Archives par mot-clé : Total Recall

Call, Recall & Total Remake : quand le business et la culture trouvent un terrain d’entente

La culture des années 1980-1990 a longtemps été rejetée avant que des enseignes comme H&M ou American Appareal re-popularisent les t-shirts fluorescents de Will Smith (période Prince de Bel Air) et les pull-overs chauve-souris de Kim Bassinger (période Prêt-à-porter) ; avant que des artistes (plasticiens, musiciens et cinéastes) trouvent de bon ton de citer en référence Jean-Michel Basquiat, Kajagoogoo ou Rocky. Au cœur de cette période (1990) souvent perçue comme celle du plein marasme culturel, sortit un film sur les écrans, Total Recall, qui fut alors accueilli non pas comme un chef d’œuvre cinématographique, mais comme un divertissement commercial et populaire, réalisé par un homme qui a gagné une reconnaissance pour son travail dans le temps long : Paul Verhoeven, alors connu pour son précédent film, Robocop (1987), qui a aussi gagné en prestige dans le temps.

Total Recall a connu le succès populaire qu’il devait connaître pour ses acteurs, Arnold Schwarzenegger et Sharon Stone, mais aussi pour son sujet complexe et vicelard qui a rendu accros des milliers de jeunes et autres fans de science-fiction. Entre l’obscur Blade Runner (Ridley Scott, 1982) et les énigmatiques Matrix (Andy & Larry Wachowski, 1999-2003), Total Recall fait parfaitement la liaison, nous forçant à se poser des questions autant sur des sujets de société (notre réussite intime et professionnelle, la confusion qui s’insinue dans nos vies – et notamment entre intimité et travail –, la présence de Big Brother, les évolutions technologiques, etc.) que sur des sujets proprement cinématographiques (qu’est-ce qu’un film d’auteur ? À quoi doit-on la reconnaissance d’un film ou d’un cinéaste ?).

Pendant longtemps, Total Recall a été un de ces films dont nous pouvions dire qu’il avait traversé nos vies. Un de ces films qui vous laisse une sensation plus qu’un souvenir puissant, comme tant de blockbusters. Avec ce petit plus, toutefois, de l’énigme qui continue à vous trotter dans la tête, sans qu’on ne sache jamais très bien pourquoi. Avec la sortie en salles du remake sous-titré « Mémoires programmées », cette sensation s’est ravivée et nous avons alors tous fouillé dans nos esprits pour savoir ce qu’il nous restait du film de Paul Verhoeven. Un Schwarzenegger au top de sa forme, un film-fleuve et pharaonique et une scène culte dont tout le monde se souvient. Celle dans laquelle une prostituée mutante (ou une mutante qui se prostitue) offre ces services à notre héros en lui présentant ces 3 seins et en lui lançant un « ça te branche, on s’en paie une tranche ? » devenu culte. Car Total Recall est un film qui se regarde précisément dans sa version doublée, comme le Dirty Dancing d’Emile Ardolino (1987), autre film jouissant d’un des doublages les plus emblématiques de l’histoire du cinéma.

Mais en fouillant dans nos esprits, nous avons surtout réalisé que Total Recall est un objet culturel de référence transgénérationnel comme il en existe peu. Est-ce pour cela qu’Hollywood s’est lancé dans l’aventure du remake ou est-ce à cause de l’annonce de ce remake que nous avons mobilisé cette idée dans nos esprits ? Nul ne pourra raisonnablement répondre à cette question. Mais c’est désormais un fait acquis que Total Recall a gagné ses lettres de noblesse, quels que soient les reproches qu’on peut lui faire. Alors que dire de son remake par Len Wiseman (Underworld, Die Hard 4) avec Colin Farrell (Miami Vice, Phone Game) ? C’est une citation, un exercice d’emprunt qui, en dehors de son évident objectif mercantile, impacte symboliquement le film premier de Paul Verhoeven en le portant comme référence. Telle est la mission de ce film, remplie avec panache avant même sa sortie sur les écrans.

Mais revenons-en à la question du business et voyons comment ces deux niveaux, mercantile et symbolique, interagissent. Car de toute évidence, le remake de Total Recall ne marquera pas les esprits de manière aussi fulgurante que son prédécesseur. Symboliquement, il a d’ailleurs d’ores et déjà perdu la partie. Par contre, il l’emportera sûrement du point de vue du business, selon une logique de plan marketing réussi. Une judicieuse sortie estivale, tout d’abord, qui empêche ce film de faire de l’ombre à son prédécesseur (les sorties d’été devant effectivement faire face à un principe de zapping intensif de la part des spectateurs), mais qui assure des revenus confortables aux studios. Un appel du pied pour aller voir ou revoir le Total Recall de Paul Verhoeven, ensuite, ce qui veut dire : consommer du DVD, du BluRay ou de la VoD. Voilà une affaire marketing rondement menée. On s’étonnera après que les remakes pullulent…