Pouvoir, autorité, leadership et manipulation dans les organisations : ‘Le direcktor’ de Lars Von Trier

Short Cuts #16 a eu lieu jeudi 13 octobre de 18h à 20h à l’ICP (19, rue d’Assas Paris 6e). La séance est animée par Sabine Sépari, Maître de Conférence HDR en Sciences de gestion à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan. Durant cette séance, elle nous parlera de son expérience d’animation d’un cours de Master sur le pouvoir, l’autorité, le leadership et la manipulation dans les organisations à travers le film Le Direcktør de  Lars Von Trier (2006).

Ce film permet de poser beaucoup de questions sur le pourquoi et le comment du pouvoir au travers d’un dispositif de miroir patron/acteur. L’occasion de discuter de thèmes à la fois liés au cinéma, au pouvoir dans nos sociétés et à la pédagogie.

Synopsis : un directeur d’entreprise, n’osant pas affronter ses salariés, alors qu’il a pris la décision de vendre son entreprise et ses employés, paie un acteur de théâtre pour endosser son rôle. L’acteur évolue au cours de son interprétation et s’implique face aux menaces de licenciement pour les salariés, pour la pérennité de l’entreprise.

  • Qui a le pouvoir ? Qu’est ce qui est réel ? Représenté ? Manipulé ? Qui décide ? Quel est le poids de l’environnement interne et externe ? Quelles sont les relations et les clans qui se nouent et se dénouent ?
  • Le procédé filmographique choisi par le réalisateur est également source de débat sur le monde de l’entreprise (décor, prise de vue…), ses biais, ses manipulations, sa froideur, sa technicité….
  • Pourquoi passer par un support cinéma ? Pour faire réfléchir, amener des concepts, animer des débats, transmettre des connaissances, confronter le réel et le virtuel, en dehors de tout cadre préétabli, de toutes références théoriques managériales a priori.
  • Quel meilleur vecteur qu’un vrai film de cinéma pour encastrer le management dans la vie réelle et dans la vie « représentée » ?

Climat : lecture-performance de son poème par Laurent Grisel

Short Cuts #15 a eu lieu à Telecom Paristech le mercredi 1er juin 2016. Pour cette séance nous avons eu le plaisir d’accueillir la lecture-performance, par son auteur, Laurent Grisel, d’un poème intitulé Climats.

Climats relève plusieurs défis : rendre sensible un phénomène dispersé et très variable aujourd’hui, le changement climatique, jamais expérimenté par l’humanité et pour une grande part de l’ordre de la conjecture et des modélisations ; combiner des registres de langue réputés incompatibles entre eux (scientifique, politique, narratif, imaginaire, sensible) ; créer un poème épique dont les héros et les protagonistes sont innombrables.

Climats a donné lieu à de nombreuses lectures-performances. Il fait partie de la sélection 2016-2017 du Prix des Découvreurs qui implique chaque année entre 1500 et 2500 lycéens.

Laurent Grisel est engagé personnellement et professionnellement depuis longtemps dans les enjeux environnementaux. Il a été responsable de ces questions dans une grande organisation nationale de consommateurs ; à ce titre il a été le premier président du Comité français des écolabels. Il a été également le premier président de la Commission d’agrément des éco-organismes (écoemballages, etc.). Il a été directeur général de la société Écobilan et fait partie des rédacteurs des normes de la série ISO 14040. Aujourd’hui, il milite activement pour un mix énergétique décarboné et des changements profonds dans les systèmes de production et d’échange, dans les modes de vie, qui soient compatibles avec la vie sur cette planète.

Le webdocumentaire chez MKF Editions

Short Cuts #14 a eu lieu à l’ICP le 10 mars 2016. Mikaël Ferloni – éditeur et porteur de projets éditoriaux numériques innovants – nous a présenté deux webdocumentaires dont il a été le producteur, et, de surcroît, le co-auteur pour le second d’entre eux.

Le webdoc Africa Express (2012) est un Tour d’Afrique en train des énergies durables qui nous emmène du Maroc à l’Égypte en passant par l’Ouganda. Ce projet s’est inscrit dans le cadre de l’Année Internationale de l’Énergie Durable pour Tous et venait interroger les difficultés rencontrées sur ce continent.

One Myanmar, les voix du changement (2015) est un webdocumentaire réalisé dans le cadre des Élections Générales de novembre 2015 en Birmanie. Après un demi-siècle de dictature militaire, le pays est en train de connaître une transition politique sans précédent depuis l’Indépendance. Ce film donne la parole à des birmans et interroge leur identité.

