MILLE ET UNE TENDANCES DE YOUTUBEURS : CARTOGRAPHIE D’UN E-CONTINENT

Leurs visages sont partout, on reconnait leurs voix, leurs tons, leurs mises en scène. Près de 15 ans après la création de la plateforme, les youtubeurs sont le vernis d’un des réseaux sociaux les plus utilisés dans le monde. Rois de l’humour, vulgarisateurs scientifiques patentés ou amateurs de mode, ils ont tous leur spécialité. Pourtant, difficile de ranger dans des cases ces personnalités du web qui collaborent souvent ensemble, s’inspirent et se parodient. Décryptage et tentative de typologie…

A COMME ACTUALITÉ

Prenons le sujet par l’exemple et tournons-nous vers Hugo Decrypte, une chaîne tenue par Hugo, étudiant à Sciences Po, qui choisit et vulgarise l’actualité médiatique.

Exemple de la chaîne HugoDécrypte

Il a créé différents formats : « 5 actus de la semaine » qui lui permet d’aborder l’actualité avec légèreté et résumer une semaine médiatique. Dans « La politique expliquée simplement », il répond à une question en face caméra et développe un concept. Dans « Tour du monde », Hugo nous fait visiter des destinations en caméra embarquée. Il se place en rupture vis-à-vis de la télévision traditionnelle, mais conserve une démarche journalistique. Il essaie autant que possible d’avoir une approche objective, pour amener ses abonnés à s’interroger et à se forger un avis. Il utilise des formats relativement courts, mais variables (de 5 à 15 minutes) lui permettant d’être dynamique et de capter l’attention. 

Hugo est pédagogue, il simplifie au maximum les concepts par des infographies et des images montées. Bien qu’il s’intègre parfaitement dans l’esthétique Youtube il reste singulier dans sa catégorie puisqu’aucune autre chaîne d’actualité et de politique n’a atteint sa notoriété : 282.000 abonnés. Ce statut lui permet d’avoir une certaine reconnaissance et une certaine légitimité auprès de la télévision et de la classe politique, comme lorsqu’il a été invité sur France 2 pour interroger Marine Le Pen.  La chaîne Hugo Decrypte répond donc aux attentes d’une communauté d’individus qui s’informe sur l’actualité en délaissant les médias traditionnels (et notamment la télévision) pour leur préférer d’autres canaux comme Youtube. Le visage de Hugo est associé à ce type de pratiques.

C COMME CULTURE

Dans la catégorie culture, nous distinguons deux types de Youtubeurs : les créatifs et les médiateurs.

Pour les créatifs, la plateforme Youtube est utilisée comme un moyen de diffuser leur art et ainsi gagner en visibilité. Pour les médiateurs, souvent en face en caméra, il s’agit de promouvoir et d’informer les internautes sur des activités ou des œuvres culturels comme la littérature, la musique ou le cinéma. Mais avec l’intérêt croissant porté aux youtubeurs, ces derniers recherchent tous une voie créative pour se distinguer et se démarquer face à la forte concurrence. 

Exemple de la chaîne du Fossoyeur de films

On peut citer Le Fossoyeur de Films, un youtubeur publiant des chroniques sur le cinéma au sein d’une websérie du même nom, qui fait de la médiation tout en incarnant un personnage. De plus, il réalise des Vlogs dans des lieux importants pour l’industrie du cinéma, comme Las Vegas, ville à laquelle il a consacré un épisode aux films qui y ont été tournés.

H COMME HUMOUR

Comme YouTube est le site hébergeur de vidéos le plus populaire au monde, nous pouvons y visionner des millions de vidéos. Certaines personnes postent du contenu de manière régulière : on les appelle les youtubeurs. Cette catégorie regroupe différents types de vidéos, notamment les vidéos humoristiques.

Les vidéos elles-mêmes se déclinent en différentes catégories : humour parodique avec des youtubeurs comme Le Monde à L’Envers ou des tutoriels humoristiques avec Les Tutos.

