Archives de catégorie : Cineclub Shortcuts

Shortcuts est un groupe tourné vers la découverte du cinéma et des images. Durant les séances, nous regardons un film ou des extraits de films. À partir de cette expérience partagée, une discussion s’engage, aussi ouverte que possible. L’objectif du groupe est d’interroger le regard que le film ou les extraits porte(nt) sur la société.

Short Cuts #17 a eu lieu le 1er décembre 2016 à l’Institut Catholique de Paris. La séance a porté sur le MOOC « La loi des hommes et la loi de Dieu » produit par l’ICP et réalisé par Sébastien Balanger. La séance a été animée par Sébastien Balanger et Michaël Bourgatte de l’Institut Catholique de Paris.

Ce cours en ligne porte sur le droit de l’église et il est proposé sur France Université Numérique . Il traite de la justice religieuse, de son application et de ses implications dans la société civile : qu’est-ce que le droit canonique ?, quelles relations entretiennent la société civile et la société ecclésiale ?, comment la justice ecclésiastique est-elle organisée ?, comment ce droit peut-il garantir et protéger les libertés fondamentales ?

Autant de questions qui nécessitent d’être débattues. Par ailleurs, au cours de cette séance, nous avons pu mesurer l’importance du travail de co-écriture audiovisuelle avec les intervenants, de réalisation, de montage et de direction de tournage pour assurer la qualité d’un MOOC.

Pouvoir, autorité, leadership et manipulation dans les organisations : ‘Le direcktor’ de Lars Von Trier

Short Cuts #16 a eu lieu jeudi 13 octobre de 18h à 20h à l’ICP (19, rue d’Assas Paris 6e). La séance est animée par Sabine Sépari, Maître de Conférence HDR en Sciences de gestion à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan. Durant cette séance, elle nous parlera de son expérience d’animation d’un cours de Master sur le pouvoir, l’autorité, le leadership et la manipulation dans les organisations à travers le film Le Direcktør de  Lars Von Trier (2006).

Ce film permet de poser beaucoup de questions sur le pourquoi et le comment du pouvoir au travers d’un dispositif de miroir patron/acteur. L’occasion de discuter de thèmes à la fois liés au cinéma, au pouvoir dans nos sociétés et à la pédagogie.

Synopsis : un directeur d’entreprise, n’osant pas affronter ses salariés, alors qu’il a pris la décision de vendre son entreprise et ses employés, paie un acteur de théâtre pour endosser son rôle. L’acteur évolue au cours de son interprétation et s’implique face aux menaces de licenciement pour les salariés, pour la pérennité de l’entreprise.

  • Qui a le pouvoir ? Qu’est ce qui est réel ? Représenté ? Manipulé ? Qui décide ? Quel est le poids de l’environnement interne et externe ? Quelles sont les relations et les clans qui se nouent et se dénouent ?
  • Le procédé filmographique choisi par le réalisateur est également source de débat sur le monde de l’entreprise (décor, prise de vue…), ses biais, ses manipulations, sa froideur, sa technicité….
  • Pourquoi passer par un support cinéma ? Pour faire réfléchir, amener des concepts, animer des débats, transmettre des connaissances, confronter le réel et le virtuel, en dehors de tout cadre préétabli, de toutes références théoriques managériales a priori.
  • Quel meilleur vecteur qu’un vrai film de cinéma pour encastrer le management dans la vie réelle et dans la vie « représentée » ?

Climat : lecture-performance de son poème par Laurent Grisel

Short Cuts #15 a eu lieu à Telecom Paristech le mercredi 1er juin 2016. Pour cette séance nous avons eu le plaisir d’accueillir la lecture-performance, par son auteur, Laurent Grisel, d’un poème intitulé Climats.

Climats relève plusieurs défis : rendre sensible un phénomène dispersé et très variable aujourd’hui, le changement climatique, jamais expérimenté par l’humanité et pour une grande part de l’ordre de la conjecture et des modélisations ; combiner des registres de langue réputés incompatibles entre eux (scientifique, politique, narratif, imaginaire, sensible) ; créer un poème épique dont les héros et les protagonistes sont innombrables.

Climats a donné lieu à de nombreuses lectures-performances. Il fait partie de la sélection 2016-2017 du Prix des Découvreurs qui implique chaque année entre 1500 et 2500 lycéens.

