Archives de catégorie : Video Studies

What is a Shred?

Shred_illustrationÀ mon ami Pierre, amateur éclairé,

Le shred est de ces tendances créatives en ligne qui consiste à parodier une chanson ou une musique, puis à la mettre en clip, en la tournant en dérision comme s’il s’agissait d’amateurs non éclairés qui s’adonnaient à son interprétation. Ou plutôt : il s’agit de parodier une interprétation en donnant l’impression que des professionnels de la musique ne savent soudainement plus jouer de leurs instruments. Car le shred consiste à mettre en scène des clips ou des extraits de captation vidéo dans lesquels on peut voir des artistes reconnus interpréter des morceaux en multipliant fausses notes et autres “canards”.

De l’anglais, « déchiqueter » ou « mettre en lambeaux », le shred est un mot qui est originellement utilisé pour « désigner une tendance à la virtuosité » qui met l’accent « sur la vitesse et la qualité technique de l’exécution » (source : Wikipedia). Il appuie également l’idée d’une technicité qui repose sur des formes de manipulations non conventionnelles de l’instrument et la production de notes dissonantes. Dans le milieu de la musique métal, cette tendance fut initiée par Eddy Van Halen et prolongée par des guitaristes comme Yngwie Malmsteen ou Steve Vaï.

Parler de shred, aujourd’hui, pour désigner ces manipulations de vidéo musicales, revient à faire écho, d’une part, au sens premier du mot lui-même et, d’autre part, à son sens dérivé. Car il s’agit bel et bien d’anéantir les qualités d’un titre et de faire un pied de nez à cette idée de virtuosité musicale à laquelle il renvoie également.

Si le shred donne à entendre une interprétation de mauvaise qualité, l’association entre le son et l’image produit indéfectiblement du rire, un rire généré par l’improbable des situations : des stars de la chanson, des génies de la musique qui “jouent comme des pieds” avec un aplomb sans faille et un enthousiasme manifeste.

Ainsi, parce qu’il nécessite des compétences techniques et un investissement temporel important, la réalisation d’un shred est nécessairement le produit d’un amateur éclairé.  Cette pratique demande, en effet, de mettre en œuvre de grandes compétences : il faut d’abord trouver l’idée qui va précéder à la réalisation ; il faut ensuite produire, avec les formes, une interprétation musicale de mauvaise qualité ; il faut enfin réaliser la vidéo. Ce qui fait que l’on trouve peu de shreds qui soient réussis et qui produisent – véritablement – l’effet escompté.

 

Notes sur le cinéma social de Michel Gondry

Michel Gondry est un cinéaste qui ne cherche pas à entrer en conflit avec certaines conceptions du cinéma. Il se caractérise, au contraire, par une considération uniforme pour tous les types de cinéma. Avec Michel Gondry, nous sommes face à une cinéphilie qui ne préjuge jamais de la qualité d’une production cinématographique et qui prend forme dans la diversité des objets « goûtés » : films d’auteurs, blockbusters, films populaires, nanars, série B, films amateurs, remix, recut ou mashup sur Internet, etc.

Durant les années 1980, il réalise ses premiers vidéoclips. On trouve, déjà, dans ces réalisations, la plupart des éléments techniques qui caractérisent son travail : l’utilisation combinée d’éléments de décors et d’incrustations numériques dans le clip de La ville, l’utilisation du stop motion dans Les cailloux ou le mélange entre la vidéo et l’animation dans le clip de Junior et sa voix d’or (sans parler de l’humour qui est toujours présent dans le travail de cet alors tout jeune cinéaste) :

 

Michel Gondry impose d’emblée un style tout à fait identifiable même si l’on peut dire, aux vues des réalisations qui vont suivre, que ces objets sont encore embryonnaires. Les images sont à la fois très travaillées et en même temps discrètes, laissant toujours la musique – pour ne pas dire, le rythme – au centre de la réalisation. Il est rapidement repéré par des artistes de renom qui lui commandent des réalisations. Ces clips connaissent un grand succès et une audience sans précédent à chaque fois qu’ils sont diffusés à la télévision.

“Je danse le mia d’IAM (1993) repose sur l‘emploi d’une technique de morphage faisant se croiser des trajets de caméra, ceci afin de générer des transitions sans rupture entre les plans”.

Parallèlement à cette activité, Michel Gondry se met à réaliser des spots publicitaires. Là encore, l’empreinte du réalisateur est forte. Elle est rendue grâce à un usage intensif de la technique et le projet est généralement travaillé par la bande sonore.

“Cette publicité réalisée pour le fabricant de jeans Levi’s en 1996 s’appuie sur un modèle de la progression de la narration qui repose sur un usage du travelling pour produire un effet de vue subjective, et ce, sur fond de musique techno. Techniquement, on remarque aussi une progression par bonds qui est rendue par l’assemblage des travellings successifs. L’objectif est de jouer sur le motif de la cassure, technique, d’abord ; social, ensuite, puisqu’on y voit un jeune homme achetant des préservatifs à un pharmacien plutôt conservateur”.

En 1998, il réalise un court-métrage, La lettre, qui intègre et synthétise des éléments caractéristiques de son travail : la mise en avant de la technique, une gestion spécifique du temps, de l’onirisme et de l’humour. On retrouvera ces éléments dans d’autres courts-métrages et dans ses premiers longs-métrages.