Exemple de la chaîne Les Tutos

On retrouve gloabelement deux catégories de youtubeurs humoristiques : ceux qui ont commencé directement sur Youtube et ceux qui ont suivi une formation de comédien et qui se sont lancés sur la plateforme avec des vidéos humoristiques.

L COMME LIFESTYLE

Le lifestyle s’est peu à peu imposé comme une tendance sur Youtube et prend forme autour d’une pluralité de contenus inspirant des millions de personnes. Mais de par sa forme hybride, le lifestyle est une pratique difficile à cerner. Comment alors reconnaitre ce nouveau phénomène ?

Exemple de la chaîne de Robin van Halteren

Pour se faire, s’appuyer sur une personnalité qui le pratique rend l’exercice plus clair. Robin Van Halteren fait partie de ce nouveau groupe hétéroclite. Sur sa chaîne, on peut repérer les principaux éléments constitutifs des contenus lifestyle. D’abord, une attente esthétique primordiale. En effet, le but étant d’inspirer les abonnés, la vidéo se doit d’avoir une identité visuelle forte, via différents thèmes. La youtubeuse partage ensuite ses découvertes et habitudes personnelles en matière de mode, voyage, beauté, culture, conseils, sport, art, mais aussi découvertes en tout genre. Certaines vidéos mixent même différents sujets, comme pour illustrer la diversité de la vie quotidienne d’une jeune femme, créant ainsi un modèle pour inspirer les abonnés. Les plus jeunes cherchent un exemple, et les plus âgées à s’identifier.

Au final, les youtubeurs(euses) lifestyle cherchent à créer l’exceptionnel tout en restant proches du réel et des publics visés. S’il est difficile de définir le lifestyle, tant ces sujets et formes divergents, on remarque cependant une uniformisation, presque un archétype, faisant du lifestyle un contenu complexe dans l’air de son temps.

S COMME SPORT

Plusieurs catégories de youtubeurs sport apparaissent lorsque l’on tente de définir le contenu des chaines existantes :

L’actualité sportive. Peu importe le sport, ces chaînes nous tiennent au courant des résultats de compétition et des actualités du milieu professionnel. Certaines chaînes proposent aussi un contenu plutôt documentaire ou historique.

Le Vlog/Performance. Ces chaînes sont portées par une personne ou un groupe (souvent éponyme) qui filme, ou se filme, à l’aide de caméras de type GoPro des performances sportives et des instants de vie liés au sport.

Le Divertissement. Parfois liés aux catégories ci-dessus, les acteurs de la chaîne mettent en scène l’aspect ludique du sport pratiqué.

Les Tutoriels/Conseils. Comme pour le divertissement, peu importe le type de chaîne, la plupart des créateurs de contenu sportif proposent de temps à autre des conseils pour s’améliorer ou pour s’entraîner.

Exemple de la chaîne d’Eric Karlsson Bouldering

L’émergence de nombreuses chaînes de sportifs professionnels permettent enfin de démystifier un milieu fantasmé, et d’exposer au public une vision professionnelle de la pratique sportive.

T COMME TUTORIEL

Les tutoriels permettent d’accompagner virtuellement les internautes dans la réalisation d’une tâche. Les origines des tutoriels sont doubles. Ils sont d’abord une évolution des ouvrages de conseils de savoir-faire et de savoir-vivre. Ils sont ensuite le prolongement des guides d’apprentissage à l’informatique et aux logiciels.


Dans quel but visionner des tutoriels ? Parce qu’on s’ennuie, qu’on cherche de l’inspiration. Rassasier sa curiosité, découvrir des solutions ingénieuses pour faciliter sa vie. Mettre la main sur des trucs & astuces 2.0. Les tutoriels sont des contenus produits par des personnes qui sont motivées par les mêmes choses que nous, mais avec des astuces en plus.

