obligé de se contenter de cela et qu’il est en fait possible d’imaginer une formation hybride ou distancielle qui soit au moins aussi conviviale et efficiente qu’une formation en présentiel réussie. Mais une telle formation ne peut reposer uniquement sur la visioconférence synchrone. La visioconférence doit s’inscrire dans un scénario de formation qui inclut pratiquement toujours une multiplicité d’outils : forum de discussion ou chat, application de quizz ou d’évaluation mutuelle, outils d’annotation ou de bibliographie, vidéos ou podcasts préenregistrés, etc. qui vont permettre d’articuler les différents enjeux de la formation. Si on veut aller encore un peu plus loin, je dirais qu’une des manières de rendre l’enseignement hybride ou distanciel un peu meilleur, est de le penser avec les outils de la pédagogie coopérative. On connait l’impact de ces pédagogies sur la réussite des élèves, mais elles sont tout aussi importantes en termes de convivialité, car elles permettent la création et l’entretien de liens forts entre les élèves.

En termes d’outils, la question n’est donc pas tant de savoir quelle est la solution la plus performante entre Zoom et Teams, mais peut-être plutôt d’identifier des dispositifs qui permettent de susciter de la coopération des apprenants. Plutôt que d’avoir des élèves « présents » sur zoom mais passifs derrière leur écran noir, il semble plus intéressant de leur proposer une capsule vidéo asynchrone (enregistrée à l’avance), tout en leur fournissant des outils leur permettant d’annoter cette vidéo de manière collaborative. C’est là tout l’enjeu du projet Celluloid présenté sur ce blog.

Un enseignement hybride ou distanciel « un peu mieux » c’est sans doute une scénarisation qui articule synchrone et asynchrone, et qui repose sur une pédagogie coopérative, qui favorise la création et le maintien de liens entre élèves. Pas en visant à pasticher les anciennes formes scolaires de manière dégradée, mais en inventant une nouvelle forme scolaire, avec de nouvelles formes de convivialité.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.