Michel Gondry s’impose alors comme un auteur, l’auteur au cinéma prenant forme là où le cinéaste se refuse à endosser les règles d’un genre préétabli et identifiable, là où émerge un objet personnalisé qui va au-delà des conventions, un cinéma qui s’ancre pleinement dans le réel, au plus prêt du social. S’ajoute à cela une réflexion sur l’usage de la technique, qui est prégnante dans le travail de Michel Gondry, ainsi qu’un projet politique qui va prendre forme de manière concrète avec Be Kind Rewind (2008). Ce projet est celui du partage avec les individus ; celui de la sollicitation à faire des films.

Pour impulser ce désir décomplexé de cinéma chez les individus, il cherche surtout à lever la barrière des contraintes techniques et à ouvrir la voie à un bricolage cinématographique assumé. Il s’agit notamment d’aller contre les conventions et les idées reçues sur les évolutions. Pour Michel Gondry, ce n’est pas parce qu’une technologie est nouvelle qu’elle est forcément meilleure que la précédente. Il faut refuser un modèle technologiste absolu qui rendrait toute innovation obsolète à peine a-t-elle fait son entrée sur le marché.

“C’est ainsi qu’il choisit, par exemple, de tourner le clip des White Stripes, Fell in Love with a Girl (2001), avec des briques de Lego, sans assistance informatique”.

Capture d’écran 2012-04-08 à 10.08.19Avec Be Kind Rewind, Michel Gondry réalise un film visionnaire, en ce sens qu’il est annonciateur d’un phénomène nouveau : celui d’une circulation sans précédent des images. L’idée qui obsède à ce moment-là le cinéaste est celle du désir croissant que les gens ont de se filmer eux-mêmes, notamment grâce à la banalisation des caméras vidéo et la baisse de leur coût.

Be Kind Rewind s’appuie sur un processus de médiation des activités amateurs qui est nommé « suédage ». Qu’est-ce que le suédage ?

  1. Sur le site officiel du film, on peut lire : « Le concept des films suédés est un concept qui vient de loin, de Suède exactement… Suéder un film c’est le retourner avec tout ce que l’on peut avoir sous la main »,
  2. On peut encore lire des définitions tels que « Refaire des films connus mais avec les moyens du bord » (dailymotion.com/rembobinez),
  3. «  Procédé [visant à reproduire] de la façon la plus artisanale un autre film » dans le texte d’une vidéo d’appel pour un concours qui a accompagné la sortie du film,
  4. Le wiktionnaire nous dit : « faire un remake autoproduit, refaire un film avec les moyens du bord. Du néologisme anglais to swede, dérivé de Sweden (« Suède ») et créé pour les besoins du film Soyez sympas, rembobinez ».

Ce qui retient l’attention, avec ce processus, c’est qu’il s’agit d’une forme spécifique de réception cinématographique qui est, en même temps, production, et qui soulève la question de la créativité dans le champ du cinéma puisque cette pratique nécessite de convoquer tout un appareillage référentiel pour faire exister sa propre production : on part de la mémoire d’un film pour en réaliser un nouveau qui se situera à mi-chemin entre le remake, le pastiche et la production originale, les points de rupture et les points de relation avec l’œuvre originale étant, les uns et les autres, à peu près aussi nombreux.

Un autre élément intéressant avec ce procédé : il a été inventé par un réalisateur consacré par les institutions du cinéma, mais il a connu une carrière plus importante chez les amateurs. La sortie du film Be Kind Rewind s’accompagne, en effet, d’un concours de films suédés en partenariat avec le site Internet Dailymotion. Environ 500 films, tous réalisés par des amateurs, vont être postés sur la plateforme. Leur visionnage nous montre que le suédage n’est pas un exercice consistant simplement à produire un remake ou une adaptation. C’est aussi une forme de réception cinématographique spécifique reposant sur la saisie d’un univers référentiel, sur la saisie de codes visuels et/ou discursifs. En effet, les réalisateurs-récepteurs de films suédés concentrent leurs efforts, en priorité, sur la retranscription d’une ambiance.

En parallèle, il y a l’insertion du propre discours du citateur, ou du réalisateur de films suédés, qui offre un statut à part entière à l’objet produit et le fait entrer dans une catégorie esthétique autonome. Dans le cas du suédage, c’est l’effet parodique de la réalisation qui produit cela. Le rire provient de la transformation stylistique du contenu qui passe par l’emploi d’éléments qui sont à portée de main (la voiture ou les vêtements d’un des protagonistes), de matériaux de substitution (comme un sèche-cheveux pour remplacer un pistolet) ou encore, en faisant jouer plusieurs rôles à un même acteur, quitte à le travestir. En somme, le film suédé se laisse identifier par certaines propriétés de surface dont le remplacement de matériaux riches par des matériaux pauvres, qui participent à l’introduction de l’humour.

Mais ce qui domine, c’est la volonté d’établir un dialogue avec un film-source. Et c’est précisément cette situation de communication, cette situation dialogique, qui détermine avant toute chose ce qu’est le suédage. Avec la proposition qui est faite dans Be Kind Rewind de tourner des films sur le modèle de la copie détournée d’un film préexistant, Michel Godnry permet à une logique nouvelle dans la création cinématographique de s’imposer. L’acte de création ne se caractérise plus comme quelque chose de fondamentalement nouveau. C’est, plus simplement, un geste qui émerge dans le social et qui tire parti de créations qui lui préexistent.