Laurent Grisel est engagé personnellement et professionnellement depuis longtemps dans les enjeux environnementaux. Il a été responsable de ces questions dans une grande organisation nationale de consommateurs ; à ce titre il a été le premier président du Comité français des écolabels. Il a été également le premier président de la Commission d’agrément des éco-organismes (écoemballages, etc.). Il a été directeur général de la société Écobilan et fait partie des rédacteurs des normes de la série ISO 14040. Aujourd’hui, il milite activement pour un mix énergétique décarboné et des changements profonds dans les systèmes de production et d’échange, dans les modes de vie, qui soient compatibles avec la vie sur cette planète.

Le webdocumentaire chez MKF Editions

Short Cuts #14 a eu lieu à l’ICP le 10 mars 2016. Mikaël Ferloni – éditeur et porteur de projets éditoriaux numériques innovants – nous a présenté deux webdocumentaires dont il a été le producteur, et, de surcroît, le co-auteur pour le second d’entre eux.

Le webdoc Africa Express (2012) est un Tour d’Afrique en train des énergies durables qui nous emmène du Maroc à l’Égypte en passant par l’Ouganda. Ce projet s’est inscrit dans le cadre de l’Année Internationale de l’Énergie Durable pour Tous et venait interroger les difficultés rencontrées sur ce continent.

One Myanmar, les voix du changement (2015) est un webdocumentaire réalisé dans le cadre des Élections Générales de novembre 2015 en Birmanie. Après un demi-siècle de dictature militaire, le pays est en train de connaître une transition politique sans précédent depuis l’Indépendance. Ce film donne la parole à des birmans et interroge leur identité.

Quand les artistes vidéastes s’emparent du cinéma

Shortcuts #13, préparé et animé par Florence Lesavre et Sylvie Balland, a eu lieu à Telecom Paristech le 9 décembre 2015.

diapositive01
Cycle des contenus parcourus lors de la séance

Présentation de la séance

Cette séance nous a fait partager plus d’une vingtaine de travaux d’artistes vidéo qui incluent des traces, des résurgences, des citations du septième art sur d’autres écrans, avec ou en-dehors de la fiction. À partir des œuvres, notamment, de Dominique Gonzalez-Foerster, Christian Marclay, Pierre Bismuth, Pierre Huyghe, Pascale Ferran et d’autres, nous avons pu aborder les questions suivantes :

  • Comment tous les quotidiens, reflétés par le cinéma, nous donnent-ils à voir des bribes de réalités, des histoires à lire ou à inventer ?
  • Comment ouvrent-ils des liens dans notre relation au temps, à l’espace, aux images… bref, au monde ?
  • Et si nous considérions « les films de cinéma » comme un « fond commun » de notre « imaginaire collectif » ?

Fraternité

La douzième séance ShortCuts s’est tenue le jeudi 8 octobre 2015 dans l’amphithéâtre René Rémond de l’Institut Catholique de Paris. Cette séance a été l’occasion de voir le film Fraternité de Sébastien Balanger, en présence du réalisateur.

Synopsis : Dans le Nord de la France, une communauté de moines vit dans la plus stricte austérité. Depuis des siècles, leur objectif est resté le même : chercher Dieu dans le silence, et tenter de vivre sur Terre une véritable fraternité.

Fraternité from Sébastien Balanger on Vimeo. Durée : 54 minutes. Date de sortie : 2003. Production : Sombrero and Co.

Les discussions après la projection ont porté notamment sur la grande liberté de parole des moines, tant sur le plan théologique que sur leur vie en communauté, et sur les conditions du tournage.

Cinema, Self, Help, Social Practices

La onzième séance ShortCuts est programmée le jeudi 4 juin 2015 à TélécomParistech.

Animé en langue anglaise par Charles Egert (professeur à Télécom, Ecole de Management), cette séance a porté sur le thème « Cinema, Self, Help, Social Practices ».

Because self-help culture relies on common sense, the film narrative can include it as a social practice yet not quite acknowledge it. By using the idea of social practices in excerpts from films such as « Executive Suite », The Assassination of Richard Nixon and Nurse Betty, among others, we looked at how self-help culture over history is embodied in turn in positive or negative narratives of success, self-actualization or journey.

