Archives de catégorie : Video Studies

Bal(l)ade au Mashup Film Festival organisé par le Forum des Images.

Le temps de 2 journées et d’une soirée, du 22 au 24 juin 2012, le Forum des Images s’est transformé en temple du film bricolé, du film amateur, du film numérique.

L’élément principal qui retient l’attention est la mutation de ce lieu de la quotidienneté dédié au cinéma en lieu de l’événement. Dès l’entrée dans le Forum, on perçoit aussitôt que quelque chose, ici, a changé. Que nous pénétrons dans un autre univers. Divers espaces de passage sont investis le temps de la manifestation, venant rompre avec nos petites habitudes. Les non-lieux du Forum se sont subitement transformés en lieux d’activité.

Sur la gauche, le Mashup Cooker nous attend pour faire mijoter images, textes et autres sons. On retrousse ses manches, on enfile le tablier et on choisit ses ingrédients : des images qu’on sélectionne en fonction de ses envies. On les dépose sur la cuisinière, et, comme par enchantement, elles s’animent à l’écran. Une pincée de musique ? Pas de problème, on prend une carte sonore et on la dépose à côté.

Géraldine et Charlotte, qui traînent leurs guêtres en cuisine, ont pris une image de limace et une autre de méduse auxquelles elles ont associé une petite musique pop. À l’écran, au dessus des casseroles, on admire le résultat qui s’avère être, pour le coup, tendancieusement psychédélique.

Sur la droite, la Web Radio de Silicon Maniac. Ici, on peut prendre ses aises et écouter les intervenants, en tendant l’oreille ou en se connectant. Jean-Yves lance les journées en nous donnant le programme. D’autres intervenants sont ensuite attendus au micro pour nous dire un mot du Mashup Film Festival.

Comme la manifestation est entièrement gratuite, je prends mon ticket et je monte à l’étage non sans avoir salué les vigiles sympas qui surveillent l’escalier. Ici, il y a l’atelier Machinima où l’on apprend à faire des films avec des images de jeux vidéo. Ça s’anime, on échange. Chacun selon ses goûts ; chacun selon ses humeurs. Derrière, il y a l’équipe d’Install Party qui est là pour libérer ton ordinateur et le rééquiper entièrement de logiciels libres.

Le lieu de transit le plus bouleversant, en ce sens qu’il s’agit bien d’un non-lieu de l’ordinaire du Forum, c’est le couloir qui nous mène à la salle 500. Ici, un écran nous donne à voir une sélection de mashups et, sur les murs, des cartels nous présentent les films projetés (Zzzebra Enjoy The Silence, Hitler participe à un dîner presque parfait…).

Chacun d’eux est accompagné d’un QR Code nous permettant de regarder, instantanément, le film qui nous intéresse. Je dégaine donc mon smartphone et viens en flasher un . Je le regarde sur mon petit écran. Et puis, comme j’ai vu un peu partout qu’il y avait une page Facebook et un fil Twitter consacrés au festival, j’en profite pour pianoter quelques mots à mes amis et followers connectés. J’avoue avoir secrètement le désir de les rendre un peu jaloux et de les motiver à venir me rejoindre.

Plus cosy, mais aussi plus studieuse, la salle des collections est investie par le festival Cinecast, partenaire du Mashup Film Festival. Un festival dans un autre, en sorte, qui nous propose une sélection de 15 films consultables et annotables en direct. Les écrans me permettent également d’accéder au site Internet de la manifestation. Je peux y consulter quelques-unes des propositions du festival et, là encore, donner mon point de vue.

Que faire d’autre ? Entrer dans les salles du Forum pour suivre une conférence : celle de Vincent Puig sur les enjeux des pratiques collaboratives et de la contribution ; celle de Jérôme Lefdup qui nous entraîne dans son univers de bricoleur cinéphile ; ou celle consacrée à une réflexion sur le droit d’auteur… Puisqu’une des grandes questions que pose le mashup, mais aussi la circulation des contenus audiovisuels en ligne, est bien celle de la légalité.