La célébration par la copie, qui ressemble autant à l’original qu’elle s’en écarte, devient un geste digne d’intérêt qui est d’autant plus valorisé que nous sommes entrés dans une ère du numérique où le doute s’installe à propos du statut des objets filmiques : lesquels sont des créations ? Lesquels méritent l’attention ? Leur reconnaissance dépend-elle des institutions ou peut-elle être portée par le partage qu’en font les individus sur les réseaux sociaux ? La circulation de ces films est précisément une question qui préoccupe Michel Gondry, car quand bien même on a fait un film pour soi, il importe encore de le partager pour qu’il puisse s’imposer comme une création. C’est ce qui explique la mise en place du concours de films suédés en partenariat avec le site Internet Dailymotion qui est venu accompagner la sortie en salles du film Be Kind Rewind.

Usine de films amateursC’est ce qui explique, également, le lancement du projet de L’usine de films amateurs à partir d’une idée qui lui est venue à la fin du tournage de Be Kind Rewind auquel ont participé des habitants de Passaic, une commune du New Jersey proche de New York, là où il a tourné son film. Lorsque le tournage a été achevé, ces gens ont eu droit à une projection privée en avant-première. C’est en voyant le plaisir qu’ils ont eu à se regarder à l’écran que Michel Gondry s’est dit qu’il faudrait qu’il donne davantage l’opportunité aux individus de se mettre en scène dans des films, sans doute l’objet culturel qu’ils affectionnent le plus largement.

Il inaugure alors, début 2008, le Be Kind Rewind Project à la Deitch Gallery, une galerie new-yorkaise en vue située sur l’île de Manhattan. Michel Gondry investit les lieux pour que les gens puissent venir tourner leurs propres films avec du matériel et des décors qui sont mis à leur disposition. À aucun moment il n’est question d’apprendre aux gens à faire des films. Au contraire, il s’agit de leur montrer que l’on peut prendre plaisir à cette activité sans entrer dans un système de réalisation professionnelle. Le projet est reconduit 3 ans plus tard au Centre Pompidou, à Paris. Le système est le suivant :

  • Une équipe composée d’une dizaine de personnes, prédéterminée ou constituée pour l’occasion, va devoir réaliser un film dans un laps de temps qui ne devra pas excéder les 3 heures,
  • Le film est réalisé dans des décors qui sont mis à disposition par l’institution, « sur le modèle des studios hollywoodiens, mais en miniature ». Ces décors (un café, une rue, un salon, une voiture…) peuvent être aménagés en fonction des besoins,
  • Des accessoires sont également fournis par l’institution ainsi que la caméra utile à la réalisation du film. Le projet impose en effet, que le film soit réalisé avec ce matériel. Il n’est pas possible de venir avec un équipement ou de faire des prises de vue dans d’autres environnements,
  • À la limite, on peut utiliser des effets personnels,
  • Le projet ne doit pas être prédéterminé, ceci afin que le film comporte des imperfections participant d’une esthétique proprement amateur et relevant d’une entreprise ludique.

La session se décompose en quatre mouvements : 45 minutes de brainstorming au cours duquel on élabore le projet. Outre les problèmes techniques et pratiques, on choisit un genre, ce qui a pour objectif de libérer la parole et de favoriser les échanges. À partir de là, l’équipe doit se mettre d’accord sur le choix du titre qui se présentera comme un résumé synthétique des intentions du film. Puis vient la rédaction d’une ébauche de scénario. Ensuite, 45 nouvelles minutes sont consacrées à l’élaboration du plan de tournage. Puis vient le tournage lui-même qui ne doit pas prendre plus d’une heure et à l’issue duquel le film doit pouvoir être visionné, ce qui signifie qu’aucune possibilité de montage n’est offerte aux protagonistes. Le tournage se fait dans l’ordre chronologique des scènes. Les cinéastes et acteurs d’un jour sont enfin invités à venir regarder leur film dans l’espace de projection. Ce quatrième et dernier temps du protocole est un moment de célébration qui entérine l’idée à l’origine du projet gondryen : celle de la joie que ressentent les gens de se voir à l’écran et qui résulte du plaisir qu’ils ont pu éprouver à partager quelque chose autour du cinéma.

Le projet de Michel Gondry s’inscrit pleinement dans la logique de notre modernité puisqu’il s’agit, d’abord, de tirer parti des possibilités qu’offre la technique. Il importe, ensuite, de médiatiser son projet, à l’heure de la réduction des frontières entre espace privé et espace public. Il convient, enfin, de jouer sur la réduction de la frontière entre production et consommation, puisque toute proposition faite en réponse aux propositions de Michel Gondry est le résultat combiné d’un geste créatif et d’un geste consumériste de biens ou de codes qui lui préexistent (incorporation et dévoilement d’un système de références, tentative de copie, etc.).

Pour prolonger cette réflexion :

2011. « Le suédage comme modalité de mise en circulation du cinéma ». In Gelly Christophe, Roche David (dir.). Théories de la réception et cinéma. Clermont-Ferrand : Presses Universitaires de Clermont-Ferrand. p. 119-136

2012. « Le film suédé et l’objet kitsch. Du produit culturel au produit du social ». In Coll. Cinéma et audiovisuel se réfléchissent. Réflexivité, migrations, intermédialité. Paris : L’Harmattan. P. 103-114.