Exemple de la chaîne d’EnjoyPhoenix

Les tutoriels sont plus tournés vers la beauté alimentée par des femmes parlant, notamment, de leurs routines makeup. Mais d’autres types de tutos existent : cuisine, bricolage, DIY, décoration, logiciel et astuce numérique, photo, montage vidéo. Ou encore : équitation, fitness, yoga, stretching…

V COMME VULGARISATION

Malgré la mosaïque hétérogène de thèmes abordés dans le cadre des vidéos Youtube de vulgarisation scientifique (qu’ils s’agisse de physique ou de littérature), nous retrouvons les mêmes codes et les mêmes schémas dans ces publications.

Exemple de la chaîne de Nota Bene

L’écrasante majorité de ces vidéastes commencent leurs vidéos par un générique, qui rend plus professionnelle la vidéo. Le face cam’ est adopté par la majorité de ces créateurs, n’hésitant à changer de plan pour dynamiser leur contenu. Leurs propos sont toujours adossés à des ressources présentées dans les descriptions. Ils utilisent également des illustrations : images d’archives, photos, vidéos ou encore schémas animés pour expliciter des concepts compliqués qui forgent l’ADN à ce genre de vidéo. Si le face cam’ participe de la fidélisation d’un public nombreux, les petites anecdotes ou quelques touches d’humour en font de même et ponctuent l’analyse des sujets. Le tout est le plus souvent accompagné d’une musique de fond participant à l’ambiance générale de la vidéo.

Chaque youtubeur a cependant su créer son propre environnement, a su bâtir sa propre communauté qui répond à ces codes et les identifie. Des formats précis et réguliers sont alors mis en place dans le but de répondre aux attentes de leurs publics tout en se laissant une liberté de création et de parole.

« J’AIME BIEN QUAND C’EST JOLI »

Un contenu tendance qui a tout pour plaire, voilà ce à quoi aspire la majorité des youtubeurs. Mais le prix à payer pour arriver dans les hautes sphères de la plateforme, pour arriver à tirer son épingle du jeu face à cet amas de vidéo toujours plus dense passe par une professionnalisation. La qualité formelle des vidéos est de plus en plus mise à l’épreuve et c’est sur cette même qualité que repose leur succès. Car, comme dirait l’utilisateur de la plateforme Youtube Damian78 : « J’aime bien quand c’est joli ».

Cet article a été écrit de manière collaborative par des étudiant.e.s de la Licence 3 Médiation culturelle de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle dans le cadre d’un cours sur les cultures audiovisuelles numériques : Yann Ballanger, Violette Boucheton, Lady Cardoso Fortes, Léa Cazenave Tapie, Perrine Chomard, Julie Copin, Louise De Calan, Céleste Estour, Lucie Flaust, Eleonore Foulon, Dimitri Fouque, Marine Franzil, Majenna Hunou, Quentin Larroze Chicot, Clara Sempéré, Floriza Tershnjaku, Clara Turbot

Séminaire “Discours et pratiques de l’innovation éducative”

Nous organisons ce semestre un séminaire de recherche intitulé « Discours et pratiques de l’innovation éducative ». Celui-ci s’inscrit dans le cadre des activités de notre département, “Humanités numériques et innovations éducatives” (ICP-Faculté d’éducation), ainsi que dans un projet de recherche ERASMUS+ auquel nous participons : ANGE (Ancrages Numériques de la Gouvernance des Etablissements scolaires), dont le descriptif est disponible ici : http://classlab-ange.eu

Voici le programme du séminaire :

* 19/02 de 17h à 19h : Matthieu Cisel « Recherche Orientée par la Conception. La Design-Based Research »

* 19/03 de 17h à 19h : Virginie Trémion « Étude de représentations sur les innovations en classe inversée »

* 16/04 de 17h à 19h : Laurent Tessier « L’éducation au numérique : un changement de paradigme »