Quand les artistes vidéastes s’emparent du cinéma

Shortcuts #13, préparé et animé par Florence Lesavre et Sylvie Balland, a eu lieu à Telecom Paristech le 9 décembre 2015.

diapositive01
Cycle des contenus parcourus lors de la séance

Présentation de la séance

Cette séance nous a fait partager plus d’une vingtaine de travaux d’artistes vidéo qui incluent des traces, des résurgences, des citations du septième art sur d’autres écrans, avec ou en-dehors de la fiction. À partir des œuvres, notamment, de Dominique Gonzalez-Foerster, Christian Marclay, Pierre Bismuth, Pierre Huyghe, Pascale Ferran et d’autres, nous avons pu aborder les questions suivantes :

  • Comment tous les quotidiens, reflétés par le cinéma, nous donnent-ils à voir des bribes de réalités, des histoires à lire ou à inventer ?
  • Comment ouvrent-ils des liens dans notre relation au temps, à l’espace, aux images… bref, au monde ?
  • Et si nous considérions « les films de cinéma » comme un « fond commun » de notre « imaginaire collectif » ?

Fraternité

La douzième séance ShortCuts s’est tenue le jeudi 8 octobre 2015 dans l’amphithéâtre René Rémond de l’Institut Catholique de Paris. Cette séance a été l’occasion de voir le film Fraternité de Sébastien Balanger, en présence du réalisateur.

Synopsis : Dans le Nord de la France, une communauté de moines vit dans la plus stricte austérité. Depuis des siècles, leur objectif est resté le même : chercher Dieu dans le silence, et tenter de vivre sur Terre une véritable fraternité.

Fraternité from Sébastien Balanger on Vimeo. Durée : 54 minutes. Date de sortie : 2003. Production : Sombrero and Co.

Les discussions après la projection ont porté notamment sur la grande liberté de parole des moines, tant sur le plan théologique que sur leur vie en communauté, et sur les conditions du tournage.

Cinema, Self, Help, Social Practices

La onzième séance ShortCuts est programmée le jeudi 4 juin 2015 à TélécomParistech.

Animé en langue anglaise par Charles Egert (professeur à Télécom, Ecole de Management), cette séance a porté sur le thème « Cinema, Self, Help, Social Practices ».

Because self-help culture relies on common sense, the film narrative can include it as a social practice yet not quite acknowledge it. By using the idea of social practices in excerpts from films such as « Executive Suite », The Assassination of Richard Nixon and Nurse Betty, among others, we looked at how self-help culture over history is embodied in turn in positive or negative narratives of success, self-actualization or journey.

Vers une nécessaire ‘Craft Education’ en Humanités numériques

L’homme à la bûche

Je cheminais l’autre jour dans les rues de Paris pour me rendre en cours, une borne-réseau Airport Extreme dans les bras. J’ai alors réalisé que je portais cette borne robuste dans sa boîte blanche et massive à la manière dont cette femme mystérieuse tient sa bûche dans la série Twin Peaks de David Lynch : la Log Lady ou femme à la bûche. C’est ainsi, non sans humour, que je me suis identifié à elle et que j’ai associé ma borne à une bûche, ne la désignant plus que par ce nom affectueux : ma bûche.

combinaison

Élément parmi d’autres d’un système pédagogique bricolé fait d’aménagements et de choix infrastructurels pour ma pédagogie, cette borne que je transporte avec moi témoigne d’une nécessité : les enseignants sont désormais tenus de prendre des décisions adaptées à la conduite d’apprentissages en contexte numérique. Ces choix peuvent être réalisés en solitaire, ce qui limitera forcément les possibilités d’action (le matériel étant notamment à la charge de l’enseignant) ; ils peuvent être faits au sein d’un collectif et dans le cadre d’un DH Center au sein de l’établissement (ce qui permettra d’ouvrir une ligne budgétaire propre et de mutualiser les investissements).

Mais revenons en arrière. Comment en suis-je arrivé là ? Comment en suis-je arrivé à me balader dans les rues de Paris et à me rendre en cours avec ma bûche ?

Les deux dimensions du design de cours en Humanités numériques

Durant cette rentrée 2016-2017, j’ai co-animé avec un collègue documentaliste un cours d’Humanités numériques intitulé Les outils numériques pour la recherche. Fait commun pour nombre d’enseignants-chercheurs du champ, comme pour nous dans la présente situation : comment s’assurer de la stabilité du dispositif éducatif numérique que l’on va mettre en œuvre ?