(à paraître) « Le cinéma social de Michel Gondry » In Taillibert Christel (dir.). La cinéphilie des cinéastes. Paris : L’Harmattan (Champs Visuels).

Mashups et manipulations…

… s’invitent à l’exposition Musique & Cinéma qui se déroule à la Cité de la Musique du 19 mars au 18 août 2013. 4 dispositifs au moins retiennent l’attention.

2 d’entre eux reposent sur une compilation d’extraits de films qui sont emblématiques du rapport entre musique et cinéma. Ils s’apparentent à des mashups, à condition de s’accorder sur une définition du mashup qui nous donne à le voir comme un dispositif de médiation du cinéma reposant sur un mélange d’images et de sons .

Le premier mashup est sommaire Il est directement installé dans la salle principale du rez-de-chaussée. Des séquences sont mises bout-à-bout sans logique particulière. On peut ainsi voir et entendre la scène d’ouverture de Drive de Nicolas Winding Refn (2011) et le titre de Kavinsky, “Nightcall”, ou celle de Jackie Brown de Quentin Tarantino (1997) sur le célèbre morceau de Bobby Womack, “Across 110th Street” :

Ce dispositif a pour effet de rythmer la déambulation dans une salle d’exposition quasi rectangulaire, à peine dotée de quelques recoins. Nous observons qu’il y a de nombreux visiteurs qui se mettent à siffloter les aires qui leur sont donnés à entendre. Le dispositif permet également de faire une pause, les visiteurs n’hésitant pas à s’arrêter devant l’écran pour (re)voir les séquences entre deux lectures de cartels ou deux consultations de documents.

L’autre mashup est plus remarquable, car il glorifie une série de 40 scènes emblématiques de l’histoire du cinéma. Il est présenté au sous-sol, dans une pièce entièrement plongée dans le noir, pour reproduire les conditions de la projection en salle. Le programme est annoncé avant l’entrée dans l’espace :

Programme des séquences projetées dans la salle en sous-sol
Programme des séquences projetées dans la salle en sous-sol

Les visiteurs sont invités à s’asseoir. Toutefois, pour faire face à l’affluence, certains restent debout, en arrière. Le programme dure environ une heure. Si la plupart des visiteurs n’en regarde qu’une partie, comme c’est le cas avec la plupart des dispositifs vidéo dans les musées, le temps passé dans cette salle, aussi infime soit-il, permet de se rendre compte qu’il y a un réel travail d’agencement et de montage des séquences, ainsi qu’une logique narrative qui est maintenue.

Les deux autres dispositifs sont manipulables. Ils favorisent l’appropriation et l’expérience d’une situation. Un écran tactile, tout d’abord, est mis à disposition du visiteur pour comparer 2 versions musicales  d’une même scène de 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (1968). Le premier track permet d’écouter la bande sonore originale, autour d’un thème de Johann Strauss. Le second track permet d’apprécier ce qu’aurait pu être la même scène avec la musique, commandée et finalement rejetée, du compositeur Alex North.

Manipulation de la bande son de 2001 L’odyssée de l'espace
Dispositif de manipulation de la bande son de 2001, L’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick

Le dernier outil est une table tactile permettant de simuler une situation de mixage sonore lors de la postproduction d’un film. Autour de 3 extraits mis librement à disposition des visiteurs, ces derniers peuvent choisir d’augmenter le son de la bande musicale ou celle des dialogues, d’insérer des basses ou de supprimer un élément sonore… la table est située face à un écran, afin d’effectuer des manipulations en temps réel et en direct. La salle est capitonnée pour optimiser les conditions de simulation.

Ce que l’on retiendra de ces expériences, c’est qu’elles participent, à la fois, de l’introduction du principe d’annotation et de celui de participation des visiteurs dans le déroulement d’une exposition. Elles dérogent à la règle d’un cinéma sanctuarisé et sur-réglementé, et rendent compte d’un état de fait : les individus (concepteurs et utilisateurs) ont maintenant pris l’habitude, avec Internet, de manipuler le cinéma, les images et les sons à des fins ludiques, mais surtout médiatiques.

Rencontre à l’atelier “annotation vidéo” du Labo de la BNF

Ce mercredi 27.02.13, j’interviens au Labo de la BNF pour parler d’annotation audiovisuelle . Durant cette intervention, les participants sont invités à explorer des ressources en ligne directement avec leurs ordinateurs, depuis leurs smartphones ou leurs tablettes, ou en utilisant les tablettes mises à disposition par le Labo BNF.

Les liens utiles pour explorer le web au cours de cette conférence sur “l’annotation audiovisuelle” sont :

Mediascope à l’INAthèque

– Les Archives Audiovisuelles de la Recherche

– L’exemple de l’espace consacré au Patrimoine Culturel Immatériel Andin, un des projets déployés dans le cadre de la plateforme des AAR

– La plateforme Anthropologie Visuelle et Techniques du Corps

Stories Matter

Survivors of the Shoah Visual History Foundation

– The Famous Videocast : The Famous Videocast by the Subs 01 ; The Famous Videocast by the Subs 02 ; The Famous Videocast by the Subs 03

Choose a Different Ending

Who Killed Deon?

omgimg.us

– Le cas de Tumbr et l’exemple du Tumblr ResearchInProgress

– Arte TV et son programme Recut

La classe américaine / Le grand détournement

Chaîne Youtube consacrée au Mashup

– Le site supercut.org

Créations amateurs (suédages, pastiches, détournements…)

 

Pour une typologie des formes d’annotation audiovisuelle

Le mot d’annotation est doté d’un double sens. D’un point de vue sociologique, il s’agit d’une activité d’ajout textuel ou graphique sur un contenu préexistant. D’un point de vue sémiologique, c’est le résultat de cette activité.

