Les nouvelles formes d’écritures audiovisuelles diffusées sur le Web

La dixième séance ShortCuts est programmée le mercredi 8 avril 2015 en salle Triangle de l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou.

laetita masson
Extrait du film de Laetitia Masson, The End (2008)

Présentation de la séance

Cette séance est animée par Vincent Puig. Elle porte sur les enjeux soulevés par les nouvelles formes d’écritures audiovisuelles diffusées sur le Web ? Vincent Puig propose de commencer par la projection d’un court passage d’une forme traditionnelle du Webdoc héritée des CD-Roms (Voyage au Bout du Charbon de Samuel Bollendorff, 2008). Mais comment s’émanciper de cette forme déjà ancienne et construire avec ce qui fait le Web aujourd’hui ? Selon Vincent Puig, trois perspectives se profilent à l’horizon : la piste sémantique,  la piste sociale et le transmédia. Ou pour le dire autrement, une écriture qui incorpore la question des datas (projection de The End de Laetitia Masson, 2012), une écriture qui privilégie la contribution (projection de Théâtre sans animaux de Jean-Michel Ribes, 2013), ou un peu des deux avec le transmédia (projection de la série Anarchy, 2014).

Souffle court

La neuvième séance ShortCuts a eu lieu le jeudi 29 janvier 2015 à Télécom ParisTech.

Présentation de la séance

Au cours de cette séance, nous avons découvert le court-métrage Souffle court de Johann Dulat, primé – entre autres – cet été au festival Alpinale. La séance a été l’occasion de dialoguer avec le réalisateur qui était venu pour l’occasion.

souffle court

Présentation du film Souffle court part Johann Dulat, le réalisateur

« Antoine peut retourner dans le passé. Il utilise donc son pouvoir pour rencontrer de nombreuses filles, mais il ne trouve jamais la bonne. Jusqu’à un beau matin… Avec Souffle Court, j’avais envie de parler d’amour, au sens romantique, dans un monde où il n’y a que des relations à usage unique. Je voulais aussi faire un film « moderne », je voulais retrouver un impact que Godard avait réussi à susciter avec la Nouvelle Vague. Il se trouve qu’à cette époque, j’étais en train de rédiger un mémoire sur les grues cinématographiques, et j’ai donc eu envie d’utiliser cet outil pour mettre en valeur ma narration. Je me suis amusé avec une Supertechno 30… ».

Teaser du film

 

Guerre contre le terrorisme

La huitième séance ShortCuts a eu lieu le jeudi 27 novembre 2014 à l’Institut Catholique de Paris. Cette séance portait sur les représentations de la guerre contre le terrorisme, au cinéma et dans les séries télévisées. Elle était animée par Laurent Tessier.

Laurent Tessier Vietnam

Présentation de la séance

Dans de précédents travaux, Laurent Tessier a analysé l’évolution des représentations cinématographiques de la guerre, en se concentrant notamment sur la guerre du Vietnam. Les films de guerre abordant le conflit vietnamien constituent en effet un tournant, notamment du fait d’un glissement thématique, qui les éloigne des fictions guerrières classiques et en particulier des films représentant la Seconde Guerre Mondiale. Les films de guerre américains produits à partir des années 1970 se concentrent ainsi de manière très régulière sur (1) les difficultés de réadaptation des vétérans au retour de la guerre plutôt que sur la guerre elle-même et (2) sur la contamination de la société par la folie de la guerre qui se déroule pourtant à distance. Ces deux thèmes peuvent bien sûr parfois être observés au cinéma dans la description de conflits antérieurs. Mais ils deviennent centraux au moment de la guerre du Vietnam, venant même éclipser les thématiques fondatrices du cinéma de guerre (héroïsme, camaraderie, patriotisme, lutte du bien contre le mal).

Dans le cadre de cette séance, Laurent Tessier a étudié plus particulièrement la manière dont ces thèmes se perpétuent et se modifient dans des fictions plus récentes, ayant trait à ce que l’Administration Bush nomma « War on Terrorism », « War on Terror » ou « Global War on Terror » à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Il s’est notamment appuyé sur la série télévisée Homeland (Gordon & Gansa, 2011), sur le film Zero Dark Thirty (Bigelow, 2012) et sur quelques autres exemples permettant de mieux cerner les évolutions des représentations contemporaines de la guerre et des relations entre la société et ses soldats.

Héros : action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma

La septième séance ShortCuts a eu lieu le jeudi 25 septembre à l’Ecole des Mines. Elle était consacrée à la sortie du livre d’Olivier Fournout, Héros : action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma (Paris, Presses des Mines, 2014). Elle était suivie d’un débat.

Olivier Fournout - ShortcutsPrésentation du livre

« Ce livre que j’ai fait paraître le printemps dernier, où j’étudie les figures de héros de cinéma américain comparées aux profils des managers efficaces dans les traités de management. À partir de l’examen d’un large corpus, mes recherches montrent une convergence, sur la longue durée, entre la façon dont les managers efficaces et les héros de cinéma opèrent dans leurs actions et leurs interactions. Elles débouchent sur la description d’un ensemble complexe d’injonctions en tension les unes avec les autres, en partie paradoxales, touchant au management de soi en interaction avec les autres : être soi-même, branché sur ses sensations, émotions, valeurs… tout en jouant des rôles extérieurs ; assumer avec responsabilité les cadres d’une mission, tout en se montrant innovant, déviant, créatif, quitte à faire voler en éclats les cadres mêmes de la mission ; favoriser une attitude négociatrice avec les autres sans pour autant fuir le rapport de forces, impliquant diverses formes de violence pour soi et pour les autres. J’y montrerai quelques uns des extraits du « Faucon Maltais » que je commente dans le livre » Olivier Fournout.

Le film de la séance