Avancer masqué. Apprentissages et interactions scolaires en contexte pandémique.


Conférence donnée au collège-lycée Paul-Claudel,
Paris, 2 septembre 2020.

Je travaille depuis une dizaine d’années, sur les évolutions de la place du numérique en contexte scolaire, à la fois de manière pratique, dans le cadre de la formation d’enseignants et aussi en tant que chercheur.  J’ai donc pu observer différents types d’évolutions et de glissements au cours des années (que j’ai essayé de synthétiser dans un petit livre paru l’an dernier), mais il est vrai que depuis quelques mois, les changements quant à la place du numérique se sont accélérés de manière assez spectaculaire. C’est de cela que je vous propose de parler ce matin, en essayant de faire deux choses : faire un bilan provisoire de la période du confinement du semestre précédent (qu’est-ce qu’on peut en retenir ?) ; et envisager quelques alternatives, quelques stratégies possibles pour la période très incertaine qui s’ouvre. Car bien sûr la première difficulté, c’est ce contexte extrêmement mouvant, avec des injonctions institutionnelles qui fluctuent constamment et qui demandent une adaptation immédiate. Cette période est troublante, anxiogène, avec un risque de repli sur soi, pour nous et bien sûr aussi pour les élèves.

Revenons donc tout d’abord sur la période du confinement, pour essayer de dégager les enseignements que nous pouvons en tirer pour la période à venir. Durant cette période, les enseignants ont dû inventer en un temps record de nouvelles manières d’interagir avec leurs élèves à distance. Or, jusque là, la plupart des enseignants n’étaient que peu formés à l’enseignement à distance ou hybride (ce qui était somme toute logique). N’étant pas formés, pris dans ce bouleversement et l’exigence d’une adaptation immédiate, ceux-ci se sont souvent tournés vers des solutions simples et intuitives : envoyer par mail des exercices ou des activités à réaliser à partir de manuels, partager avec leurs élèves des sites internets ou des vidéos adaptées au niveau de leur élèves. Certains ont aussi essayé de se rapprocher d’une situation de classe présentielle grâce à des outils de visioconférence. En effet, en particulier pour les élèves les plus jeunes, on sait que ce qui manquait dans la période de confinement, ce n’était pas seulement les apports de contenus scolaires, mais aussi et peut-être avant tout les interactions, avec le professeur et les autres élèves. L’enjeu de la socialisation a d’ailleurs été fortement mobilisé par le gouvernement pour légitimer le retour en classe, malgré les craintes qu’il pouvait susciter. 

Conscients de cet enjeu, beaucoup d’enseignants se sont lancés dans l’organisation de séances “Zoom”, parfois avec des élèves très jeunes, une initiative qui les auraient fait passer (au mieux) pour des illuminés quelques mois plus tôt. Parmi les expériences que j’ai pu recueillir durant cette période, je cite l’exemple intéressant de cet enseignant de moyenne section, dans une école maternelle parisienne, organisant avec ses élèves une activité hebdomadaire de chant choral en visioconférence. De l’aveu même de cet enseignant, il ne s’agissait pas seulement de travailler le chant, mais aussi et avant tout de faire se retrouver les enfants de sa classe dans une activité commune au cours de laquelle ils pouvaient se voir et s’entendre mutuellement. On y reviendra ensemble, mais il est évident que l’un des enjeux de cette rentrée est aussi d’imaginer des dispositifs qui facilitent, encouragent les échanges entre les élèves.