L’annotation, à l’heure du numérique, englobe une diversité de formes et d’actions. Ainsi, elle renvoie tout autant à l’introduction de commentaires, de mots-clefs, de tags ou de signes graphiques qu’à la production de métadonnées, l’indexation, la segmentation des contenus ou leur partage sur les réseaux sociaux.

Nous proposons, ici, une typologie des formes d’annotation liées à la l’audiovisuel.

1- La première forme que l’on peut rencontrer et qui est aussi la plus répandue, est l’annotation textuelle placée à côté ou en marge du contenu audiovisuel. Ici, on est face à une économie d’écran qui prend forme autour d’un modèle introduisant une distinction entre le contenu vidéo, les annotations et l’outillage utile pour réaliser les annotations. On est donc formellement très proche de l’annotation manuscrite. Des sites comme Youtube ou Vodkaster, ainsi qu’un logiciel comme Lignes de Temps, que nous expérimentons dans le cadre de nos recherches, ont un fonctionnement qui est adossé à ce modèle.

L'annotation textuelle en marge du contenu
L’annotation textuelle en marge du contenu

2- Il y a une deuxième façon d’engager une activité d’annotation textuelle avec les films : il s’agit de l’écriture sur le contenu. Youtube ou la plateforme japonaise Nico Nico Douga permettent de réaliser ce type d’annotations. Généralement, ce sont des commentaires apposés sur le flux. Il peut également s’agir d’hyperliens, d’une traduction de la piste audio ou encore de la transcription des paroles d’une chanson (vidéoclip, vidéo de karaoké, etc.). Ici, l’annotation prend la forme d’une bulle, à la manière dont on peut en trouver dans les bandes-dessinées, ou d’un texte incrusté sur l’image.

L'annotation sur le contenu
L’annotation sur le contenu

3- On repère une troisième forme d’annotation sur laquelle repose le dispositif Polemic Tweet. Avec cet outil, qui a été expérimenté à l’occasion de la tenue de conférences ou de colloques, on peut marquer son accord ou son désaccord avec le conférencier, introduire une référence ou encore soulever une question en faisant usage de son compte Twitter. La somme des annotations donne à voir, au final, une ligne graphique représentant des niveaux d’activité (hauteur des barres) et des types d’activité (codes couleurs).

L'annotation polémique
L’annotation polémique

4- Il y a, ensuite, des formes élémentaires d’activités à caractère évaluatif qui reposent sur l’activation d’un bouton. On pensera à la fonction Like de Facebook qui permet de déclarer son intérêt ou son affection pour un contenu mis en partage par un internaute, ou qui permet, plus simplement, de montrer que l’on a pris connaissance de l’information médiatisée. On pensera encore aux quatre boutons du logiciel Polemic Tweet qui permettent, en un clic, de faire une déclaration d’intention vis-à-vis d’un contenu sur le mode de l’adhésion ou du rejet.

L'annotation évaluative
L’annotation évaluative

5- Il y a, en cinquième lieu, l’annotation graphique, reposant sur le pointage d’un élément du film. Dans l’émission Faux Raccord, que l’on peut trouver sur le site d’information dédié au cinéma Allociné, l’annotation graphique permet d’attirer l’attention sur des erreurs de réalisations (que l’on appelle traditionnellement des faux raccords, comme le titre du programme le suggère).

L'annotation graphique
L’annotation graphique

6- On peut trouver une sixième façon d’engager une activité d’annotation qui repose sur le découpage des objets audiovisuels et leur médiatisation. Dans le cas de Vodkaster, ce geste est central, le découpage d’une partie de film jouant comme un commentaire sur le film lui-même, parce que la scène est emblématique, parce qu’elle est drôle ou parce qu’il s’agit d’un moment important. Lignes de Temps propose aussi des fonctionnalités de segmentation des films à des fins d’analyse.

Le découpage
Le découpage

7- Réaliser des annotations peut aussi avoir une valeur créative comme dans le cas des vidéos réalisées par les membres du groupe belge de musique électronique The Subs. Ceux-ci font un usage des outils d’annotation mis à disposition par Youtube qui va dans ce sens. Ils ont ainsi réalisé trois épisodes d’un programme intitulé The Famous Videocast, dans lequel sont présentés des vidéoclips. À la fin de chaque présentation, une forme graphique modélisant un hyperlien se forme à l’écran. En cliquant dessus, on bascule alors sur l’URL du vidéoclip qui a été présenté, ceci afin de le visionner. Ce dernier contient un bandeau sur lequel il est possible de cliquer à tout moment pour retourner sur le programme.

L'annotation créative
L’annotation créative

8- En dernier lieu, il y a le mashup (ou remix audiovisuel), qui est une pratique reposant sur le découpage de séquences appartenant à un même film ou à plusieurs films, puis sur l’assemblage desdites séquences. Cette pratique peut pleinement être associée à une activité d’annotation car il s’agit, avec elle, de créer un réseau de concordances (matérielles et/ou symboliques) entre des extraits. La particularité de ce principe est qu’il n’introduit aucun connecteur textuel ou graphique entre les extraits. La seule activité d’assemblage remplit une fonction annotative.