* 14/05 de 17h à 19h: Clémence Mergy « Innover dans l’école par le design »

Ci-dessous le détail des séances et la présentation des intervenants :

19/02 de 17h à 19h : Matthieu Cisel « Recherche Orientée par la Conception. La Design-Based Research » – salle E53

Résumé :

La Recherche Orientée par la Conception, ou Design-Based Research dans la littérature anglo-saxonne, est un paradigme de recherche dans lequel le chercheur s’implique dans la conception d’un artefact, tout en visant à produire des résultats scientifiques. Si la démarche est séduisante tant au regard des injonctions des politiques publiques à transférer les résultats de la recherche, que des inclinaisons personnelles à voir ses idées réifiées dans des objets concrets, elle n’est pas sans danger pour le chercheur. Elle complexifie le positionnement épistémologique, et souffre du fait que le chercheur doit souvent négocier avec des acteurs dont les intérêts et les calendriers divergent de ceux de la recherche académique. Nous nous proposerons d’illustrer ces propos en revenant sur un projet de conception, pour le programme Savanturiers, d’une application destinée à l’enseignement des sciences à l’école primaire et au collège. 

Intervenant :

Matthieu Cisel a fait son doctorat au laboratoire STEF de l’ENS Paris-Saclay sur les indicateurs de performance dans les MOOC, et plus précisément sur la question des taux de certification. Ses recherches doctorales, fondées sur les méthodes mixtes, ont porté sur les analyses de traces d’interaction, et notamment sur le comportement d’inscription. Il travaille désormais au laboratoire EDA de l’Université Paris-Descartes sur la conception et l’usage de technologies pour l’enseignement des sciences. Ces travaux s’inscrivent dans les sciences de l’éducation, mais mobilisent dans une large mesure des méthodes employées par l’informatique.

19/03 de 17h à 19h : Virginie Trémion « Étude de représentations sur les innovations en classe inversée » – E54

Résumé :

Lors de ce séminaire, nous chercherons à interroger l’articulation entre innovation pédagogique et innovation technologique. Pour cela, nous présenterons une étude menée en 2018 qui vise à comprendre comment un projet innovant avec le numérique pense l’innovation éducative dans les usages liés. Dans ce travail nous nous sommes intéressée au dispositif de classe inversée. Nous avons cherché à saisir comment les acteurs envisageaient la place et le rôle des outils numériques dans la construction des savoirs à l’université. L’analyse des discours d’enseignants réalisée montre que la réflexion s’oriente davantage vers la pédagogie au détriment de l’usage de l’outil technologique en formation et des compétences complexes et variées exigées par son utilisation.

Intervenant :

Virginie Trémion est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’ISP-Faculté d’éducation (Institut Catholique de Paris). Ses enseignements portent sur les questions de l’utilisation du numérique à l’école, et des approches interculturelles dans la formation des enseignants. Elle est membre de l’équipe Religion, culture et société, ainsi que membre associé de l’équipe Théodiledu laboratoire CIREL. Elle participe à des recherches, au carrefour des sciences de l’éducation et des sciences du langage, qui visent à identifier les modalités de la construction de savoirs à partir d’analyses de pratiques d’enseignement/d’apprentissage avec les outils numériques. 

Quelques références bibliographiques : « Étude de représentations sur les innovations en classe inversée à l’université », Spirale, n° 63, 2019, pp. 11-21 (2019) ; Gestion des diversités dans la classe à l’heure du numérique »,Recherches. Revue de didactique et de pédagogie du français, n° 69, 2018, pp. 9-22 (2018) ; « De Cultura aux MOOCs de communication interculturelle : quelles opportunités pour l’apprentissage interculturel à distance ? », International Journal of E-Learning and Distance Éducation– http://www.ijede.ca/index.php/jde/article/view/1048 (2018).

