Séminaire « Discours et pratiques de l’innovation éducative »

Nous organisons ce semestre un séminaire de recherche intitulé « Discours et pratiques de l’innovation éducative ». Celui-ci s’inscrit dans le cadre des activités de notre département, « Humanités numériques et innovations éducatives » (ICP-Faculté d’éducation), ainsi que dans un projet de recherche ERASMUS+ auquel nous participons : ANGE (Ancrages Numériques de la Gouvernance des Etablissements scolaires), dont le descriptif est disponible ici : http://classlab-ange.eu

Voici le programme du séminaire :

* 19/02 de 17h à 19h : Matthieu Cisel « Recherche Orientée par la Conception. La Design-Based Research »

* 19/03 de 17h à 19h : Virginie Trémion « Étude de représentations sur les innovations en classe inversée »

* 16/04 de 17h à 19h : Laurent Tessier « L’éducation au numérique : un changement de paradigme »

* 14/05 de 17h à 19h: Clémence Mergy « Innover dans l’école par le design »

Ci-dessous le détail des séances et la présentation des intervenants :

19/02 de 17h à 19h : Matthieu Cisel « Recherche Orientée par la Conception. La Design-Based Research » – salle E53

Résumé :

La Recherche Orientée par la Conception, ou Design-Based Research dans la littérature anglo-saxonne, est un paradigme de recherche dans lequel le chercheur s’implique dans la conception d’un artefact, tout en visant à produire des résultats scientifiques. Si la démarche est séduisante tant au regard des injonctions des politiques publiques à transférer les résultats de la recherche, que des inclinaisons personnelles à voir ses idées réifiées dans des objets concrets, elle n’est pas sans danger pour le chercheur. Elle complexifie le positionnement épistémologique, et souffre du fait que le chercheur doit souvent négocier avec des acteurs dont les intérêts et les calendriers divergent de ceux de la recherche académique. Nous nous proposerons d’illustrer ces propos en revenant sur un projet de conception, pour le programme Savanturiers, d’une application destinée à l’enseignement des sciences à l’école primaire et au collège. 

Intervenant :

Matthieu Cisel a fait son doctorat au laboratoire STEF de l’ENS Paris-Saclay sur les indicateurs de performance dans les MOOC, et plus précisément sur la question des taux de certification. Ses recherches doctorales, fondées sur les méthodes mixtes, ont porté sur les analyses de traces d’interaction, et notamment sur le comportement d’inscription. Il travaille désormais au laboratoire EDA de l’Université Paris-Descartes sur la conception et l’usage de technologies pour l’enseignement des sciences. Ces travaux s’inscrivent dans les sciences de l’éducation, mais mobilisent dans une large mesure des méthodes employées par l’informatique.

19/03 de 17h à 19h : Virginie Trémion « Étude de représentations sur les innovations en classe inversée » – E54

Résumé :

Lors de ce séminaire, nous chercherons à interroger l’articulation entre innovation pédagogique et innovation technologique. Pour cela, nous présenterons une étude menée en 2018 qui vise à comprendre comment un projet innovant avec le numérique pense l’innovation éducative dans les usages liés. Dans ce travail nous nous sommes intéressée au dispositif de classe inversée. Nous avons cherché à saisir comment les acteurs envisageaient la place et le rôle des outils numériques dans la construction des savoirs à l’université. L’analyse des discours d’enseignants réalisée montre que la réflexion s’oriente davantage vers la pédagogie au détriment de l’usage de l’outil technologique en formation et des compétences complexes et variées exigées par son utilisation.

Intervenant :

Virginie Trémion est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’ISP-Faculté d’éducation (Institut Catholique de Paris). Ses enseignements portent sur les questions de l’utilisation du numérique à l’école, et des approches interculturelles dans la formation des enseignants. Elle est membre de l’équipe Religion, culture et société, ainsi que membre associé de l’équipe Théodiledu laboratoire CIREL. Elle participe à des recherches, au carrefour des sciences de l’éducation et des sciences du langage, qui visent à identifier les modalités de la construction de savoirs à partir d’analyses de pratiques d’enseignement/d’apprentissage avec les outils numériques. 