ThingLink : Quand l’image devient heuristique

ThingLink est un outil d’annotation d’images qui redonne tout son sens au mot “multimédia”, car il offre la possibilité d’accéder à une multitude de contenus annexes/connexes à l’image annotée. Comme on le voit dans notre exemple, on peut présenter, avec ThingLink, l’affiche du film Abraham Lincoln en y intégrant des onglets, ou hyperliens, vers 1- la bande-annonce hébergée par Youtube , 2- des crédits photographiques présents sur le site d’IMDB et 3- la fiche de l’acteur Daniel Day-Lewis, qui incarne Abraham Lincoln, là encore sur IMDB. Si nous prenons, ici, un exemple dans le champ du ludique, ThingLink recèle d’importantes potentialités dans le cadre de la conduite d’une activité scientifique ou d’une activité pédagogique, notamment en vue de la médiation des savoirs.

Journée d’études “Pratiques de l’annotation vidéo”, 26.11.12 à Télécom ParisTech

Affiche de la journée d’études “Pratiques de l’annotation vidéo”

Aujourd’hui, les chercheurs, les étudiants, les critiques et les personnels de bibliothèques ont à leur disposition des logiciels pour analyser et documenter la vidéo (un film, un programme TV, une interview filmée…). Avec Lignes de Temps, Advene ou Mediascope il est possible d’annoter cette vidéo, d’extraire une séquence, de la partager, de travailler en groupe…

Cette journée a pour objectif de présenter une série de recherches et d’expérimentations conduites ces dernières années avec des logiciels d’annotation. Des ateliers seront proposés l’après-midi pour sensibiliser et former les participants à cette activité d’annotation audiovisuelle : analyser un film ou un document audiovisuel, documenter un corpus ou une base de données, accompagner un projet pédagogique….

Cette journée est organisée dans le cadre du projet CINECAST qui porte sur le développement de technologies utiles à la consultation, à l’analyse, à la documentation et au partages de films ou de documents audiovisuels.

La journée aura lieu le lundi 26 novembre 2012 à TELECOM PARISTECH (46, Rue Barrault 75634 Paris Cedex 13) en Amphithéâtre B-312

Inscription obligatoire : http://www.telecom-paristech.fr/index.php?id=2781

Programme :

9:00-9-30 – Accueil

  • 9:30-10:00 – Marc Jahjah (EHESS-Université Laval), Réflexion sur l’annotation textuelle
  • 10:00-10:30 – Samuel Goldszmidt (IRCAM),  Annotation & visualisation de l’audio en ligne
  • 10:30-11:00 – Daniel Schmitt (Université de Lorraine), Annoter des vidéos pour comprendre l’expérience des visiteurs de musées

11:00-11:30 – Pause

  • 11:30-12:00 – Noémie Jauffret (BNF), Analyse comparée de différentes versions d’un même film avec un logiciel d’annotation
  • 12:00-12:30 – Marie Pierre-Bouthier (ENS-Paris I), Ce que révèlent au chercheur Mediascope & Lignes de Temps
  • 12:30-13:00 – Caroline Archat (IRI), Annotation & apprentissage

13h-14h30 – Déjeuner

14h30 – 16h30 : Ateliers d’initiation à la pratique de l’annotation audiovisuelle

16:30-17:00 – Pause

  • 17:00-17:45 – Valérie Beaudouin, Olivier Fournout (Télécom ParisTech) & Estelle Ferearese (Université de Strasbourg), Annoter un film à plusieurs : retour sur une nouvelle forme d’expérience de la critique
  • 17:45-18:30 – Conclusion

L’annotation vidéo sur Arte LiveWeb

Le site Internet d’Arte LiveWeb est dédié à la diffusion, en différée, de concerts, spectacles et autres événements. On peut y voir et revoir de nombreuses captations vidéos. L’exploration se fait de manière thématique (« À la une », « Pop rock & Electro », « Classique », « Jazz & Blues », « Musiques du monde », « Théâtre & Danse ») ou à l’aide d’un moteur de recherche. Pour des questions de droits, la période d’accès aux contenus est, par contre, limitée dans le temps. Ce site Internet n’est donc ni une base de données, ni un lieu d’archivage. C’est un site dynamique qui connaît, continuellement, des évolutions et des améliorations techniques.

Une des caractéristiques du site Internet d’Arte LiveWeb est qu’il propose des contenus annotés et annotables.

Il y a d’abord des annotations périphériques : les vidéos ont un titre, il y a une indication de durée, on peut en lire une courte description, il y a des tags et des liens. À côté du flux se trouve un onglet de chapitrage (« Chapitres ») de la vidéo qui permet de circuler à l’intérieur de celle-ci. Le découpage correspond à chacun des titres joués par l’artiste, le groupe, l’orchestre ou l’interprète. Un autre onglet (« Refers ») répertorie les sites Internet qui ont établi un lien vers la vidéo :

Le site met ensuite à disposition de ses usagers (et c’est sa grande force), un player annoté : c’est-à-dire que la timeline permettant de circuler dans le flux est marquée d’une série de point sur lesquels on peut cliquer pour circuler dans la vidéo et ainsi changer de titre, de morceau, d’interprétation :