Nous avons choisi de formuler une solution pédagogique et technologique en réalisant un travail sous-terrain d’évaluation des options qui nous étaient offertes et de ce que nous pouvions concrètement réaliser pour optimiser le succès de notre enseignement (à défaut de le garantir).

Ce travail nous a rapidement permis de mettre au jour une double nécessité liée à la préparation d’un enseignement autour du numérique :

  • s’il y a un temps passé à la scénarisation du cours lui-même (introduction aux fonctionnalités des outils qui vont être utilisés dans la classe, présentation de leur philosophie, accompagnement des étudiants dans leur appropriation, mise en place d’activités et évaluation finale),
  • il y a un temps préalable dédié à la réflexion proprement infrastructurelle que l’on va déployer (quelle salle de classe va t-on utiliser ? Quels ordinateurs ? Quel autre matériel ? Selon quel protocole ? etc.).

Engager un processus de Blended Learning

Le cours s’inscrivant dans un module de Méthodologie, Épistémologie et pratique de la recherche que j’assure depuis plusieurs années, nous avons préalablement choisi de former nos étudiants – parmi d’autres choses – à l’utilisation de l’outil de gestion bibliographique et de ressources : Zotero.

Ce choix n’est évidemment pas anodin. Il est d’abord largement utilisé par la communauté scientifique et pédagogique. C’est ensuite un outil libre et Open Source dont on peut s’emparer sans limitation d’usage et au développement duquel on peut participer dès lors qu’on maîtrise le code informatique. Un service qui entre enfin dans la philosophie des Humanités numériques pour l’éducation.

Pour explorer cet outil et apprendre à l’utiliser, nous avons préalablement rédigé un tutoriel présentant la procédure pour l’installer sur son ordinateur. Ce tutoriel a ensuite été publié dans un ENT pour que les étudiants s’en emparent et fassent les manipulations nécessaires en autonomie et en distanciel. Une opération relativement complexe et chronophage pour un public profane, car une utilisation optimale de Zotero nécessite d’ouvrir un compte en ligne, de télécharger une version standalone, d’installer son extension pour navigateur et une autre pour son traitement de texte.

Grâce à l’installation préalable du service, le temps en présentiel a été réservé à l’explicitation des enjeux de recherche associés à l’utilisation de Zotero, puis à des activités de manipulation. Un temps de cours qui a permis de multiplier les exercices et autres expérimentations, mais aussi de répondre de manière quasi individualisée à l’ensemble des questions qui nous ont été adressées.

À l’inverse de cette expérience positive, nous aurons remarqué avec un collègue avoir récemment perdu beaucoup de temps lors d’un séminaire de recherche en Humanités numériques pour inscrire l’ensemble des participants à la plateforme Hypothes.is avant d’engager une activité collaborative. Ce qui entérine l’intérêt d’une installation préalable des outils numériques par les étudiants sur leurs ordinateurs pour optimiser le temps de travail en cours.

Soutenir une culture du Bring Your Own Device

Il y a aujourd’hui une règle pédagogique qui tend à s’imposer dans l’enseignement supérieur : que chacun dispose d’un équipement numérique personnel qu’il apprend à domestiquer et avec lequel il organise sa vie numérique. C’est un des fondements du nouveau paradigme intellectuel et culturel dans lequel nous nous trouvons.

16372602193_80b3770a8a_z

Via l’ENT, nous avons donc demandé à nos étudiants de venir en cours avec leur ordinateur. Ils pouvaient ainsi exploiter les pleines capacités de Zotero qui est un outil supportant la philosophie du Bring Your Own Device (installation des extensions de navigation et de traitement de texte pour alimenter son espace personnel) en même temps que celles de mobilité et de collaboration dans le travail.

Zotero soutient effectivement le stockage et l’organisation de ses données dans son ordinateur, celui-ci devant alors une sorte de serveur informatique, tandis que la connexion au réseau Internet favorise la sauvegarde et l’accès aux dites données dans une logique ATAWAD, que ce soit pour la conduite d’activités solitaires ou en groupe, la recherche collaborative s’étant largement répandue et démocratisée ces dernières années grâce au numérique (et ceci même si elle était déjà commune, notamment dans le champ des sciences dites dures).