16/04 de 17h à 19h : Laurent Tessier « L’éducation au numérique : un changement de paradigme » – E61

Résumé :

Quelle place faire au numérique dans les parcours scolaires et universitaires, à la fois en tant qu’objet d’études et outil de travail des élèves et des professeurs ? La réponse éducative à cette question est encore aujourd’hui loin d’être univoque. Elle a même suscité durant les dernières années des débats passionnés. Afin de rendre les enjeux de ces débats plus lisibles, je propose de dégager trois grands types de réponses, trois paradigmes de l’éducation au numérique : les “TICE”, c’est-à-dire le paradigme central de l’éducation au numérique en France depuis plusieurs décennies ; les “EdTech”, le paradigme anglo-saxon, qui a pris une place de plus en plus grande en France jusqu’à peut-être y devenir, comme dans de nombreux autres pays, le paradigme dominant et enfin les « Humanités numériques », qui pourraient en quelque sorte incarner une troisième voie entre les deux premières. J’essaierai de montrer que le passage des TICE aux EdTech (ou aux Humanités numériques) qui se joue actuellement sous nos yeux n’est pas qu’un changement de vocabulaire mais implique un changement profond dans notre rapport aux technologies et à l’éducation.

Intervenant :

Laurent Tessier est enseignant-chercheur à la Faculté d’Éducation de l’Institut Catholique de Paris depuis 2005. Ses enseignements y portent notamment sur les questions d’éducation au numérique et de management de l’innovation en contexte éducatif. Ses recherches actuelles se situent au croisement de la sociologie, des humanités numériques et de la design-based research. Récemment, elles l’ont amené à participer au développement deCelluloid(https://www.celluloid.camp/), outil d’annotation collaborative de vidéo destiné à faciliter les usages pédagogiques des ressources numériques. 

Ses principales publications : Bourgatte, M., Ferloni, M., & Tessier, L. (Éd.). (2016).Quelles humanités numériques pour l’éducation ? : ouvrage collaboratif édité en temps réel. Paris, France: MkF éditions ; Tessier, L., & Bourgatte, M. (2018). Les outils d’annotation vidéo pour la recherche. In É. Cavalié, F. Clavert, O. Legendre, & D. Martin (Éd.),Expérimenter les humanités numériques : Des outils individuels aux projets collectifs(p. 19‑35). Montréal: Presses de l’Université de Montréal. Consulté à l’adresse http://books.openedition.org/pum/11100 ; Tessier, L., (2019, à paraître),Eduquer au numérique ? Un changement de paradigme. Paris, France: MkF éditions.

* 14/05 de 17h à 19h: Clémence Mergy « Innover dans l’école par le design » – E53

Résumé :

Au cours de cette intervention, Clémence Mergy nous montrera comment faire évoluer ses pratiques pédagogiques en utilisant le design comme levier et processus d’innovation. Attentive à la refondation de l’école, elle nous proposera un panorama des formes scolaires innovantes ; elle nous montrera comment mener une expérimentation en design avec présentation ; elle nous proposera enfin une ouverture sur les enjeux et les pratiques du « faire classe aujourd’hui » assortie d’une analyse des espaces scolaires et de l’impact positif du design sur le climat scolaire.

Intervenant :

Designer touche à tout définit plutôt bien Clémence Mergy. Design produit, scénographie, mode sont ses domaines de prédilection. Son activité principale est l’enseignement et l’a toujours été. Parallèlement, elle réalise des projets de recherche en free lance. Elle pratique les renseignements créatifs et l’assistance à maitrise d’ouvrage au sein du Bureau Oblique. On lui doit notamment la coordination d’une publication aux éditions Canopé sur le thème Innover dans l’école par le design (2017).

Les séances ont lieu à l’Institut Catholique de Paris, 74, rue de Vaugirard (Pars 6e, métro Saint Sulpice ou Rennes). L’entrée sur le campus étant contrôlée, si vous souhaitez participer, merci de nous contacter (par exemple via ce blog).

Laurent Tessier et Michael Bourgatte