Changer d’air c’est aussi changer de salle, et ne pas hésiter à pratiquer le zapping. Le festival nous y invite, de toute manière, tant l’offre est foisonnante. C’est aussi ça devenir « mashup festivalier » : assembler des bribes de propositions et se fabriquer son propre événement. Celui-là même que personne d’autre ne concevra comme vous, même si tout le monde, sur le papier, dispose d’une même offre, des mêmes possibilités, des mêmes outils.

Je file donc regarder une sélection de courts-métrages sur le thème des « imaginaires de cinéma ». J’ai bien fait, car je tombe sur Manual de Christophe Girardet et Mathias Müller (2002) : 10 minutes consacrées à l’extraction et l’assemblage d’extraits de films dans lesquelles on voit des personnes activer des machines ou des magnétophones d’un autre âge, comme pour nous rappeler que le fantasme technologique ne date pas d’aujourd’hui. Un bout du film PressPausePlay de David Dworsky et Victor Kölher (2011), ensuite, visionné sur un écran de la filmothèque, et qui me porte à réfléchir sur les usages des nouvelles technologies. Sex Galaxy de Mike Davis (2008), enfin, un délire à la fois futuriste et rétrograde à se tordre de rire.

Au Mashup Film Festival, on vient donc voir des mashups dans tous les sens. On vient aussi en faire, même si l’on ne sait parfois pas très bien qu’est-ce qu’on est en train de voir et qu’est-ce qu’on est en train de faire. Mais ça, c’est la magie du mashup : se perdre et se retrouver continuellement. Comprendre et s’interroger. Se ravir de (re)voir des moments de films qu’on aime, mais aussi en découvrir d’autres qui nous donneront, à coup sûr, envie de retourner à l’original. Car le mashup, oui, j’ai oublié de vous dire : c’est un objet audio-visuel qui repose sur l’agencement d’autres objets lui préexistant. Je ne saurais comment vous en parler autrement…

… Regardez donc le film gagnant du concours de mashups Part [im]ages : À la recherche de Thierry Proust

De la modernité esthétique du cinéma et du kitsch. Le cas du suédage

Le suédage est une pratique cinématographique apparue en 2008 autour des travaux de Michel Gondry, bien qu’elle puise ses racines dans des « façons de faire » (Michel de Certeau, L’invention du quotidien) plus anciennes. Sans entrer dans le détail, nous dirons simplement qu’il s’agit d’une activité visant à réaliser des films reprenant la trame ou les idées d’un film préexistant et de le re-tourner « avec les moyens du bord ». Le suédage est, en somme, à la fois un acte performatif et son résultat esthétique (Austin John L., Quand dire, c’est faire). Il est, autrement dit, un « être culturel » (eanneret Yves, Penser la trivialité. La Vie triviale des êtres culturels) doté d’une esthétique résultant d’un processus de production. En somme, nous dirons que le film suédé est un produit social appartenant au monde des objets.

Cette double perspective à travers laquelle nous approchons le suédage, à la fois comme processus résultant d’une activité socio-esthétique et comme objet en circulation, nous invite ici à interroger une catégorie qui est tout à la fois un genre et une notion : celle de kitsch telle qu’elle a été théorisée par Hermann Broch, Abraham Moles et quelques autres. L’objet kitsch est socialement connoté en ce sens qu’il renvoie à des produits manufacturés et circulants. Il a quelque chose à voir avec la société industrielle, du moins, si l’on se réfère à l’acception désormais la plus couramment admise : celle de son (in-)esthétique, sa malfaçon qui introduit toutefois du rire et de l’amusement. Il est en de même pour les films suédés qui appartiennent au champ des productions cinématographiques amateurs.

Dès lors, un rapprochement semble possible entre la catégorie esthétique du kitsch et le phénomène du suédage. Afin de préciser ce rapprochement, il faut s’intéresser au rôle central de la circulation des idées dans la construction de l’identité des objets ; de montrer que le produit du social est à la fois distorsion de l’existant et redressement esthétique de cette distorsion ; de rapprocher kitsch et suédage pour montrer que l’un et l’autre associent une intentionnalité esthétique (à condition de neutraliser cette notion) à l’utilisation de la technique. Plus largement, il importe de prolonger et de réactualiser les réflexions conduites par les tenants de la tradition critique de l’Ecole de Francfort en portant notre attention sur cet objet spécifique qu’est le suédage en tant qu’il est issu de la modernité.