Enfin, le site propose des fonctionnalités d’annotation à ses utilisateurs : on peut insérer la vidéo dans une playlist personnalisée, la commenter, cliquer sur un bouton « J’aime », l’envoyer par email à des amis ou encore, faire du social bookmarking avec Facebook, Twitter et une multitude d’autres réseaux sociaux :


 

Annoter un contenu photo-graphique : le cas de Stipple

Stipple est une application américaine fraîchement débarquée sur le web qui est dédiée à l’annotation de contenus photo-graphiques. En version bêta, Stipple a mis l’accent sur son clip promotionnel qui, comme de plus en plus de projets aujourd’hui, s’adosse au modèle du storytelling. On suit les aventures de quelques personnages ceci afin de comprendre, en à peine quelques instants, à quoi peut être utile Stipple : pour ses loisirs, pour servir une activité connexe à son activité professionnelle ou pour servir directement son business.

Le principe est simple : vous prenez une photographie ou tout autre support visuel et vous le rendez interactif en insérant, directement sur le contenu, des points d’informations graphiques (d’où le nom de l’application, Stipple, soit : pointillé). Il y en a différent type pour chaque forme d’annotation que vous voulez réaliser car on peut annoter son contenu photo-graphique en y insérant soit du texte, soit un point de localisation, soit une url, soit une autre photographie, mais encore de la vidéo ou du son. Vous pouvez ensuite publier ce contenu ainsi enrichi sur le web : site, blog ou réseau social.

Prenons le cas, donné en exemple sur le site de Stipple, de la photographie d’un plat (cf. ci-dessous capture d’écran n°01). De toute évidence, il s’agit d’un dessert car on y voit des boules de glace, mais l’autre ingrédients présent dans l’assiette sème le trouble : de quoi peut-il bien s’agir ? Une annotation de type “photographique” permet de visualiser, d’un simple passage de souris sur le point d’information, que l’ingrédient mystère est de l’ananas (cf. ci-dessous capture d’écran n°02). En marge, une annotation de type “texte” contient la recette ((cf. ci-dessous capture d’écran n°03). Une autre nous apporte des informations sur le chef cuisinier qui a inventé cette recette. Voilà donc à quoi peut être utile Stipple.

Users’ Activities through Audiovisual Annotation: an Analysis of the Curatorial Economy of Screens.

Introduction:

I am currently involved in the Cinecast project supported by the French government. The goal of this project is to develop softwares and apps for film analysis and audiovisual content annotation.

From a technological point of view, the project is managed by NETIA which is a subsidiary of GlobeCast, one of the largest French operator for telecommunication. Major French movie libraries are associated to the project (INA, BPI, La Cinemathèque française, Le Forum des Images or the BNF). Important social media dedicated to cinema, like Allociné, Vodkaster, leSite.tv or Universciné are also associated to Cinecast. At the academic level, the project is finally supervised by the LIRIS, a leading computer lab based in Lyon, the IRI (a research and innovation center based in Paris) and my institution (Telecom ParisTech), which is specialized in the analysis of usages of new technologies.

Let me now explain my focus: I will discuss the audiovisual annotation based on 2 analysis:

  • the analysis of online annotation services dedicated to cinema & videos
  • the analysis of professional annotation softwares.

First, I’ll draw up a typology and, in a second part, I will focus my attention on the social value of the annotation. Here, I would like to discuss the concept of “curatorial economy”.

Text:

What is annotation? Annotation means 2 things:

  • From a sociological point of view, this is an activity that consists in adding text or graphic signs on a pre-existing content, whether or not digital
  • From a semiological point of view, it is also the result of this activity

Annotation is an old practice. We can think about:

  • scribes, who did not hesitate to annotate the books they were working on by including glosses or commentaries
  • today, there are annotations in second-hand printed books (underlining, brackets or paraphrases)
  • there are also annotations in digital documents as in Adobe documents or Word documents

But let’s focus on audiovisual annotation. Where do we find it?

  • First, on websites like Youtube or Vodkaster which offer spaces dedicated to a fun-oriented annotation
  • There are also softwares such as Lignes de Temps developed by the Centre Pompidou’s research lab “the IRI” which offer you to annotate content in a more analytic or educational way

To begin, there are 2 forms of textual-audiovisual annotation:

1 – The first and the most widespread type of annotation is the textual one, put aside the audiovisual content. Here, the screen economy is based on the distinction between the audiovisual content, the annotations and the annotative tools. This screen economy is closely linked to the hand-written annotation described previously. The informational and recreational website Youtube or Vodkaster as such the pedagogical software Lignes de Temps, also previously introduced, are based on this model.

2 – There is a second way of making textual-audiovisual annotations: the writing on the audiovisual content. YouTube or the Japanese video sharing website Nico Nico Douga allow to produce textual annotation directly on the flow. Here, the annotation refers to a comic strip speech bubble. It can also take the form of a text embedded on the movie stream. Sometimes, we can find graphic annotations pointing an item or a movie detail.

 3 – We have a third hybrid and complex way to engaged an annotative activity with the Polemic Tweet app. With Polemic Tweet, experienced during congresses or conferences, you can text your approval or your disapproval to the speaker, introducing a reference or asking a question to him, using your Twitter account. The visual result of this annotative activity is an annotation that is recorded on the video stream broadcasted live on the Internet. In the end, you can see all the annotations put on a timeline, showing levels of activity (bar height) and types of activity (color codes).

