À qui appartiennent les pigeons ?

La cinquième séance ShortCuts a eu lieu le mercredi 19 mars à Télécom ParisTech. Elle était consacrée à la projection de À qui appartiennent les pigeons ? de Frédérique Lagny. Elle était suivie d’un débat.

Présentation du film

À qui appartiennent les pigeons ? (2012) nous confronte au portrait croisé de deux personnages, un conteur et un dormeur, l’homme de la parole et celui du silence, à leurs gestes et à leurs paroles, et d’abord simplement à leur existence, à leur présence. Il est question de l’Afrique, de la folie et de l’Histoire au travers de la réalité singulière de deux personnes, tout à fait réelles, considérées en tant que telles et pour ce qu’elles sont, mais filmées comme des performers, c’est-à-dire comme des artistes qui font œuvre par ce qu’ils font, par la situation qu’ils créent, par leurs actions ou leurs paroles.

Qu’est-ce qui se met en scène et qu’est-ce qui se dit de la perte et de l’échec dans ce parallèle ? C’est d’une certaine façon la question flagrante que le film présente comme le cœur de sa construction, l’agent de l’équilibre qu’il établit entre deux figures et deux rythmes, entre la fébrilité de l’un et l’inertie de l’autre. Ce qu’on ne peut pas s’empêcher d’associer à deux figures de l’Afrique et de l’Histoire coloniale, deux formes de l’impossibilité d’être entièrement soi, mais aussi deux façons d’être recouvert et nié par l’image qu’on projette sur vous. A ce moment là, certainement, À qui appartiennent les pigeons ? ne parle plus de l’Afrique, mais bien davantage de l’Europe et de l’Occident.

À qui appartiennent les pigeons ? de Frédérique Lagny
À qui appartiennent les pigeons ? de Frédérique Lagny

Un théâtre sans théâtre : personnage et écriture du film

En puisant son inspiration dans la littérature de Mongo Beti et de Sony Labou Tansi, l’écriture filmique se revendique circulaire et répétitive et use du stratagème d’un théâtre sans théâtre pour obliger le regard. Le rythme du montage et de la bande son sur le thème des errances d’une mémoire rêvée ont été envisagés comme une respiration, dans un enroulement ; le travail de création sonore inspiré des Imaginary Landscapes de John Cage a complété le processus de mise en œuvre du projet.

Le conteur, Gaoussou Ouattara, nous délivre sa connaissance du monde sous forme d’une série de poèmes numérotés de 1 A à 101 A. Ses poèmes, à l’instar de ses dessins répertoriés dans ses cahiers d’écolier, nous décrivent le fonctionnement du monde. Un simple croquis est susceptible d’expliquer l’ensemble des faits qui gouvernent notre vie : un évènement de la vie quotidienne, un trajet, la construction d’un bâtiment…

Le nouveau testament et le français lui servent de support pour illustre son histoire personnelle, l’anglais lui permet, a contrario, de décrire des situations fictionelles comme celles de personnages allant au cinéma, en déplacement pour un shopping à Ouagadougou ou encore dans un bus vers Abidjan. Ces poèmes ne sont pas retranscrits, ils sont stockés dans sa mémoire et répétés à haute voix. Dans ses cahiers, des notes, des dessins, des listes de noms et de numéros entretiennent cette mémoire.

Ailleurs, le dormeur, Boukary Kaboré, survit dans son intérieur exposé au dehors ; un amas de sacs plastiques emplis de papiers et d’objets glanés dans la ville au jour le jour constituent les murs de cet intérieur. Nous filmons les tressaillements de son sommeil et les instants de son réveil. En contrepoint à la poétique du conteur sa tentative de tri et de classement précise l’intention commune qui les relie : mettre de l’ordre dans le chaos du monde.

Les dessins de Gaoussou Ouattara
Les dessins de Gaoussou Ouattara

Fiche technique

À qui appartiennent les pigeons ? est un moyen métrage de 39min avec Gaoussou Ouattara et Boukary Kaboré. Réalisation et prises de vue : Frédérique Lagny ; Assistanat et prises de son : BoureimaTraoré ; Montage : Élodie Broilliard ; Création sonore et mixage : Pascale Schaer ; Étalonnage : Joost Van Kerckhove pour Moxy ; Production et diffusion : Frédérique Lagny

Projet réalisé suite à une recherche artistique ayant reçu l’aide du Centre national des arts plastiques dans le cadre du « soutien pour le développement d’une recherche artistique » de la Fondation Nationale pour les Arts Graphiques et Plastiques (allocation exceptionelle de recherche), avec le concours et le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (dispositif du CAC arts visuels) et de l’Institut Français en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Mécénat, Société PCD, Belgique.