Pendant le confinement, depuis les plus petites classes jusqu’à l’enseignement supérieur, l’usage de la visioconférence s’est ainsi imposé, alors que pendant les décennies précédentes, l’essentiel de la formation à distance reposait plutôt sur des dispositifs « asynchrones ». Pour autant, et malgré l’enthousiasme qu’elle suscite et les avancées technologiques récentes, la visioconférence doit-elle vraiment devenir l’alpha et l’oméga de l’enseignement ? Je ne le pense pas, pour au moins trois raisons : la fatigue et la charge cognitive que génère la visioconférence, que nous avons tous expérimenté ces derniers mois et qui était déjà bien documentée auparavant interdit son usage prolongé (impossible de penser une journée entière en visio, ni même une demi-journée). De plus, la synchronicité fait perdre l’un des bénéfices essentiels de la formation à distance : la possibilité pour l’apprenant d’organiser librement son temps, en fonction de son rythme personnel et de ses contraintes. Enfin, et c’est sans doute le plus important, la visioconférence n’est pas adaptée à toute une gamme d’activités indispensables à l’apprentissage (notamment toutes les activités faisant intervenir des écrits longs ou des apports de contenus importants).

Or ce qui a amené beaucoup d’enseignants à se tourner vers la visioconférence pendant le confinement c’était quel cela permettait apparemment de faire à peu près ce qu’on avait prévu de faire en présentiel, sans avoir à tout remettre à plat. Ce qui est évidemment attrayant quand on est dans une situation d’urgence et de stress, mais qui amène à ne considérer le distanciel que comme une version dégradée de l’enseignement en présentiel. Or je crois qu’on n’est pas obligé de se contenter de cela et qu’on peut imaginer des enseignements hybride ou à distance qui soient au moins aussi satisfaisants et efficients que des enseignements en présentiel.

Mais pour cela, ces enseignements ne peuvent reposer uniquement sur la visioconférence. La visioconférence doit s’inscrire dans un scénario qui inclut pratiquement toujours une multiplicité d’outils : forum de discussion ou chat, application de quizz ou d’évaluation mutuelle, outils d’annotation ou de bibliographie, vidéos ou podcasts préenregistrés, etc. qui vont permettre d’articuler les différents enjeux de la formation.

En 2003 déjà, Sandrine Garcia imaginait que les enseignants ne conçoivent plus leur métier en référence à celui d’auteur-compositeur-interprète mais plutôt à celui de scénariste-réalisateur. Scénariser un enseignement, qu’il soit distant, hybride ou présentiel, c’est toujours le séquencer en différentes phases et activités. C’est trouver les outils qui vont permettre d’instrumenter ces différents moments. C’est anticiper les obstacles ou les difficultés que les apprenants vont rencontrer. Tout cela en gardant à l’esprit l’objectif pédagogique et didactique visé.
Il est possible que nous soyons à nouveau confrontés à des périodes de confinement dans les mois ou les années qui viennent, d’où l’importance de tirer les leçons de ce que nous avons vécu avant l’été, mais même sans confinement, nous sommes à présent confrontés à une situation scolaire particulièrement complexe, qui demande elle aussi d’imaginer de nouveaux scénarios pédagogiques. Pour ouvrir la discussion avec vous, je résumerai cette situation par une alternative délibérément provocatrice :

voulons-nous plus de masques ou plus d’écrans ?

Ces dernières semaines, beaucoup de collègues ont soulevé les difficultés à enseigner masqué et/ou à des élèves eux-mêmes masqués. Les médias ont notamment relayé les difficultés pour les profs de langue. Mais ces difficultés concernent en réalité toutes les disciplines, et au delà des disciplines, interrogent aussi profondément la fonction de socialisation de l’école.
Pour faire face à cette situation, le réflexe logique pour moi est de mettre en place des scénarios pédagogiques hybrides, en mobilisant des outils numériques. Je reprends l’exemple du cours de langue, aussi parce que les bénéfices de l’hybridation des cours de langue a été beaucoup analysée par les didacticiens des langues (je vous renvoie par exemple aux travaux de ma collègue Virginie Trémion sur le sujet). On pourrait par exemple imaginer d’avoir les élèves en présentiel dans une classe, mais qu’un élève puisse aller dans une petite salle annexe, reliée en Visio, pour pouvoir s’exprimer sans masque, par exemple pour faire un exposé, puis rejoindre le groupe par la suite. On pourra échanger tout à l’heure sur différentes situations pratiques, mais vous voyez immédiatement que tout cela demande non seulement d’avoir une infrastructure numérique qui fonctionne, mais aussi d’avoir des espaces adaptés à ces nouvelles situations. Ce qui est intéressant dans le cas de votre établissement, c’est que cette réflexion sur l’évolution des espaces a déjà été amorcée, et cela me semble fondamental, si on ne veut pas que la recherche de « moins de masques » se traduise simplement par « plus d’écrans », dans le plus mauvais sens du terme : c’est-à-dire par un isolement accru des élèves, devant absorber des contenus en ligne qui, même s’ils sont très jolis et ludiques, risquent de renforcer des modes d’apprentissages passifs et donc peu efficaces.