 Comments – that I made aside about the graphical annotation – lead me to talk about this specific type of annotation which is the graphical one. Indeed, if the audiovisual annotation is largely based on a whole literate culture, there is more widely a whole graphic culture that is reflected on the screen when we turn our attention to the annotation.

4 – There are basic forms of evaluative activity such as pushing a button. Here, we think about the Facebook Like button… that allows us to show that we love a comment, an image or a video.

5 – There are also some graphical annotations such as banding or score (or pointing).The program Faux Raccord proposed by Allociné website is based on this model. We can hear a voiceover commentary associated with the film clips which reveals [editing] errors in the movie by inserting circles, arrows or crosses.

 6 – Closely link to the textual annotation, because it is like a quotation, we can find a sixth type of audiovisual content. This specific type of annotation is based on the cutting of movie content and the mediation of sequences. In the case of Vodkaster, this gesture is central, the retrieval of a movie sequence playing as a comment on the film itself (because the scene is emblematic, because it is funny or because it is an important moment of the story).

Finally, I would like to mention 2 types of creative annotation.

 7 – First, but in fact, seventh, we can encountered a graphical annotative activity having a creative value. The members of the electronic band The Subs make a use of annotation tools provided by Youtube this way. The result, The Famous Videocast, is a short program in which the musicians present video clips. At the end of each introduction, a graphical form modeling a hyperlink appears on the screen. Clicking on it, we will switch on the URL of the video that was presented.

8 – And heighth, I wish to deal with the mashup, this type of audiovisual creation which “proliferates” today on the Internet, and which we have – also – to consider as a creative form of annotation, each part of the mashup can be caught sometimes as an annotation, sometimes as an annotated content (a movie sequence commenting another movie sequence).

Here, a relevant example of mashup that creates a dialogue between, on one hand, a movie scene from Star Wars and, on the other hand, a clip from Ace Ventura with Jim Carrey: Princess Leia vs Ace Ventura

I mentioned similarities between the textual annotation and the audiovisual annotation, but there is also a difference between them. With the textual one, we are in front of a text (the annotation) that said something of another text (the annotated content). With the audiovisual annotation, we say something about a film with a text or a graphical sign.

Moreover, the audiovisual annotation is often less a comment than a film description or a film reformulation. So, this type of annotation can be defined as an intermedial one because the same thing is repeated twice: once with the film and once with the text.

Here an example referring to a Youtube video in which we can see a young Chinese girl trying to stop a fight in a bus. And the annotation says: “This Younger Chinese lady who stopped the fight. Total hero!”:


Various scenarios that I’ve been described show us that softwares and apps but, also, movies themselves (as in the case of mashup) drive the annotators to acting in a certain way. Sometimes annotators are forced to write short texts, such as on the website Vodkaster which follows the 140 characters’ Twitter rule. Youtube implicitly suggests taking the same position. On the opposite, other sofwares and apps suggest to the annotator to perform a complex annotation work as in Lignes de Temps (cutting movies, pasting, writing, coloring sequences, tagging…). Moreover, these websites, softwares and apps lead the annotators to annotate next to the movies or into the movies. Annotators don’t have the choice. Thus, one can say that digital tools give to the audiovisual content a strong connotative value because they require users to bring some kind of emotions, of values, according to certain rules.

But whatever form the annotation takes, it has always a documentary value. It informs us about the film which it is associated to. Why? Because an annotator always establishes a close relationship between technical rules set by sofwares, websites and apps and the freedom that it is offered to him to express himself (by writing, cutting, pasting, coloring…), a bit like a curator in a museum who selects both works of art, exhibits them and documents them with texts (labels and catalogues). This is why I chose to talk about “curatorial economy” to conceptualize the annotative activity.

In addition, the analysis of the audiovisual annotation shows us, that the film content is no longer alone on the screen. We are in a process of getting away from a past computer life post-web 2.0 in which the staging of the screen-space depended entirely on a webmaster or a software designer. Now people can watch, on the screen, a movie and a sum of annotations, including their own. This is why I’m talking about “curatorial economy”. By cutting a content, introducing a comment or graphic elements, an annotator reconfigures the communicative scope of videos and movies. He or she assigns them a value and participates to their exhibitions.

I suggest to illustrate this idea with an example extracted from Vodkaster website. I want to tell you about a webpage dedicated to a scene from Evan Glodell’s movie Bellflower (2011). Extracting and entitling the clip ” Experience with the radiator of the car,” the annotator has immediately revealed something about the movie and, moreover, he or she has exposed his or her point of view. Comment and tags associated with the clip confirmed this hypothesis.

But other annotations could have been written. The annotator could have entitled the scene, for instance: “drinking and driving” or “a couple in the sunset” as the scene deals with a story of tinkering a mini-bar within a car, but it also deals with two young people flirting in the sunset. These two last titles could have participated in other forms of mediation of the movie scene!

Conclusion:

We are now entering the era of a screen economy in which content produced by users cohabit with content available on the platforms. This leads to the emergence of what I call a “curatorial economy”. This curatorial economy manages the development of digital softwares and Internet today. One can already seen it on Internet plateforms suchs as Youtube, Vevo, Dailymotion, Nico Nico Douga and whatever… But, this principle is about to appear on our televisions with the development of connecting-TV (or IPTV).

This paper was presented in Avanca, Portugal, on 26th of July 2012: “AVANCA 2012 International Conference Cinema: Art, Technology, Communication”