La culture du Bring Your Own Device permet également de faire face à une hétérogénéité de dispositifs qu’il est devenu impossible de domestiquer exhaustivement : les terminaux eux-mêmes (de marque Assus, Toshiba ou Dell), les systèmes d’exploitation (Windows 10, XP ou Mac OSX El Capitan) et le versionnage des logiciels ou des applications (Word, InDesign, ou, nous concernant : Zotero). Ajouté à cela que chaque personne a ses habitudes et son organisation propre, notamment dans le choix des extensions ajoutées à son navigateur : gestion de ses flux RSS, de ses réseaux sociaux ou de son blog.

Ainsi, l’enseignant n’a plus qu’à présenter, depuis son ordinateur personnel, les outils qu’il souhaite que ses étudiants utilisent (ce qui induit de posséder et de maîtriser soi-même, en tant qu’enseignant, son propre ordinateur). Puis il leur demande d’ajuster la manipulation en fonction de leur propre ordinateur (on notera notamment la variabilité du fonctionnement de Zotero entre un ordinateur Macintosh et un PC), mais aussi en fonction de leur capacité à utiliser telle ou telle fonctionnalité (gérer sa bibliographie sur Microsoft Word directement à partir de l’extension dédiée ou plus simplement par glisser-déposer de ses références depuis Zotero vers Word sans utiliser l’extension).

Pour une Digital Equity

Pour faire face aux inégalités (certains ont de bons matériels informatiques et d’autres non) ou pour assister ceux qui ne possèdent pas d’ordinateur portable, nous offrons toujours la possibilité aux étudiants de leur prêter un ordinateur ou une tablette, le temps de la séance, pour suivre le cours au rythme médian de la classe. Une solution adaptée à l’exploration d’un outil comme Zotero puisqu’il est tout à fait possible de travailler uniquement en ligne avec ce service avant de retrouver l’ensemble de ses données en local quand on rentre chez soi.

10164875604_a63cb1de18_z

Offrir aux étudiants l’opportunité d’utiliser des matériels ouverts, facilement configurables et qui puissent être réinitialisés à tout moment (ce que permet un chariot pédagogique) est une option qu’il convient de soutenir. C’est en sens que le DH Center de mon institution a fait un certain nombre d’acquisitions : tablettes, ordinateurs, vidéoprojecteurs, enregistreurs sonores, caméras. Mais aussi des bornes d’accès au réseau Internet.

Pourquoi des bornes-réseau ? On aura tous remarqué que les institutions universitaires ont des procédures d’accès à la toile sécurisées et restrictives avec des systèmes d’authentification spécifiques (CAS, Shibboleth) ; on aura également remarqué que le wifi n’est pas accessible dans certaines salles de classe, en fonction de leur localisation ou de l’épaisseur des murs, alors même que le cours nécessite l’usage du numérique. Dans mon cas, plusieurs raisons ont donc précédé à l’utilisation d’une borne Airport Extreme :

  • il fallait s’assurer que l’accès au réseau Internet fonctionne et qu’il soit accessible par un nombre potentiellement important d’étudiants, souvent plusieurs dizaines ;
  • en début d’année, plusieurs d’entre eux n’avaient pas encore reçu leurs codes d’authentification Internet et ils ne pouvaient donc pas utiliser le réseau universitaire ;
  • le cours a été dispensé sur trois sites ayant chacun leur propre politique numérique et leur propre infrastructure technologique.

borne-dans-une-salle

C’est ainsi que j’ai pris la décision d’emporter ma bûche lors de mes déplacements, ce qui m’a permis de créer un réseau alternatif et parallèle garantissant l’accès à Internet dans chaque nouvelle salle de classe où nous nous trouvions mon collègue documentaliste et moi. Une simple connexion au réseau via une prise Ethernet, un paramétrage rapide, sommaire et ouvert depuis un ordinateur-pilote et le tour est joué. Les étudiants ont maintenant accès à la toile. Ils n’ont plus qu’à explorer des sites ressources (Cairn, Persée, Open Edition) pour alimenter leur bibliothèque Zotero.

Pour conclure

Toutes les personnes engagées dans des enseignements en Humanités numériques auront probablement rencontré des problématiques identiques ou similaires. C’est ainsi qu’il m’est apparu nécessaire de médiatiser cette expérience pour échanger avec elles. Au-delà, l’objectif de cette réflexion est de partager avec les communautés scientifique et pédagogique une expérience singulière et en rupture dans le champ de l’éducation numérique. Reste que les choix qui ont été effectués pour la conduite de ce cours sur les outils numériques pour la recherche posent un certain nombre de questions d’ordre philosophique, pédagogique, déontologique et éthique qu’il conviendra à chacun de fouiller à sa manière avant de s’engager un projet éducatif comme celui-ci.