Je conclus ce propos en signalant justement la sortie imminente (en septembre) d’un ouvrage collectif que j’ai coordonné avec mon collègue Arnaud Saint-Martin. Le livre s’intitule (ironiquement) Les dossiers de l’écran et analyse les controverses autour de la place des écrans dans l’éducation sous différents angles. Ce que constatent tous les collègues qui ont participé à cet ouvrage, c’est précisément qu’en France comme ailleurs, les institutions éducatives sont aujourd’hui sommées de développer les usages numériques, afin de préparer efficacement les futurs citoyens à un monde de plus en plus « visuel » et « connecté ». Cette « transformation numérique » du monde éducatif prend appui sur une multitude d’artefacts technologiques.

Parmi eux, les outils dotés d’un écran (ordinateurs, tablettes et smartphones) occupent une place centrale, mais ambivalente. Apprendre à rechercher de l’information sur les moteurs de recherche, à communiquer avec ses camarades sur un forum, à analyser des images ou encore créer un blog sont autant de compétences qu’il semble aujourd’hui plus que jamais impératif d’acquérir et qui induisent de se confronter à un écran (car on pressent bien que, dans les années qui viennent, même avec la fin de la pandémie, le télétravail va sans doute progresser significativement dans de nombreux secteurs professionnels, et que les élèves doivent donc être préparés à cet environnement nouveau).


Face au développement rapide de ces usages, des critiques déjà anciennes qui s’étaient posées face à la consommation d’images cinématographiques puis télévisuelles par le jeune public ressurgissent. Les enfants passeraient trop de temps devant une multitude d’écrans et ces usages comporteraient des dangers, indépendamment du type de contenus. Ces discours peuvent même aller jusqu’à une volonté de bannissement pur et simple des écrans pour de jeunes publics et en particulier en milieu scolaire
Les détracteurs de ces technologies avancent le risque que ces usages prennent la place d’autres activités : socialisation parentale, lecture « papier », sports, loisirs, etc. À cela s’ajoutent des formes inédites de risques sanitaires tels que l’exposition à la « lumière bleue » des écrans à LED. Et comme les parties prenantes de ces débats sont souvent tentées de chercher des responsables, voire des coupables, elles n’ont aucune peine à remonter à la source de tous les maux : à savoir, « la Silicon Valley »
Les controverses autour des usages des « écrans » placent ainsi les professionnels de l’éducation aussi bien que les parents dans une situation délicate. Doivent-ils favoriser l’usage des écrans chez les plus jeunes ou, au contraire, lutter contre et tenter de les limiter ?

Je vous renvoie donc à cet ouvrage, si vous voulez approfondir cette question, mais pour ce qui nous intéresse immédiatement ce matin, ce qui est certain, c’est qu’on ne résoudra pas la question de l’enseignement en contexte pandémique simplement en mettant plus d’écrans ou de numérique.
Comme je le disais, avancer de manière positive dans cette situation demande d’imaginer des scénarios hybrides, qui impliquent notamment de nouveaux usages des espaces scolaires : ces nouveaux scénarios ne peuvent donc pas être individuels (et je pense qu’il faut à tout prix sortir de la vision de l’innovateur solitaire) et doivent être construits collectivement.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.