Les nouvelles formes d’écritures audiovisuelles diffusées sur le Web

La dixième séance ShortCuts est programmée le mercredi 8 avril 2015 en salle Triangle de l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou.

laetita masson
Extrait du film de Laetitia Masson, The End (2008)

Présentation de la séance

Cette séance est animée par Vincent Puig. Elle porte sur les enjeux soulevés par les nouvelles formes d’écritures audiovisuelles diffusées sur le Web ? Vincent Puig propose de commencer par la projection d’un court passage d’une forme traditionnelle du Webdoc héritée des CD-Roms (Voyage au Bout du Charbon de Samuel Bollendorff, 2008). Mais comment s’émanciper de cette forme déjà ancienne et construire avec ce qui fait le Web aujourd’hui ? Selon Vincent Puig, trois perspectives se profilent à l’horizon : la piste sémantique,  la piste sociale et le transmédia. Ou pour le dire autrement, une écriture qui incorpore la question des datas (projection de The End de Laetitia Masson, 2012), une écriture qui privilégie la contribution (projection de Théâtre sans animaux de Jean-Michel Ribes, 2013), ou un peu des deux avec le transmédia (projection de la série Anarchy, 2014).

Souffle court

La neuvième séance ShortCuts a eu lieu le jeudi 29 janvier 2015 à Télécom ParisTech.

Présentation de la séance

Au cours de cette séance, nous avons découvert le court-métrage Souffle court de Johann Dulat, primé – entre autres – cet été au festival Alpinale. La séance a été l’occasion de dialoguer avec le réalisateur qui était venu pour l’occasion.

souffle court

Présentation du film Souffle court part Johann Dulat, le réalisateur

« Antoine peut retourner dans le passé. Il utilise donc son pouvoir pour rencontrer de nombreuses filles, mais il ne trouve jamais la bonne. Jusqu’à un beau matin… Avec Souffle Court, j’avais envie de parler d’amour, au sens romantique, dans un monde où il n’y a que des relations à usage unique. Je voulais aussi faire un film « moderne », je voulais retrouver un impact que Godard avait réussi à susciter avec la Nouvelle Vague. Il se trouve qu’à cette époque, j’étais en train de rédiger un mémoire sur les grues cinématographiques, et j’ai donc eu envie d’utiliser cet outil pour mettre en valeur ma narration. Je me suis amusé avec une Supertechno 30… ».

Teaser du film

 

Guerre contre le terrorisme

La huitième séance ShortCuts a eu lieu le jeudi 27 novembre 2014 à l’Institut Catholique de Paris. Cette séance portait sur les représentations de la guerre contre le terrorisme, au cinéma et dans les séries télévisées. Elle était animée par Laurent Tessier.

Laurent Tessier Vietnam

Présentation de la séance

Dans de précédents travaux, Laurent Tessier a analysé l’évolution des représentations cinématographiques de la guerre, en se concentrant notamment sur la guerre du Vietnam. Les films de guerre abordant le conflit vietnamien constituent en effet un tournant, notamment du fait d’un glissement thématique, qui les éloigne des fictions guerrières classiques et en particulier des films représentant la Seconde Guerre Mondiale. Les films de guerre américains produits à partir des années 1970 se concentrent ainsi de manière très régulière sur (1) les difficultés de réadaptation des vétérans au retour de la guerre plutôt que sur la guerre elle-même et (2) sur la contamination de la société par la folie de la guerre qui se déroule pourtant à distance. Ces deux thèmes peuvent bien sûr parfois être observés au cinéma dans la description de conflits antérieurs. Mais ils deviennent centraux au moment de la guerre du Vietnam, venant même éclipser les thématiques fondatrices du cinéma de guerre (héroïsme, camaraderie, patriotisme, lutte du bien contre le mal).

Dans le cadre de cette séance, Laurent Tessier a étudié plus particulièrement la manière dont ces thèmes se perpétuent et se modifient dans des fictions plus récentes, ayant trait à ce que l’Administration Bush nomma « War on Terrorism », « War on Terror » ou « Global War on Terror » à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Il s’est notamment appuyé sur la série télévisée Homeland (Gordon & Gansa, 2011), sur le film Zero Dark Thirty (Bigelow, 2012) et sur quelques autres exemples permettant de mieux cerner les évolutions des représentations contemporaines de la guerre et des relations entre la société et ses soldats.