En forme de réponse à cette question, nous voyons que les caractéristiques les plus saillantes de l’objet kitsch se retrouvent dans le film suédé. Il s’agit d’abord d’un objet qui fait référence à un objet premier et qui, comme lui, circule en tirant largement partie des possibilités offertes par la modernité technique. C’est ensuite un objet doté d’une certaine fragilité et d’une intentionnalité ludique qui entraîne de l’amusement et du rire. Pour autant, il est le résultat d’un processus de réalisation qui atteste aussi des compétences du producteur : savoir-faire techniques mais aussi capacités d’observation du social.

Enfin, avec le film suédé comme avec l’objet kitsch il y a un discours porté sur la société de consommation, sur l’industrialisation et sur les évolutions technologiques, un peu comme pour les avant-gardes en art, à la différence près que l’avant-garde à plutôt tendance à s’opposer à la modernité quand l’objet kitsch a plutôt tendance à en tirer parti. Le résultat est celui d’un objet qui est le fruit du travail d’un individu ou d’une société essayant à la fois d’exploiter les possibilités techniques que le social lui offre tout en adoptant une posture critique vis-à-vis de lui-même et de la société. C’est cette attitude critique qui nous invite à dire que le film suédé est un objet kitsch.

Toutefois, peut-on pleinement statuer sur cette conclusion en ce sens que l’analyse est elle aussi le résultat d’un discours porté par un témoin du social, du moins, si l’on s’en tient à l’idée jausienne telle qu’elle a été prolongée par Stanley Fish : tout n’est qu’histoire de regard et de contexte (Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives). En effet, peut-on clairement distinguer l’imitation de la création ? Peut-on également être assuré de l’intentionnalité d’un producteur à la simple analyse du produit qu’il expose dans le social ? Peut-on, enfin, affirmer que la relation à la modernité ne puisse être que totale subordination ou pleine opposition ? En ce sens, nous dévoilons notre argumentaire avec prudence sans jamais douter de sa pertinence en temps qu’il demeure réfutable (Popper Karl, Conjectures et réfutations).

À propos du suédage comme modalité de mise en circulation du cinéma

Le texte qui suit est un extrait de l’article « Le suédage comme modalité de mise en circulation du cinéma » In Gelly C. & Roche D. Approaches to Film & Reception Theories / Cinéma & théories de la réception. PUBP, 2012.

Ne cherchez pas dans les dictionnaires : le verbe « suéder » n’existe pas ; pas plus que ses formes adjectivée et substantivée. C’est un mot employé dans un film de Michel Gondry intitulé Be Kind Rewind (Soyez sympas, rembobinez, 2008). Il sert à désigner une façon atypique et délibérément ludique de tourner des remakes de films […].

  Le suédage est révélateur d’un état de la société au moment où il apparaît. Ce procédé est à la fois simple et complexe. En partant de la mémoire d’un film, il s’agit d’en réaliser un nouveau qui se situera à mi-chemin entre le remake, le pastiche et la production originale, les points de disjonction étant à peu près aussi nombreux que les points de jonction avec l’œuvre originale. Ce qui est intéressant avec ce procédé, c’est qu’il a été inventé par un réalisateur consacré par les institutions du cinéma, mais qu’il a connu une carrière plus importante chez les amateurs. En effet, il a rapidement fait des émules et a conduit à l’apparition de centaines de films de ce genre sur internet […].

En disant quelque chose de et sur un film premier, un film suédé s’impose comme un exercice de citation et brouille les pistes entre activité de réception et activité de production. Car le suédage est à la fois un indicateur de réception des objets filmiques et un indicateur de productions de nouveaux objets. C’est également un dispositif médiatique à part entière et une forme en circulation qui traverse des dispositifs médiatiques déjà constitués. En somme, le suédage s’institue comme un objet communicationnel qu’on ne saurait simplement identifier comme dispositif, comme forme, comme pratique ou encore comme configuration médiatique puisqu’il est tout cela à la fois.