Quelques références bibliographiques : « Étude de représentations sur les innovations en classe inversée à l’université », Spirale, n° 63, 2019, pp. 11-21 (2019) ; Gestion des diversités dans la classe à l’heure du numérique »,Recherches. Revue de didactique et de pédagogie du français, n° 69, 2018, pp. 9-22 (2018) ; « De Cultura aux MOOCs de communication interculturelle : quelles opportunités pour l’apprentissage interculturel à distance ? », International Journal of E-Learning and Distance Éducation– http://www.ijede.ca/index.php/jde/article/view/1048 (2018).

16/04 de 17h à 19h : Laurent Tessier « L’éducation au numérique : un changement de paradigme » – E61

Résumé :

Quelle place faire au numérique dans les parcours scolaires et universitaires, à la fois en tant qu’objet d’études et outil de travail des élèves et des professeurs ? La réponse éducative à cette question est encore aujourd’hui loin d’être univoque. Elle a même suscité durant les dernières années des débats passionnés. Afin de rendre les enjeux de ces débats plus lisibles, je propose de dégager trois grands types de réponses, trois paradigmes de l’éducation au numérique : les « TICE », c’est-à-dire le paradigme central de l’éducation au numérique en France depuis plusieurs décennies ; les « EdTech », le paradigme anglo-saxon, qui a pris une place de plus en plus grande en France jusqu’à peut-être y devenir, comme dans de nombreux autres pays, le paradigme dominant et enfin les « Humanités numériques », qui pourraient en quelque sorte incarner une troisième voie entre les deux premières. J’essaierai de montrer que le passage des TICE aux EdTech (ou aux Humanités numériques) qui se joue actuellement sous nos yeux n’est pas qu’un changement de vocabulaire mais implique un changement profond dans notre rapport aux technologies et à l’éducation.

Intervenant :

Laurent Tessier est enseignant-chercheur à la Faculté d’Éducation de l’Institut Catholique de Paris depuis 2005. Ses enseignements y portent notamment sur les questions d’éducation au numérique et de management de l’innovation en contexte éducatif. Ses recherches actuelles se situent au croisement de la sociologie, des humanités numériques et de la design-based research. Récemment, elles l’ont amené à participer au développement deCelluloid(https://www.celluloid.camp/), outil d’annotation collaborative de vidéo destiné à faciliter les usages pédagogiques des ressources numériques. 

Ses principales publications : Bourgatte, M., Ferloni, M., & Tessier, L. (Éd.). (2016).Quelles humanités numériques pour l’éducation ? : ouvrage collaboratif édité en temps réel. Paris, France: MkF éditions ; Tessier, L., & Bourgatte, M. (2018). Les outils d’annotation vidéo pour la recherche. In É. Cavalié, F. Clavert, O. Legendre, & D. Martin (Éd.),Expérimenter les humanités numériques : Des outils individuels aux projets collectifs(p. 19‑35). Montréal: Presses de l’Université de Montréal. Consulté à l’adresse http://books.openedition.org/pum/11100 ; Tessier, L., (2019, à paraître),Eduquer au numérique ? Un changement de paradigme. Paris, France: MkF éditions.

* 14/05 de 17h à 19h: Clémence Mergy « Innover dans l’école par le design » – E53

Résumé :

Au cours de cette intervention, Clémence Mergy nous montrera comment faire évoluer ses pratiques pédagogiques en utilisant le design comme levier et processus d’innovation. Attentive à la refondation de l’école, elle nous proposera un panorama des formes scolaires innovantes ; elle nous montrera comment mener une expérimentation en design avec présentation ; elle nous proposera enfin une ouverture sur les enjeux et les pratiques du « faire classe aujourd’hui » assortie d’une analyse des espaces scolaires et de l’impact positif du design sur le climat scolaire.

Intervenant :

Designer touche à tout définit plutôt bien Clémence Mergy. Design produit, scénographie, mode sont ses domaines de prédilection. Son activité principale est l’enseignement et l’a toujours été. Parallèlement, elle réalise des projets de recherche en free lance. Elle pratique les renseignements créatifs et l’assistance à maitrise d’ouvrage au sein du Bureau Oblique. On lui doit notamment la coordination d’une publication aux éditions Canopé sur le thème Innover dans l’école par le design (2017).

Les séances ont lieu à l’Institut Catholique de Paris, 74, rue de Vaugirard (Pars 6e, métro Saint Sulpice ou Rennes). L’entrée sur le campus étant contrôlée, si vous souhaitez participer, merci de nous contacter (par exemple via ce blog).

Laurent Tessier et Michael Bourgatte