L’analyse du suédage comme dispositif de substitution puis comme ajout d’un nouvel objet au monde permet de voir comment cette pratique prend forme. Le suédage est d’abord une déclaration d’amour faite au cinéma : le cinéma commercial, le cinéma d’auteur, les films de genre, les séries Z, et même les petites formes que l’on peut trouver sur internet. On constate ensuite que le suédage assoit fortement la relation entretenue par l’activité de réception avec l’activité de production. En effet, voir un film ne se limite pas à observer une action qui se déploie sur un écran : c’est capter ce que l’on reconnaît en être l’essence et ensuite être en mesure d’en parler, de la commenter et d’en transmettre quelque chose.

Le suédage se présente autrement comme une pratique créative, notamment grâce à l’humour qu’il déploie. Toutefois, il importe de mettre en débat la notion de créativité qui reste sous-jacente à la compréhension de cette pratique. Car avec  le suédage, on est avant tout en présence d’un geste interprétatif et performatif qui s’institue comme moyen de faire circuler des formes culturelles. Le suédage s’impose donc comme une configuration médiatique, comme un moment de compréhension et comme un geste de mise en circulation. Et c’est ce qui en fait sa spécificité.

Pour prolonger cette réflexion, voici le lien vers le trailer du film Be Kind Rewind  suédé par Michel Gondry lui-même :

watch?v=-B0dJQ35rDs

… Et le lien vers un suédage réalisé par des amateurs sur internet (ici, une version suédé d’Amélie Poulain par TwingoCerise) :

x51tvu_amelie-poulain-suede-longue_creation

Points de repères bibliographiques :

Allard, Laurence (2007). « Blogs, Podcast, Tags, Mashups, Cartographies, Locative Medias : le tournant expressiviste du web » IN Médiamorphoses 21. Paris : INA Armand Colin : 57-62.

Austin, John L. (2002 [1962]). Quand dire, c’est faire. Paris : Le Seuil : 202.

Compagnon, Antoine (1979). La Seconde main ou le travail de la citation. Paris : Le Seuil : 407.

Fish, Stanley (2007 [1980]). Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives. Paris : Les Prairies ordinaires : 144.

Gunthert, André (2009). « L’Image partagée. Comment Internet a changé l’économie des images » IN Études Photographiques 24 : 182-209. Consulté sur internet à l’adresse (dernière consultation le 30 janvier 2011) : http://etudesphotographiques.revues.org/index2832.html

Jeanneret, Yves (2008). Penser la trivialité. La Vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermès : 267.

Branded, un movie trailer annoté ?

Le film Branded (Jamie Bradshaw & Aleksandr Duleraryn) est annoncé prochainement sur les écrans. Il « raconte comment, dans une société future, les grandes marques ont conspiré pour entrer dans nos cerveaux et nous manipuler en toute discrétion, le tout avec des visions de créatures improbables plutôt impressionnantes » (http://www.vodkaster.com/actu-cine/Trailer-est-il-Branded-temps-de-cerveau-disponible-2565).

Puisqu’il s’agit d’un film sur la publicité, le trailer de Branded intègre une stratégie de marketing viral qui comprendrait « 97 QR codes à flasher avec son smartphone pour accéder à divers contenus en ligne » (Ibid). Ici, ce n’est pas le trailer, ni même la stratégie-marketing qui l’accompagne, qui nous intéressent : c’est la fonction que remplissent les QR codes en tant qu’annotations. Ceux-ci sont, en effet, intégrés dans la bande-annonce à la manière d’annotations qui auraient été apposées sur un contenu. Flashés, ils nous conduisent vers d’autres espaces de compréhension et de lecture du contenu premier (le trailer et, plus largement, le film), fonction que remplit, par définition, une annotation.

https://www.youtube.com/watch?v=XRCFJ8MrUzc